L’association Sites & Cités

L’association Sites & Cités remar­quables de France développe une action glob­ale, poli­tique et tech­nique, urban­is­tique, économique, sociale et culturelle.

Créée en 2000 pour regrouper les villes et ensem­bles de com­munes por­teurs d’un secteur pro­tégé aujourd’hui “Sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables” et les villes et pays sig­nataires de la con­ven­tion “Ville et Pays d’art et d’histoire”.

Présentation & objectifs

Sites & Cités remarquables de France constitue :

  • un réseau de plus de 260 adhérents de toute échelle
  • une plateforme pour échanger des compétences, des expériences et des interrogations dans les domaines du patrimoine et de l’urbanisme (protection, gestion, médiation et valorisation) au niveau national et international
  • un espace de conseil, d’expertise et d’accompagnement des collectivités en termes de stratégies d’actions, de méthodes et d’outils
  • un centre de ressources, assurant une veille juridique et technique sur les politiques patrimoniales et leurs outils
  • un représentant et relais des collectivités auprès des instances nationales et assemblées parlementaires avec des partenariats forts et divers (Ministère de la transition écologique et solidaire, Ministère de la Culture, Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Caisse des dépôts et Consignations, Régions…)
  • un champ d’actions très étendu incluant : séminaires, formations et ateliers à destination des élus et techniciens des collectivités et des institutions, commissions et groupes de travail autour de thèmes actuels (patrimoine et développement durable, gestion et fiscalité du patrimoine, médiation du patrimoine, reconversion du patrimoine, patrimoine et tourisme, connaissance du patrimoine…)
  • une association développant partenariats et échanges avec de nombreux autres acteurs du patrimoine : ARF, APVF, UNESCO, AMF, Fondation du patrimoine, Patrimoine-Environnement…

L’association favorise échanges et coopéra­tions et se donne comme objectifs :

« La participation à la mise en réseau à des niveaux territoriaux différents pour développer une politique de valorisation et de médiation du patrimoine, de l’architecture et de l’urbanisme. Cette mise en réseau concerne les objectifs mais aussi les partenariats territoriaux et humains, les structures économiques et culturelles.

La facilitation de la connaissance mutuelle des expériences : elle encourage les partenariats et les échanges entre élus, scientifiques et techniciens ; elle s’engage dans l’information et les formations de tous les partenaires, y compris des élus.

Le dialogue entre tous les acteurs ; elle favorise l’évolution de la réflexion au regard de la diversité des réalités économiques et sociales des territoires. En relation avec les différentes collectivités et institutions, elle peut être le conseiller des stratégies et des actions de mise en valeur.

Ces thèmes sont développés à l’échelon national, européen et international, tant pour l’association elle-même que pour ses partenaires. »

article 3 des statuts

Les ori­en­ta­tions de l’Association Sites & Cités se dévelop­pent au sein de com­mis­sions thé­ma­tiques, d’ateliers, de ren­con­tres et de mis­sions d’étude. Les enjeux des villes et pays con­stituent une base du tra­vail de réflex­ion et d’échanges.

Notre réseau

Villes et Pays d’art et d’histoire (VPAH)

En 2018, 190 villes et ter­ri­toires ont signé une con­ven­tion avec le min­istère de la Cul­ture, pour dévelop­per une démarche de con­nais­sance appro­fondie de leur ter­ri­toire, de mise en valeur de leur pat­ri­moine et de sen­si­bil­i­sa­tion des publics (habi­tants, pub­lic jeune, touristes). Elles ont recours à un per­son­nel qual­i­fié : les ani­ma­teurs de l’architecture et du pat­ri­moine, les guides conférenciers…

Sites patrimoniaux remarquables (SPR)

Créés par la loi rel­a­tive à la lib­erté de créa­tion, à l’architecture et au pat­ri­moine (loi LCAP) pro­mul­guée le 7 juil­let 2016, les sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables con­cer­nent les villes, vil­lages ou quartiers ain­si que leurs paysages et espaces ruraux dont la con­ser­va­tion, la restau­ra­tion, la réha­bil­i­ta­tion ou la mise en valeur présen­tent, au point de vue his­torique, archi­tec­tur­al, archéologique, artis­tique ou paysager, un intérêt public.
Ils sont dotés d’un plan de sauve­g­arde et de mise en valeur (PSMV) et/ou d’un plan de val­ori­sa­tion de l’architecture et du pat­ri­moine (PVAP). De plus, les secteurs sauve­g­ardés, ZPPAUP, AVAP, devi­en­nent automa­tique­ment des sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables et con­ser­vent leurs règle­ments. Outre, les ZPPAUP et les AVAP peu­vent être mod­i­fiées, en cas de révi­sion elles doivent être trans­for­mées en PSMV et/ou en PVAP.

Plan de sauve­g­arde et de mise en valeur (PSMV)

André Mal­raux crée en 1962 les secteurs sauve­g­ardés dotés d’un règle­ment : le PSMV qui fixe les con­di­tions de con­ser­va­tion, de pro­tec­tion, de trans­for­ma­tion, d’évolution des immeubles et des espaces. C’est une démarche d’urbanisme qual­i­tatif dont l’objectif est autant de con­serv­er le cadre urbain et l’architecture anci­enne que d’en per­me­t­tre l’évolution har­monieuse au regard des fonc­tions urbaines con­tem­po­raines et en rela­tion avec l’ensemble de la ville. Elaborés con­join­te­ment par l’Etat et la col­lec­tiv­ité, ils sont au nom­bre de 111 en 2016.

Plan de val­ori­sa­tion de l’architecture et du pat­ri­moine (PVAP)

Servi­tude d’utilité publique pilotée par la col­lec­tiv­ité, avec l’assistance tech­nique et finan­cière de l’Etat, le PVAP iden­ti­fie les immeubles, espaces publics, mon­u­ments, sites, cours, jardins, plan­ta­tions et mobiliers urbains à pro­téger et à con­serv­er, à met­tre en valeur ou à requal­i­fi­er pour des motifs d’ordre cul­turel, his­torique ou archi­tec­tur­al. De ce fait, il fixe les pre­scrip­tions per­me­t­tant d’assurer leur con­ser­va­tion ou leur restau­ra­tion, de pro­mou­voir la mise en valeur durable de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, de l’histoire, de l’archéologie…