Le mécé­nat de la Caisse des dépôts lance pour la cin­quième année consé­cu­tive un appel à can­di­da­tures pour sou­te­nir la recherche et l’innovation dans le champ de l’architecture et du pay­sage en France. Pleinement enga­gée pour la réduc­tion des frac­tures ter­ri­to­riales et sociales de notre pays, la Caisse des Dépôts entend pro­mou­voir des tra­vaux de recherche qui contri­buent à ces objec­tifs en pre­nant la mesure des enjeux envi­ron­ne­men­taux et sociaux aux­quels notre socié­té doit faire face. Le sou­tien au renou­vel­le­ment des pra­tiques des archi­tectes et des pay­sa­gistes appa­raît en effet comme une prio­ri­té. Il est indis­pen­sable de faire évo­luer nos façons de bâtir pour agir en France sur le niveau des émis­sions de gaz à effet de serre ; il nous faut nous inter­ro­ger sur l’intégration archi­tec­tu­rale et pay­sa­gère de nos lieux de pro­duc­tion indus­triels et agri­coles ; il nous faut inven­ter des méthodes d’aménagement mieux adap­tées aux spé­ci­fi­ci­tés de chaque ter­ri­toire. Pour la Caisse des dépôts, la recherche en archi­tec­ture et en pay­sage pos­sède une par­tie des solu­tions : c’est l’objet de cet appel à can­di­da­tures 2020.

Cet appel a éga­le­ment pour but de faire émer­ger des tra­vaux de recherche inno­vants qui favo­risent la prise en compte des impé­ra­tifs éco­lo­giques et sociaux par les pra­ti­ciens de l’architecture et du pay­sage. Les visées de ces tra­vaux seront mul­tiples : enri­chir les savoirs théo­riques et pra­tiques en archi­tec­ture et en pay­sage, capi­ta­li­ser sur cette connais­sance, accroître le niveau de for­ma­tion, de qua­li­fi­ca­tion et d’ex­per­tise des pro­fes­sion­nels concer­nés, enfin favo­ri­ser l’émergence d’usages indi­vi­duels et col­la­bo­ra­tifs inté­grant les nou­velles normes tech­niques et juri­diques.

Le sens de cette démarche est de valo­ri­ser les pra­tiques de recherche et d’in­no­va­tion por­tées par les diplô­més au sein des écoles, par les ensei­gnants et par les agences, col­lec­tifs ou autres struc­tures pro­fes­sion­nelles, afin de réunir les acteurs aca­dé­miques, pro­fes­sion­nels et éco­no­miques. Les résul­tats de ces recherches consti­tue­ront un foyer de réflexion pour mieux anti­ci­per les évo­lu­tions futures en matière d’ar­chi­tec­ture et de pay­sage.