Depuis le con­fine­ment, pour atténuer les dif­fi­cultés que ren­con­trent entre­pris­es et entre­pre­neurs de la cul­ture et du tourisme, le Gou­verne­ment a pris divers­es dis­po­si­tions, comme la créa­tion d’un fonds de sol­i­dar­ité, des mesures d’ur­gence en matière de revenus de rem­place­ment, qui con­cer­nent les acteurs de la cul­ture et les inter­mit­tents du spectacle.

Seule une minorité de guides étant con­cernée par ces mesures de solidarité.
Mar­tin Malvy, prési­dent de Sites & Cités, a saisi  Mon­sieur Riester, min­istre de la Cul­ture,  afin que cette pro­fes­sion soit éli­gi­ble aux dis­posi­tifs actuels et futures aides au secteur culturel.

 

Mon­sieur le Ministre,

Dans le con­texte de prop­a­ga­tion du virus covid-19 et compte-tenu de ses con­séquences sur l’intégralité de l’économie cul­turelle et touris­tique, nous avons été sen­si­bles aux ordon­nances et décret qui ont prévu un ensem­ble de dis­po­si­tions pour soutenir les entre­pris­es et les indépen­dants des métiers de la cul­ture et du spectacle.

L’effort des Min­istères de la Cul­ture, du Tra­vail et des Affaires étrangères a retenu le secteur du tourisme cul­turel et pat­ri­mo­ni­al, pri­mor­dial pour l’activité économique, pour un grand nom­bre d’entreprises et de col­lec­tiv­ités. Toute­fois, à la lec­ture atten­tive de la liste des pro­fes­sion­nels con­cernés, il nous sem­ble qu’il n’a pas été porté réponse aux prob­lèmes des Guides-con­férenciers. Ils sont les piliers indis­pens­ables de la médi­a­tion et de la val­ori­sa­tion du pat­ri­moine dans les « Sites Pat­ri­mo­ni­aux Remar­quables » et les « Villes et Pays d’art et d’histoire » que notre réseau Sites & Cités représente.

Guide-con­férenci­er est une pro­fes­sion régle­men­tée avec une carte pro­fes­sion­nelle émanant des pré­fec­tures. Ils sont aujourd’hui plusieurs mil­liers sur l’ensemble du ter­ri­toire nation­al. Certes, l’ordonnance sur la créa­tion d’un fonds de sol­i­dar­ité à des­ti­na­tion des entre­pris­es peut con­cern­er cer­tains d’entre eux, auto-entre­pre­neurs, mais ceux-là sont l’extrême minorité.

Je me per­me­ts donc d’attirer votre atten­tion sur la sit­u­a­tion par­ti­c­ulière qui est la leur, en espérant qu’un exa­m­en peut-être plus appro­fon­di, et au regard des sit­u­a­tions indi­vidu­elles, per­me­t­tra de leur apporter des solu­tions et ce, en prenant en compte le fait que les mois qui vien­nent sont tra­di­tion­nelle­ment ceux qui leur per­me­t­tent d’assurer l’essentiel de leurs revenus annuels.

En vous remer­ciant par avance, veuillez croire Mon­sieur le Min­istre à l’as­sur­ance de mes sen­ti­ments les plus distingués.