Un label, une histoire

1962 – Loi Mal­raux : créa­tion des secteurs sauvegardés

1965 — Créa­tion de l’appellation « Villes d’art » par la Caisse nationale des Mon­u­ments his­toriques et des Sites (aujourd’hui Cen­tre des mon­u­ments nationaux-CMN)

1983 — La loi de décen­tral­i­sa­tion crée les zones de pro­tec­tion du pat­ri­moine archi­tec­tur­al et urbain (ZPPAU)

1985 — Créa­tion du label Villes et Pays d’art et d’histoire par la Caisse nationale des Mon­u­ments his­toriques et des Sites

1995 – Créa­tion du Con­seil nation­al des Villes et Pays d’art et d’histoire. Le ser­vice des Villes et Pays d’art et d’histoire rejoint le min­istère de la Cul­ture et de la Com­mu­ni­ca­tion. Les Direc­tions régionales des affaires cul­turelles sont mobil­isées sur la mise en œuvre du label.

2015 — Le label fête ses 30 ans !

2016 — Adop­tion de la Loi rel­a­tive à la lib­erté de Créa­tion, à l’architecture et au pat­ri­moine // 186 villes et ter­ri­toires sont labellisés

1965–2016 : D’un siè­cle à l’autre

En 1965, la Caisse nationale des Mon­u­ments his­toriques et des Sites (CNMHS) pro­pose aux villes l’appellation « Ville d’art » pré­fig­u­ra­tion du label Villes et Pays d’art et d’his­toire, per­me­t­tant une aide finan­cière et un accom­pa­g­ne­ment de l’État pour la qual­ité des vis­ites pro­posées aux touristes et aux habitants.

Signées par 80 villes, ces con­ven­tions « Ville d’art » ont été sou­vent mis­es en place par­al­lèle­ment à la créa­tion des secteurs sauve­g­ardés. L’enjeu de val­ori­sa­tion dépasse dès lors la sphère du mon­u­ment pour s’étendre aux quartiers anciens, la notion de tourisme cul­turel y est affir­mée. Chaque ville s’engageait à for­mer et recruter avec l’aide de l’État, des guides con­férenciers agréés par la CNMHS, garan­tis­sant la qual­ité des vis­ites et leur renouvellement.

Vingt ans plus tard, en 1985, la CNMHS crée le label “Villes et Pays d’art et d’histoire” en com­plé­ment des lois de décen­tral­i­sa­tion définis­sant les zones de pro­tec­tion du pat­ri­moine archi­tec­tur­al, urbain et paysager (ZPPAUP). Fougères est la pre­mière ville label­lisée en 1985, le Mont­mo­ril­lon­nais est en 1987 le pre­mier Pays d’art et d’histoire.

Aujourd’hui, le label est attribué par le min­istère de la Cul­ture et de la Com­mu­ni­ca­tion. La sig­na­ture d’une con­ven­tion entre les col­lec­tiv­ités et l’État con­firme l’ambition du pro­jet cul­turel. Pour les ani­mer, les col­lec­tiv­ités s’engagent à recruter un ani­ma­teur de l’architecture et du pat­ri­moine, à avoir recours à des guides-con­férenciers et, depuis 2008, à con­cevoir une stratégie d’interprétation de l’architecture et du patrimoine.

En 2020, le label est porté par 202 ter­ri­toires et con­tin­ue de se dévelop­per, aus­si bien en métro­pole qu’en Outre-mer.