Sites & Cités a interpellé le Ministère de la Culture sur la question des guides-conférenciers, au départ absents des dispositifs d’aides face à la crise sanitaire.

Un ren­dez-vous télé­pho­nique s’est tenu entre Sites & Cités et le cabi­net du Ministre de la Culture. Les asso­cia­tions de guides-confé­ren­ciers ont remer­cié Sites & Cités de cette prise de posi­tion.

Une réunion en visio-confé­rence s’est ensuite tenue le 12 juin en pré­sence de Franck Riester, Ministre de la culture, Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étran­gères, de Sites & Cités et d’associations repré­sen­ta­tives.

 

Faisant suite à cette réunion, un plan d’aide pour les guides-confé­ren­ciers a été acté, avec un accès au fonds de soli­da­ri­té géné­ral jusqu’à fin 2020. 5 mesures ont été prises :

  • Prolonger le fonds de soli­da­ri­té à des­ti­na­tion des entre­prises pour les guides-confé­ren­ciers au-delà du mois de mai 2020, dans des condi­tions assou­plies (jusqu’à 20 sala­riés et deux mil­lions d’euros de chiffre d’affaires), et ce jusqu’à la fin de l’année 2020, 
  • Exonérer auto­ma­ti­que­ment les entre­prises du sec­teur des coti­sa­tion sociales durant les mois de mars à juin 2020 (au titre des périodes d’emploi de février à mai 2020),
  • Permettre, pour les tra­vailleurs indé­pen­dants, une réduc­tion de coti­sa­tions égale à l’é­qui­valent de quatre mois de coti­sa­tions dues en moyenne dans ces sec­teurs en 2019,
  • Exonérer les micro-entre­pre­neurs des coti­sa­tions dues au titre des mois d’activités com­pris entre février et mai 2020, sans que ces der­niers doivent démon­trer une perte de reve­nus ou de chiffre d’affaires, 
  • Maintenir l’indemnité d’activité par­tielle pour les heures non tra­vaillées, prises en charge à 100 % jus­qu’à sep­tembre 2020 le cas échéant, 

Le mon­tant des aides ver­sées dans le cadre du second volet du fonds de soli­da­ri­té pour­ra atteindre un maxi­mum de 10 000 €. S’agissant des guides-confé­ren­ciers sala­riés, employés sous forme de contrats courts, qui ne sont pas éli­gibles aux dis­po­si­tifs qui viennent d’être décrits, le minis­tère de la Culture indique « tra­vailler depuis plu­sieurs semaines à la mise en place, dans les meilleurs délais, d’un fonds d’aide spé­ci­fique ».

« Les guides-confé­ren­ciers, dont la pro­fes­sion est recon­nue et régle­men­tée par la loi, jouent un rôle de pre­mier plan dans la pré­sen­ta­tion du patri­moine his­to­rique et cultu­rel fran­çais (…). Ils sont appe­lés à jouer un rôle majeur dans la reprise des acti­vi­tés cultu­relles et du tou­risme, dès cet été. Les opé­ra­teurs de l’État, ain­si que ceux des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, sont d’ores et déjà mobi­li­sés pour ce faire », déclarent les minis­tères de la Culture et de l’Europe et des Affaires étran­gères.

Le plan fait suite au Conseil inter­mi­nis­té­riel du tou­risme du 14 mai 2020, au cours duquel le Premier ministre Édouard Philippe avait annon­cé que « les guides-confé­ren­ciers feraient par­tie des acti­vi­tés qui conti­nue­raient de béné­fi­cier des dis­po­si­tifs d’accompagnement mis en place pour les sec­teurs les plus tou­chés par les consé­quences de la crise du Covid-19 ».