Depuis le confi­ne­ment, pour atté­nuer les dif­fi­cul­tés que ren­contrent entre­prises et entre­pre­neurs de la culture et du tou­risme, le Gouvernement a pris diverses dis­po­si­tions, comme la créa­tion d’un fonds de soli­da­ri­té, des mesures d’ur­gence en matière de reve­nus de rem­pla­ce­ment, qui concernent les acteurs de la culture et les inter­mit­tents du spec­tacle.

Seule une mino­ri­té de guides étant concer­née par ces mesures de soli­da­ri­té.
Martin Malvy, pré­sident de Sites & Cités, a sai­si  Monsieur Riester, ministre de la Culture,  afin que cette pro­fes­sion soit éli­gible aux dis­po­si­tifs actuels et futures aides au sec­teur cultu­rel.

 

Monsieur le Ministre,

Dans le contexte de pro­pa­ga­tion du virus covid-19 et compte-tenu de ses consé­quences sur l’intégralité de l’économie cultu­relle et tou­ris­tique, nous avons été sen­sibles aux ordon­nances et décret qui ont pré­vu un ensemble de dis­po­si­tions pour sou­te­nir les entre­prises et les indé­pen­dants des métiers de la culture et du spec­tacle.

L’effort des Ministères de la Culture, du Travail et des Affaires étran­gères a rete­nu le sec­teur du tou­risme cultu­rel et patri­mo­nial, pri­mor­dial pour l’activité éco­no­mique, pour un grand nombre d’entreprises et de col­lec­ti­vi­tés. Toutefois, à la lec­ture atten­tive de la liste des pro­fes­sion­nels concer­nés, il nous semble qu’il n’a pas été por­té réponse aux pro­blèmes des Guides-confé­ren­ciers. Ils sont les piliers indis­pen­sables de la média­tion et de la valo­ri­sa­tion du patri­moine dans les « Sites Patrimoniaux Remarquables » et les « Villes et Pays d’art et d’histoire » que notre réseau Sites & Cités repré­sente.

Guide-confé­ren­cier est une pro­fes­sion régle­men­tée avec une carte pro­fes­sion­nelle éma­nant des pré­fec­tures. Ils sont aujourd’hui plu­sieurs mil­liers sur l’ensemble du ter­ri­toire natio­nal. Certes, l’ordonnance sur la créa­tion d’un fonds de soli­da­ri­té à des­ti­na­tion des entre­prises peut concer­ner cer­tains d’entre eux, auto-entre­pre­neurs, mais ceux-là sont l’extrême mino­ri­té.

Je me per­mets donc d’attirer votre atten­tion sur la situa­tion par­ti­cu­lière qui est la leur, en espé­rant qu’un exa­men peut-être plus appro­fon­di, et au regard des situa­tions indi­vi­duelles, per­met­tra de leur appor­ter des solu­tions et ce, en pre­nant en compte le fait que les mois qui viennent sont tra­di­tion­nel­le­ment ceux qui leur per­mettent d’assurer l’essentiel de leurs reve­nus annuels.

En vous remer­ciant par avance, veuillez croire Monsieur le Ministre à l’as­su­rance de mes sen­ti­ments les plus dis­tin­gués.