Contacts

Hôtel de Ville
place Jules Pélissier
13210 Saint-Rémy-de-Provence
Tél : 04 90 92 08 10

https://www.mairie-saintremydeprovence.com/

Maire : Hervé CHÉRUBINI
Élue référente : Lara LODS, élue déléguée aux pat­ri­moines bâti et paysager, au Site Pat­ri­mo­ni­al Remar­quable, aux mobil­ités et à la san­té environnementale.

Pro­fes­sion­nel référent : Lionel MARTIN, directeur du ser­vice pat­ri­moine, affaires cul­turelles, com­mu­ni­ca­tion et vie locale.

Ressources

Pas de ressources actuellement.

En images

SAINT-RÉMY-DE-PROVENCE

Cap­i­tale du Parc Naturel Région­al des Alpilles, St-Rémy allie richesse pat­ri­mo­ni­ale (ves­tiges romains, chapelles votives .…), sin­gu­lar­ité des paysages jardinés et charme de la cul­ture provençale. L’écotourisme y représente un impor­tant fac­teur de dynamisme.

L’HISTOIRE EN BREF 

Con­sti­tué à l’âge du fer (900–700 av JC), le vaste oppidum cel­to-lig­ure de Glanon se développe régulière­ment jusqu’au coup d’arrêt porté par les cam­pagnes de paci­fi­ca­tion grecque (en 125 av JC) et romaine (90 av JC). Sous Auguste, la ville prend le nom de Glanum et renoue avec la prospérité. L’oppidum lat­inum devient alors cap­i­tale d’une civ­i­tas autonome. Mais les inva­sions bar­bares du IIIe siè­cle con­tribuent à son déclin. Dis­per­sés et appau­vris, les derniers habi­tants étab­lis­sent quelques vil­lae rurales en périphérie et vien­nent jeter 1.5 km plus au nord les bases du futur bourg médié­val de St-Rémy.

La ville s’é­tend alors à l’est et au sud de l’îlot prim­i­tif de Saint-Pierre, repous­sant son enceinte jusqu’à don­ner au cen­tre ancien sa forme d’é­cus­son. Au XIVe siè­cle, le petit bourg agri­cole part à la con­quête de ses zones marécageuses.

À par­tir du XVIe siè­cle, St-Rémy con­naît l’opulence. Entre ses rem­parts, nobles, bour­geois et com­merçants étab­lis­sent quelques rich­es demeures à l’abri des trou­bles du temps (pas­sage des grandes com­pag­nies, guer­res de religion,…).

Pen­dant toute l’époque mod­erne, la ville sert d’étape aux troupes royales sur le chemin reliant Langue­doc et Provence.

Durant le XVI­Ie siè­cle, avec la sécu­rité retrou­vée de nom­breuses auberges et quelques cou­vents s’établissent aux portes de la ville, pré­fig­u­rant ses faubourgs. Au XVI­I­Ie siè­cle, le bâti domes­tique, inté­gré à l’enceinte, ouvre ses fenêtres sur les champs et jardins alentours.

 


 

Le XIXe siè­cle voit la ville accéder au com­merce inter­na­tion­al pour le plus grand prof­it d’exploitants spé­cial­isés dans la cul­ture du chardon cardère, de la garance ou le négoce des céréales et des semences. Cer­tains ves­tiges de ce pat­ri­moine indus­triel mécon­nu (rac­corde­ment de la mino­terie à l’ancienne gare et tours de cou­ple­ment des tur­bines) néces­si­tent une mise en valeur spécifique.

Dans la deux­ième par­tie du XXe siè­cle, Saint-Rémy devient ville touris­tique. Sa renom­mée génère un triple­ment esti­val de la pop­u­la­tion et une poussée démo­graphique durable à l’origine de son étale­ment concentrique.

 

POLITIQUE PATRIMONIALE, PROCEDURE ET OUTILS

La ville est mem­bre de la fon­da­tion Van Gogh Europe.
Ses rues ont été dal­lées et les réseaux par­tielle­ment mis en discrétion.
Sta­tion de tourisme depuis jan­vi­er 2020, St-Rémy a vu la même année son cen­tre ancien béné­fici­er d’un classe­ment en Site Pat­ri­mo­ni­al Remarquable.

 

OUTILS REGLEMENTAIRES ET PLANIFICATION

  • Direc­tive Paysagère des Alpilles, pre­mière « direc­tive de pro­tec­tion et de mise en valeur des paysages » de France (2007);
  • Plan de Val­ori­sa­tion de l’Architecture et du Pat­ri­moine (PVAP) à venir.
  • PLU, SCOT du Pays d’Arles, pôle mét­ro­pol­i­tain de Grande Provence.
  • Une charte rédigée par le PNRA encadre l’affichage publicitaire.

 

PROGRAMMES D’ACTIONS LIÉS AU CADRE DE VIE ET AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

- Plan Cli­mat Air Energie ter­ri­to­r­i­al (Petr du pays d’Arles) et sa décli­nai­son con­tractuelle (CTE).

 

PROJETS URBAINS

  • OPAH inci­ta­tive avec opéra­tion façade et réha­bil­i­ta­tion énergé­tique du bâti ancien sur le périmètre du SPR ;
  • Label­li­sa­tion art et his­toire à l’échelle com­mu­nale ou ter­ri­to­ri­ale. Val­ori­sa­tion et ani­ma­tion du pat­ri­moineLa com­mune com­prend 18 mon­u­ments his­toriques (dont 5 sis en SPR), un site classé, un site inscrit pour 40 ha d’espaces pro­tégés. Le site archéologique de Glanum et l’hôtel de Sade sont gérés par le Cen­tre des Mon­u­ments Nationaux qui y accueille régulière­ment les chercheurs (pro­jet de fouilles pro­gram­mées avec l’INRAP et l’institut uni­ver­si­taire Arkaïa).Sans dis­pos­er d’outils con­ven­tion­nels de médi­a­tion, la ville mène une poli­tique volon­tariste de sen­si­bil­i­sa­tion au pat­ri­moine, notam­ment par la tenue d’ateliers périsco­laires au sein du musée munic­i­pal dédié à l’ethnologie et aux arts graphiques ou par l’attribution d’un prix récom­pen­sant les études sur le ter­roir (prix Robert Leroy).
  • Une poli­tique d’inventaire et de pro­tec­tion du petit pat­ri­moine est conduite.

 

EQUIPEMENTS CULTURELS

  • Fonds pat­ri­mo­ni­al (ancien et provençal) à la bib­lio­thèque municipale ;
  • Musée Estrine (cen­tre d’art présence Van Gogh) label­lisé musée de France ; Musée des Alpilles (eth­nolo­gie et arts graphiques) ;
  • Alpil­i­um, salle de spec­ta­cles et de congrès.

 

MÉDIATION

• Com­mu­ni­ca­tion (jour­nal local),
• Expo­si­tions,
• Ani­ma­tions auprès des sco­laires (Musée des Alpilles).

 

PUBLICATIONS

A venir :

« l’Arbre, élé­ment du pat­ri­moine urbain saint-rémois »

EXPÉRIENCE PILOTE

Aucune expéri­ence à affich­er pour le moment.