De nom­breuses per­son­na­li­tés, élus et experts, inter­viennent lors du congrès natio­nal à Figeac les 16 et 17 mai 2019.

Retrouvez ici les pre­miers noms de nos inter­ve­nants ain­si que leurs bio­gra­phies.

Cliquez sur une ini­tiale pour accé­der direc­te­ment au pre­mier para­graphe concer­né :

Jean ATTALI, Professeur émérite à l’ENSA Paris-Malaquais

Professeur émé­rite à l’ENSA Paris-Malaquais, Jean ATTALI a consa­cré l’essentiel de son ensei­gne­ment aux muta­tions de la ville et des grandes aires urbaines contem­po­raines. Il pré­pare l’édition d’un Atlas mon­dial des villes, ini­tia­le­ment réa­li­sé sur plate-forme numé­rique dans le cadre du sémi­naire de recherche qu’il a diri­gé de 2007 à 2016. Jean ATTALI a publié notam­ment : Le plan et le détail. Une phi­lo­so­phie de l’architecture et de la ville, Nîmes, éd. J. Chambon, 2001 ; Retours de mer, Paris, éd. Dilecta, 2014 ; Elements Europa. Conseil euro­péen et Conseil de l’Union euro­péenne (avec Ph. Samyn, archi­tecte et ingé­nieur), Bruxelles, éd. Racine, 2016 ; Pau 2030, Un atlas pour demain, Paris, éd. Dilecta, 2017.

Lors de ce congrès, Jean ATTALI inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Le Paysage, quelle place à l’orée des zones urbaines ?” du jeu­di 16 mai.

Antoine AUDI, Maire de Périgueux, 1er Vice-Président du Grand Périgueux et Conseiller Régional de Nouvelle Aquitaine

Après avoir été fonc­tion­naire à l’Éducation natio­nale, Antoine AUDI est à la fois homme d’affaires à tra­vers sa fonc­tion de Directeur Général de Capgemini Institut, mais éga­le­ment maire de la Ville de Périgueux et vice-pré­sident de son inter­com­mu­na­li­té depuis 2014, ain­si que Conseiller Régional de Nouvelle Aquitaine depuis 2016. Antoine AUDI a occu­pé plu­sieurs autres fonc­tions poli­tiques, notam­ment Chef de Cabinet de Bernard LAPORTE, Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports de 2007 à 2009, et a été Directeur-fon­da­teur du Centre National de Rugby de Marcoussis pour la Fédération Française de Rugby de 2000 à 2007.

Lors de ce congrès, Antoine AUDI inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” le ven­dre­di 17 mai.

Philippe BARBAT, Directeur général des Patrimoines, ministère de la Culture

Philippe BARBAT est ancien élève de l’École natio­nale des chartes (1991–1995), de l’École natio­nale du patri­moine (1996–1997) et de l’École natio­nale d’administration (2004–2006). De 1997 à 2002, il est conser­va­teur du patri­moine à la direc­tion des archives de France. A sa sor­tie de l’ENA, il intègre le conseil d’Etat comme audi­teur puis maître des requêtes (2006–2010).
En 2007, Philippe BARBAT est le rap­por­teur géné­ral adjoint du Livre blanc sur les valeurs, les mis­sions et les métiers de la fonc­tion publique. L’année sui­vante, il est nom­mé secré­taire géné­ral de la com­mis­sion Villa Médicis.
Philippe BARBAT occupe de 2010 à 2012 les fonc­tions d’adjoint au direc­teur char­gé des Archives de France. De 2012 à 2015, il est nom­mé conseiller en charge du patri­moine et de l’architecture aux cabi­nets d’Aurélie FILIPPETTI puis de Fleur PELLERIN, ministres de la Culture et de la Communication.
De jan­vier 2015 à novembre 2018, Philippe BARBAT est direc­teur de l’Institut natio­nal du patri­moine.
En novembre 2018, il est nom­mé direc­teur géné­ral des patri­moines par Franck RIESTER, ministre de la Culture.

Lors de ce congrès, Philippe BARBAT inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” le ven­dre­di 17 mai.

Brigitte BARIOL-MATHAIS, Déléguée Générale de la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme (FNAU)

Brigitte BARIOL-MATHAIS est Déléguée Générale de la Fédération Nationale des Agences d’urbanisme (FNAU), outils d’ingénierie par­te­na­riaux qui tra­vaillent aux cotés des col­lec­ti­vi­tés sur les poli­tiques urbaines. La FNAU est un réseau d’élus et un réseau de coopé­ra­tions entre pro­fes­sion­nels. La FNAU prend part aux débats sur la ville et réa­lise de nom­breuses publi­ca­tions. Elle inter­vient à l’international. Architecte Urbaniste en Chef de l’Etat, diplô­mée en archi­tec­ture et urba­nisme, Brigitte BARIOL-MATHAIS, après avoir tra­vaillé en libé­ral et dans les ser­vices de l’État, a diri­gé l’Agence d’urbanisme de la région sté­pha­noise. Elle est éga­le­ment experte inter­na­tio­nale : action euro­péenne sur la Ville durable, groupes de tra­vail de ONU Habitat sur la pla­ni­fi­ca­tion et l’Agenda urbain inter­na­tio­nal.

Lors de ce congrès, Brigitte BARIOL-MATHAIS inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “L’urbanisme patri­mo­nial : une ingé­nie­rie inno­vante pour toutes les col­lec­ti­vi­tés ?” le jeu­di 16 mai.

Philippe BELAVAL, Conseiller d’État, Président du Centre des monuments nationaux

Titulaire d’une maî­trise de droit public, Diplômé de l’IEP de Toulouse, élève à l’École natio­nale d’administration (ENA) (pro­mo­tion Michel de l’Hospital, 1977–79), Philippe BELAVAL a com­men­cé sa car­rière comme rap­por­teur auprès de la sec­tion du conten­tieux et de la sec­tion des finances au Conseil d’État. Conseiller tech­nique (1983–84) puis char­gé de mis­sion (1984–86) auprès d’Henri Emmanuelli (secré­taire d’État char­gé du Budget et de la Consommation), Directeur adjoint (1988–89) puis Directeur (1989–90) du cabi­net de Michel Durafour (ministre de la Fonction publique et des Réformes admi­nis­tra­tives), Philippe BELAVAL a par la suite été Directeur géné­ral du Théâtre natio­nal de l’Opéra de Paris (1990–92), de la Bibliothèque natio­nale de France (BNF) (1994–98) puis Directeur des Archives de France au minis­tère de la Culture et de la Communication (1998–2000). Président des cours admi­nis­tra­tives d’appel de Bordeaux (2001–04) et de Versailles (2004–08) puis Chef de la Mission per­ma­nente d’inspection des juri­dic­tions admi­nis­tra­tives (2008–10), il a exer­cé les fonc­tions de Directeur géné­ral des patri­moines au minis­tère de la Culture et de la Communication (2010–12). Il est, depuis le 29 juin 2012, Président du Centre des monu­ments natio­naux (CMN).

Lors de ce congrès natio­nal, Philippe BELAVAL inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” le ven­dre­di 17 mai.

Annick BERTHAUD, Directrice de l’Urbanisme Règlementaire de Rodez Agglomération

Responsable d’un ser­vice urba­nisme dans une com­mune de 8000 habi­tants en Ardèche pen­dant 5 ans de 2000 à 2005, Annick BERTHAUD est Directrice de l’urbanisme règle­men­taire à la com­mu­nau­té d’agglomération de Rodez, avec notam­ment en charge le ser­vice d’instruction des auto­ri­sa­tions d’urbanisme et la ges­tion des évo­lu­tions du Plan Local d’Urbanisme inter­com­mu­nal, depuis 2006. Cette fonc­tion croi­sée, entre la rédac­tion des règles d’urbanisme, leur appli­ca­tion et la concré­ti­sa­tion des construc­tions sur le ter­rain per­met de se rendre compte que l’urbanisme contri­bue à l’évolution des pay­sages et que le règle­ment d’un PLU ne pro­duit pas néces­sai­re­ment des amé­na­ge­ments res­pec­tueux du contexte local.

Lors de ce congrès natio­nal, Annick BERTHAUD inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires.” le jeu­di 16 mai.

Jean Blaise, Le Voyage à Nantes © Olivier Metzger /​ LVAN

Jean BLAISE, directeur général du Voyage à Nantes

Jean BLAISE est né en 1951 à Alger. Après des études de lettres à l’université de Bordeaux, il devient direc­teur du Centre Culturel de Saint Médard-en-Jalles (1976) puis du Centre d’Action Culturelle de Chelles (1977–79), Chargé de la créa­tion du Centre de la créa­tion du Centre d’Action Culturelle dépar­te­men­tal de la Guadeloupe (1980–82), Directeur fon­da­teur de la Maison de la culture de Nantes (1982–83), Directeur du Centre de Recherche pour le Développement Culturel (depuis 1984), Directeur-fon­da­teur du Lieu unique (2000), Directeur de la Société Publique Locale (SPL) Le Voyage à Nantes (pro­jet cultu­rel pour la pro­mo­tion de Nantes métro­pole), Président de la Mission natio­nale d’art et de culture dans l’espace public (MNACEP) au minis­tère de la Culture (2014). Créateur de nom­breuses mani­fes­ta­tions cultu­relles : le fes­ti­val des Allumés, fes­ti­val de Hué au Vietnam, Nuit blanche pari­sienne (2002 et 2005), en 2007 la bien­nale Estuaire d’art contem­po­rain. Jean BLAISE est depuis 2015 direc­teur artis­tique des fes­ti­vi­tés liées aux 500 ans de la fon­da­tion du port du Havre.

Lors de ce congrès, Jean BLAISE inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Claudine BOISORIEUX, Maire de Clamecy

Claudine BOISORIEUX est Maire de Clamecy depuis 2008. Elle a exer­cé toute sa car­rière pro­fes­sion­nelle au sein de la Poste. Très inves­tie au niveau asso­cia­tif, elle a été pré­si­dente de l’Association Sportive Omnisports de Clamecy et est membre actif de nom­breuses asso­cia­tions, spor­tives et cultu­relles. Claudine BOISORIEUX a été suc­ces­si­ve­ment conseillère muni­ci­pale, adjointe au maire de Clamecy char­gée du déve­lop­pe­ment éco­no­mique et de la culture. Conseillère régio­nale de Bourgogne de 2004 à 2010 où elle est pré­si­dente de la com­mis­sion Lycées. Elle est depuis 2017 membre de la Commission Nationale du Patrimoine et de l’Architecture, au titre de la sec­tion 5 « pro­tec­tion des ins­tru­ments de musique au titre des monu­ments his­to­riques et tra­vaux ». Chevalier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre National du Mérite.

Lors de ce congrès, Claudine BOISORIEUX inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “L’urbanisme patri­mo­nial : une ingé­nie­rie inno­vante pour toutes les col­lec­ti­vi­tés ?” du jeu­di 16 mai.

Elisabeth BONJEAN, maire de Dax

Elisabeth BONJEAN est maire de Dax, pré­si­dente de la Communauté d’Agglomération du Grand Dax et conseillère régio­nale Nouvelle-Aquitaine.

Lors de ce congrès, Elisabeth BONJEAN inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Marie BONNABEL, Directrice adjointe des Musées et Monuments de Toulouse

Architecte et archéo­logue du bâti de for­ma­tion. Chargée de pro­jets pour le Musée Dauphinois à Grenoble puis chef du ser­vice patri­moine du Département de l’Hérault de 2000 à 2005. En charge du ser­vice patri­moine de la Région Languedoc Roussillon de 2006 à 2013. Directrice du Couvent des Jacobins à Toulouse à par­tir de 2014 et direc­trice adjointe des Musées et Monuments de Toulouse depuis 2018.

Lors de ce congrès, Marie BONNABEL inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Nancy BOUCHÉ, consultante, présidente honoraire du Pôle national de lutte contre l’habitat indigne

Membre pen­dant 30 ans de la Commission natio­nale des sec­teurs sau­ve­gar­dés, secré­taire géné­rale puis vice-pré­si­dente d’ICOMOS-France, Nancy BOUCHÉ est une spé­cia­liste du patri­moine urbain et de l’habitat indigne. Elle a acquis une expé­rience inter­na­tio­nale d’expert sur ces ques­tions en République Tchèque, en Bulgarie, en Tunisie et au Bresil. A fait des exper­tises pour le compte du Conseil de l’Europe.
Nancy BOUCHÉ exerce aujourd’hui sur les ques­tions de patri­moine urbain en Métropole et Outre-Mer une exper­tise auprès des ser­vices de l’État et des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et assure de nom­breuses actions de for­ma­tion.

Lors de ce congrès, Nancy BOUCHÉ inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Pierre BOURDEREAU, Directeur-adjoint des relations extérieures, groupe Casino

Pierre BOURDEREAU est Directeur-adjoint des rela­tions exté­rieures du Groupe Casino depuis 2012. Il s’attache notam­ment aux ques­tions rela­tives au rôle du com­merce dans l’aménagement des ter­ri­toires, ruraux comme urbains, aux rela­tions avec les asso­cia­tions d’élus, à l’ensemble des ques­tions agri­coles (rela­tions avec les filières, les syn­di­cats, le minis­tère…) au sui­vi de textes légis­la­tifs ayant un impact pour le groupe Casino , à l’accompagnement de pro­jets du groupe auprès des ins­ti­tu­tion­nels concer­nés (élus , admi­nis­tra­tions , asso­cia­tions, consu­laires…), aux rela­tions avec les Ministres et leurs cabi­nets pour les sujets concer­nant le groupe.
Précédemment, durant plus de 30 ans, Pierre BOURDEREAU a exer­cé des col­la­bo­ra­tions diver­si­fiées dans des cabi­nets (Ministères, grandes villes,…) et auprès d’élus natio­naux à l’Assemblée Nationale ou dans des inter­com­mu­na­li­tés. Il a éga­le­ment exer­cé dans le domaine des rela­tions ins­ti­tu­tion­nelles pour le compte d’autres entre­prises et d’un cabi­net spé­cia­li­sé.

Lors de ce congrès, Pierre BOURDEREAU inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les centres anciens, labo­ra­toires d’une éco­no­mie pus durable ?” du jeu­di 16 mai.

Franck CHAIGNEAU, Expert développement rural chez la Caisse des dépôts – Banque des territoires

Géographe spé­cia­li­sé en amé­na­ge­ment et déve­lop­pe­ment local, Franck CHAIGNEAU a débu­té dans l’urbanisme. Il a ensuite déve­lop­pé les tech­niques d’accueil des por­teurs de pro­jets propres au réseau des Balises. Il rejoint la Caisse des Dépôts en 2002 pour y conduire un pro­gramme d’aide à l’émergence d’activités dans les quar­tiers sen­sibles, deve­nu Citélab. En 2006, Franck CHAIGNEAU devient char­gé de mis­sion déve­lop­pe­ment éco­no­mique à Mairie-conseils. Il y déve­loppe des méthodes d’élaboration stra­té­gique par les élus qui l’amènent à pro­po­ser « l’économie régé­né­ra­tive » comme moda­li­tés de déve­lop­pe­ment des ter­ri­toires ruraux. Il est depuis 2015 en charge de l’ingénierie appor­tée aux com­munes et com­mu­nau­tés rurales par le réseau de la Banque des Territoires, notam­ment pour la redy­na­mi­sa­tion des centres-bourgs.

Lors de ce congrès, Franck CHAIGNEAU inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les centres anciens, labo­ra­toires d’une éco­no­mie plus durable ?” du jeu­di 16 mai.

Marion CLAUSTRE, Coordinatrice du projet européen ENERPAT SUDOE

Marion CLAUSTRE est coor­di­na­trice du pro­jet euro­péen ENERPAT SUDOE et char­gée de mis­sion déve­lop­pe­ment durable pour le Grand Cahors.

Lors de ce congrès, Marion CLAUSTRE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Patrimoines et déve­lop­pe­ment durable : quelle réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien ?” du jeu­di 16 mai.

Norbert CROZIER, Directeur de la Mission Louvre-Lens Tourisme

Après un DESS Tourisme et une for­ma­tion à HEC Paris, Norbert CROZIER devient expert en ingé­nie­rie tou­ris­tique et en stra­té­gie ter­ri­to­riale. Après notam­ment des expé­riences en région Rhône Alpes et à l’agglomération sté­pha­noise dans le cadre du grand pro­jet « St Étienne Métropole Design » il réa­lise dif­fé­rentes mis­sions en France. Fin 2010 il a pris les rênes de la Mission Louvre-Lens Tourisme, une mis­sion d’ingénierie ins­tal­lée à l’initiative du Département du Pas de Calais. Norbert CROZIER œuvre à la mise en des­ti­na­tion inter­na­tio­nale de cet ancien ter­ri­toire indus­triel. Il pilote le contrat de des­ti­na­tion tou­ris­tique ALL « Autour du Louvre Lens » asso­ciant 70 par­te­naires publics et pri­vés. La stra­té­gie d’attractivité qu’il déve­loppe s’inscrit dans une démarche desi­gn et d’économie créa­tive.

Lors de ce congrès, Norbert CROZIER inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

cruchon

Jacky CRUCHON, expert en urbanisme patrimonial

Consultant urba­nisme et patri­moine, il accom­pagne Sites & Cités remar­quables de France sur les aspects juri­diques, tech­niques, finan­ciers et légis­la­tifs des sec­teurs pro­té­gés.

Lors de ce congrès, Jacky CRUCHON inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires” du jeu­di 16 mai.

Yves DAUGE, président d’honneur de Sites & Cités

Ancien Maire de Chinon, Urbaniste de for­ma­tion, Yves DAUGE a mené une car­rière poli­tique asso­ciant les ques­tions de l’aménagement du ter­ri­toire, des enjeux cultu­rels et plus spé­ci­fi­que­ment de la sau­ve­garde du patri­moine et des pay­sages, tant en France qu’à l’étranger. Il a notam­ment été Directeur de la Direction de l’Urbanisme et des Paysages et pré­si­dé la Mission Interministérielle de Coordination des Grandes Opérations d’Architecture et d’Urbanisme avant d’être Chargé de Mission auprès de François Mitterrand.

Au cours de ses dif­fé­rents man­dats de Député (1997–2001) et Sénateur (2001–2011) tout comme dans son action d’élu ter­ri­to­rial, il a eu à cœur de mettre en œuvre une vision dyna­mique, trans­ver­sale et ouverte des ter­ri­toires, insis­tant sur les néces­si­tés de déve­lop­pe­ment et d’ouverture à l’international.

Président de l’Abbaye de Noirlac de 2007 à 2017, Yves DAUGE devient ain­si en 2008 pré­sident de l’Association des Centres Culturels de Rencontre. Il pré­side éga­le­ment l’Association des Biens Français du Patrimoine Mondial depuis sa créa­tion en 2007.

En 2017, Yves DAUGE a rédi­gé et remis au pre­mier ministre le rap­port « Plan natio­nal en faveur des nou­veaux espaces pro­té­gés » duquel a abou­ti le plan « Action cœur de ville ».

Lors de ce congrès, Yves DAUGE pré­sen­te­ra les conclu­sions et pers­pec­tives du congrès en com­pa­gnie de Martin MALVY et des pré­si­dents d’atelier le ven­dre­di 17 mai.

Jean-Luc DELPEUCH, Président Hesam Université

Jean-Luc DELPEUCH est pré­sident d’HESAM Université, élu par le Conseil d’Administration le 2 février 2016 pour un man­dat de 4 ans. Ingénieur des mines de Paris ayant inté­gré le corps des mines en 1982, il a consa­cré sa car­rière à la construc­tion euro­péenne, notam­ment auprès de la Commission euro­péenne ou au plus près de gou­ver­ne­ments en Europe cen­trale et en France ; ain­si qu’à la cohé­sion des ter­ri­toires, comme maire et pré­sident de com­mu­nau­té de com­munes en Bourgogne du sud. Sa vision huma­niste et inter­dis­ci­pli­naire de la trans­mis­sion des savoirs et savoir-faire, l’a ame­né à col­la­bo­rer à de grands pro­jets d’enseignement supé­rieur et de recherche et à être élu en 2016 à la pré­si­dence d’HESAM Université en paral­lèle de ses acti­vi­tés d’élu local.

Lors de ce congrès, Jean-Luc DELPEUCH inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Quelles condi­tions pour une nou­velle alliance entre res­tau­ra­tion et créa­tion archi­tec­tu­rale ?” le jeu­di 16 mai.

Gérard DUCLOS, Maire de Lectoure, Trésorier de Sites & Cités et Membre de la Commission Nationale Patrimoine et Architecture

Gérard DUCLOS est méde­cin, Maire de Lectoure depuis le 10 février 2000, Trésorier de Sites et Cités, et Membre de la Commission Nationale Patrimoine et Architecture.

Lors de ce congrès, Gérard DUCLOS inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence inau­gu­rale : “Le patri­moine archi­tec­tu­ral et urbain : quels atouts pour la revi­ta­li­sa­tion des centres anciens ?” le jeu­di 16 mai.

Jean-François ESCAPIL-INCHAUSPE, Responsable développement Massif Central chez EDF Hydro

Jean-François ESCAPIL-INCHAUSPE s’investit depuis plus de 25 ans, au sein du Groupe EDF, dans la construc­tion par­te­na­riale de pro­jets de ter­ri­toire en lien avec les patri­moines. Au Pays Basque, où il a par­ti­ci­pé à la créa­tion de la rési­dence d’artistes du Domaine d’Abbadia, dans le cadre du mécé­nat entre la Fondation EDF et le Conservatoire du lit­to­ral. Dans les Yvelines, où il pilo­tait, pour le compte du dis­tri­bu­teur d’électricité,  la rela­tion avec les col­lec­ti­vi­tés locales, dont celle avec la ville de Versailles et l’Etablissement Public du Château. A Toulouse, où Jean-François ESCAPIL-INCHAUSPE a œuvré à la réno­va­tion et à la stra­té­gie de déve­lop­pe­ment de l’espace EDF Bazacle. Dans les val­lées du Massif Central, où il déve­loppe actuel­le­ment, au sein d’EDF Hydro, d’ambitieux pro­grammes de valo­ri­sa­tion du patri­moine indus­triel hydro­élec­trique et d’offres tou­ris­tiques autour des grands lacs de bar­rages. Il a ini­tié le par­te­na­riat entre EDF et l’Association Nationale des Villes et Pays Art et Histoire, en 2013.

Lors de ce congrès, Jean-François ESCAPIL-INCHAUSPE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier-fablab “Vers une nou­velle fabrique des par­te­na­riats autour des patri­moines ?” du jeu­di 16 mai.

Jean-René ETCHEGARAY, Maire de Bayonne et Président de la Communauté d’Agglomération Pays Basque

Docteur en droit et diplô­mé de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux, Jean-René ETCHEGARAY est Maire de Bayonne depuis 2014. Avocat hono­raire et ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats, Jean-René ETCHEGARAY a com­men­cé son par­cours poli­tique comme adjoint à Briscous (Pyrénées-Atlantiques), avant d’être nom­mé, en 1995, adjoint à l’urbanisme de la Ville de Bayonne. Il est éga­le­ment Président de la Communauté d’Agglomération Pays Basque depuis sa créa­tion, le 1er jan­vier 2017.

Lors de ce congrès, Jean-René ETCHEGARAY inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Emmanuel ETIENNE, Sous-directeur des monuments historiques et des espaces protégés de la Direction Générale du Patrimoine

Architecte urba­niste en chef de l’État, Emmanuel ETIENNE est sous-direc­teur des monu­ments his­to­rique et des espaces pro­té­gés depuis 2015. Architecte du patri­moine diplô­mé de l’École de Chaillot, il a tra­vaillé dans l’agence d’un archi­tecte en chef des monu­ments his­to­riques, puis il est deve­nu archi­tecte urba­niste de l’État en 2003. Il a été archi­tecte des Bâtiments de France et chef du ser­vice dépar­te­men­tal de l’architecture et du patri­moine de la Meuse puis de la Moselle entre 2004 et 2009, puis il a été conser­va­teur archi­tecte urba­niste de l’État au Centre des monu­ments natio­naux. Il enseigne paral­lè­le­ment à l’Institut natio­nal du patri­moine, à l’École natio­nale des Ponts-et-Chaussées, à l’École de Chaillot et à l’École natio­nale supé­rieure d’architecture de Nancy.

Lors de ce congrès, Emmanuel ETIENNE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les nou­veaux Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires.” du jeu­di 16 mai.

Sandrine FANGET, Directrice adjointe Économie, Enseignement Supérieur, Tourisme, Recherche, Innovation à la Région Normandie

Sandrine FANGET est diplô­mée en Sciences poli­tiques et déve­lop­pe­ment local. Elle tra­vaille depuis 19 ans dans le tou­risme en Normandie. En tant que direc­trice adjointe de la Direction de l’Économie, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, du Tourisme et de l’Innovation à la Région Normandie depuis août 2017, Sandrine FANGET est char­gée de la mise en œuvre de la stra­té­gie de déve­lop­pe­ment tou­ris­tique de la Région, en par­ti­cu­lier autour de thé­ma­tiques patri­mo­niales comme le tou­risme de mémoire, l’Impressionnisme, le Mont saint Michel et sa Baie et le Médiéval.

Lors de ce congrès, Sandrine FANGET inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Muriel GARCIA, Responsable Innovation Groupe La Poste — Présidente Association INNOVACTEURS

Muriel GARCIA est cadre stra­té­gique au Groupe La Poste, Direction de l’Engagement Sociétal tout en assu­rant la mis­sion de pré­si­dence de l’association INNOVACTEURS. Forte de son par­cours riche et diver­si­fié au sein du groupe, elle pilote une réflexion col­la­bo­ra­tive ouverte, sur le thème du déve­lop­pe­ment des Tiers Lieux. Muriel est l’auteur du livre : Innovation par­ti­ci­pa­tive, remettre l’humain au cœur de l’entreprise Édition SCRINE0

Lors de ce congrès, Muriel GARCIA inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier-fablab “Vers une nou­velle fabrique des par­te­na­riats autour des patri­moines ?” du jeu­di 16 mai.

Françoise GATEL, Présidente des Petites Cités de Caractère

Née en 1953 à Rochefort en Terre, petite cité de carac­tère du Morbihan, Françoise GATEL est mariée et a 2 enfants. Titulaire d’une licence d’anglais et d’un DESS en orga­ni­sa­tion et ges­tion des entre­prises, elle a tra­vaillé à la Chambre de com­merce et d’industrie de Rennes dans le domaine de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, des res­sources humaines et de l’accompagnement des TPE-PME. Marquée par les valeurs de l’engagement, Françoise GATEL a été élue maire de Châteaugiron (com­mune bre­tonne d’Ille et Vilaine) en 2001, puis réélue en 2008 et en 2014 jusqu’en 2017. A la suite de l’application de la loi sur le non-cumul des man­dats, elle est res­tée conseillère muni­ci­pale. Pour Françoise GATEL, le man­dat d’élu local est exi­geant mais pas­sion­nant car la com­mune est le socle de la République et l’espace de proxi­mi­té indis­pen­sable à la réus­site de l’action publique et de la cohé­sion sociale. La proxi­mi­té doit se conju­guer avec le sou­ci de l’efficacité. En ce sens, la coopé­ra­tion inter­com­mu­nale est indis­pen­sable pour mettre en œuvre les ser­vices et les équi­pe­ments atten­dus par les habi­tants. Cette convic­tion l’a conduite à s’engager for­te­ment dans l’intercommunalité en assu­rant la pré­si­dence de la Communauté de com­munes du Pays de Châteaugiron (jusqu’en 2017, où elle est deve­nue conseillère com­mu­nau­taire) et la vice-pré­si­dence de l’ADCF. Dans la conti­nui­té de son action locale, Françoise GATEL été élue Présidente de l’Association des maires d’Ille et Vilaine en 2008, et vice-pré­si­dente de l’Association des Maires de France en 2014. À ses yeux, la réus­site de notre pays et l’efficience de l’action publique sup­posent une rela­tion par­te­na­riale étroite et construc­tive entre l’Etat et les col­lec­ti­vi­tés. Les col­lec­ti­vi­tés locales sont tenues de mettre en œuvre des dis­po­si­tifs légis­la­tifs qui doivent prendre en compte les réa­li­tés de ter­rain mais aus­si la diver­si­té des ter­ri­toires. La loi ne doit ni cor­se­ter ni uni­for­mi­ser, elle doit per­mettre et faci­li­ter. En 2014, Françoise GATEL a été élue Sénatrice pour por­ter la voix des ter­ri­toires et l’exigence de sim­pli­fi­ca­tion qui libère les éner­gies et les ini­tia­tives. Membre de la délé­ga­tion aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et à la décen­tra­li­sa­tion et après avoir sié­gé pen­dant 3 ans à la com­mis­sion des Affaires sociales, elle est membre de la com­mis­sion des Lois depuis 2017, date à laquelle elle a éga­le­ment été nom­mée Secrétaire du Sénat. L’avenir de notre pays vien­dra selon Françoise GATEL de ses ter­ri­toires, de leur capa­ci­té à mobi­li­ser les éner­gies à faire émer­ger les leviers de déve­lop­pe­ment dans ce que le pro­fes­seur Gérard-François DUMONT appelle le “génie du ter­ri­toire”. Dans notre pays, par­fois, le “génie du ter­ri­toire” repose sur la richesse du patri­moine. Le patri­moine forge une iden­ti­té, un pay­sage. Mais il est force d’avenir, levier de déve­lop­pe­ment car il est source de vita­li­té pour l’économie tou­ris­tique qu’il peut géné­rer. Françoise GATEL est convain­cue de l’intérêt du patri­moine pour le déve­lop­pe­ment et s’est enga­gée avec bon­heur pour ser­vir cette convic­tion en deve­nant pré­si­dente de l’Association natio­nale des Petites cités de carac­tère de France qui a à cœur de par­ti­ci­per à la sau­ve­garde d’un patri­moine dense et de qua­li­té, patri­moine témoin de l’histoire urbaine de notre pays.

Lors de ce congrès, Françoise GATEL inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Raphaël GERARD, Député de Charente-Maritime

Lors de ce congrès, Raphaël GERARD inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires.”” du jeu­di 16 mai.

Patrick GEROUDET, Adjoint au Maire de Chartres en charge de la promotion de la ville, du tourisme et du patrimoine, Vice-Président de Sites & Cités et de Cités Unies France

Patrick GÉROUDET, après ses études à l’institut d’études poli­tiques de Paris et à la Sorbonne en Histoire des rela­tions inter­na­tio­nales contem­po­raines, s’installe agri­cul­teur à St Germain-le-Gaillard en Eure-et-Loir. Élu depuis 1989 à St Germain-le-Gaillard puis à Chartres, il est depuis 2008 Adjoint au Maire de Chartres en charge de la pro­mo­tion de la ville, du tou­risme et du patri­moine, Conseiller de Chartres Métropole et Président de Chartres International. Patrick GÉROUDET est très enga­gé dans la coopé­ra­tion décen­tra­li­sée dans les domaines du patri­moine et du tou­risme en qua­li­té de Vice-Président de deux réseaux de col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, Sites et Cités remar­quables de France et Cités Unies France.

Lors de ce congrès, Patrick GÉROUDET inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “À tra­vers le patri­moine, com­ment les villes et ter­ri­toires sont-ils acteurs de la diplo­ma­tie ?” du jeu­di 16 mai.

Denis GRANDJEAN, Expert

Denis GRANDJEAN, ancien direc­teur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, accom­pagne les tra­vaux sur les espaces pro­té­gés à l’échelle natio­nale et inter­na­tio­nale et fait par­tie du comi­té de pilo­tage du Concours National des entrées de villes et recon­quête des franges urbaines. Ancien maire-adjoint de Nancy, char­gé de l’urbanisme et du patri­moine, il a été éga­le­ment vice-pré­sident de la Communauté Urbaine du Grand Nancy et vice-pré­sident à l’urbanisme du SCOT Sud 54, le SCOT de France le plus éten­du.

Il est délé­gué régio­nal adjoint pour la Lorraine de la Fondation du Patrimoine. Dans le champ du patri­moine moderne, il pré­side l’association Archives Modernes d’Architecture Lorraine, qui sau­ve­garde et de mise en valeur les archives d’architectes ou d’agences. Il est aus­si admi­nis­tra­teur de l’EPCC Saline Royale d’Arc et Senans.

Il siège à la Commission Nationale du Patrimoine et de l’architecture, 1ière sec­tion (Sites patri­mo­niaux remar­quables), à la CRPA de Lorraine et à la com­mis­sion dépar­te­men­tale des sites de Meurthe et Moselle.

Lors de ce congrès, Denis GRANDJEAN  inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Le Paysage, quelle place à l’orée des zones urbaines ?” le jeu­di 16 mai.

Élodie HÉBERLÉ, ingénieur, responsable “Performance énergétique des bâtiments” au groupe Bâtiment du Cerema Est

Élodie HÉBERLÉ est ingé­nieur, titu­laire d’un mas­ter 2 en bâti­ment, res­pon­sable d’activités “Performance éner­gé­tique des bâti­ments” au groupe Bâtiment du Cerema Est. Elle est recon­nue experte dans son domaine par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.

Elle tra­vaille depuis 2009 sur la ques­tion des trans­ferts hygro­ther­miques et de la réno­va­tion éner­gé­tique des bâti­ments anciens. Élodie HÉBERLÉ a récem­ment pilo­té l’étude “Habitat ancien en Alsace : amé­lio­ra­tion éner­gé­tique et conser­va­tion du patri­moine” (2015). Elle inter­vient actuel­le­ment dans deux pro­jets PACTE por­tés par le Cerema Est, CREBA (« Centre de res­sources pour la REhabilitation res­pon­sable du Bâti Ancien ») et OPERA (« Outils pour la Prise En compte des Risques hygro­ther­miques lors de réha­bi­lia­tion de parois Anciennes »).

Lors de ce congrès, Élodie HÉBERLÉ inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Patrimoines et déve­lop­pe­ment durable : quelle réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien ?” du jeu­di 16 mai.

Didier HERBILLON, Maire, 1er Vice-Président de la Communauté d’Agglomération Ardenne Métropole

Né le 5 mars 1964 à Sedan, Didier HERBILLON, titu­laire d’un CAPES d’Histoire et de Géographie, est Professeur en BTS et Licence Tourisme au Lycée des Métiers de Bazeilles. Membre jusqu’en 2017 de la Commission Nationale du Patrimoine et de l’Architecture, Didier HERBILLON est Vice-Président de Sites et Cités Remarquables où il a ani­mé le groupe de tra­vail consa­cré aux PNRQAD – par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sé par la pro­blé­ma­tique des centres anciens des villes moyennes, il a contri­bué au rap­port DAUGE sur la mise en œuvre d’un Plan National en faveur des nou­veaux espaces pro­té­gés. Maire depuis 2008 de Sedan, ville moyenne à l’histoire et au patri­moine très riches, pro­té­gée depuis 1992 par un PSMV, Didier HERBILLON est éga­le­ment Premier Vice-Président d’Ardenne Métropole en charge de l’aménagement.

Lors de ce congrès, Didier HERBILLON pré­si­de­ra une des tables rondes de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Pierre JARLIER, Maire de Saint-Flour, Président de Saint-Flour Communauté, membre du conseil national de Sites et Cités remarquables

Architecte de for­ma­tion, Pierre JARLIER a été Sénateur du Cantal de 1998 à 2015 et est par­ti­cu­liè­re­ment inves­ti dans les domaines de l’habitat, de l’aménagement du ter­ri­toire et de son patri­moine. Elu Maire de Saint-Flour depuis 1993, il mène un tra­vail de fond sur la requa­li­fi­ca­tion urbaine du centre ancien. Également Président de Saint-Flour Communauté, Pierre JARLIER conduit une impor­tante poli­tique en faveur du patri­moine local avec l’attribution du label Pays d’Art et d’Histoire, l’élaboration d’une charte archi­tec­tu­rale et pay­sa­gère inter­com­mu­nale et la mise en place d’un « Site Patrimonial Remarquable » à Saint-Flour. Il est aus­si Vice-Président de l’Association des Maires de France (AMF) et Président délé­gué de l’Association des Petites Villes de France (APVF).

Lors de ce congrès natio­nal, Pierre JARLIER inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” le jeu­di 16 mai.

Diane JOY, Directrice du Patrimoine de Rodez Agglomération

Diane JOY est direc­trice du patri­moine de Rodez agglo­mé­ra­tion, après avoir été char­gée d’étude pour le ser­vice de la connais­sance du patri­moine de la Région Occitanie et res­pon­sable de la mis­sion d’inventaire en Pays midi-Quercy (Tarn-et-Garonne).

Lors de ce congrès natio­nal, Diane JOY inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires.” le jeu­di 16 mai.

Patrick JUDALET, Maire de La Châtre

Patrick JUDALET est Maire de La Châtre, 1er Vice-Président de la Communauté de Communes La Châtre/Sainte-Sévère, 1er Vice-Président du Pays de la Châtre. Aujourd’hui retrai­té, était Directeur Général des Services d’une Communauté de Communes.

La Ville de La Châtre (4 400 habi­tants) dis­pose d’un patri­moine riche et divers, néces­si­tant la mise en œuvre de pro­grammes impor­tants, tant d’un point de vue bâti que d’un point de vue pay­sa­ger.

Par ailleurs, pôle de cen­tra­li­té, La Châtre pos­sède de nom­breux com­merces de centre-ville, qu’elle doit accom­pa­gner dans une démarche pros­pec­tive, en réflé­chis­sant à l’aménagement urbain afin de lais­ser une place aux pié­tons et aux dépla­ce­ments rai­son­nés, et cir­cu­la­tions douces.

Faisant par­tie à part entière du plan « Dauge », La Châtre va pré­tendre à une ORT en vue de mettre en œuvre, pour les années à venir, cette poli­tique d’envergure de redy­na­mi­sa­tion de son centre.

Lors de ce congrès, Patrick JUDALET inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Quelles condi­tions pour une nou­velle alliance entre res­tau­ra­tion et créa­tion archi­tec­tu­rale ?” du jeu­di 16 mai.

Cveta KIROVA, Architecte, Chargée de mission Qualité, certification et qualification au SEPE , Anah

Née en Bulgarie et diplô­mée d’Université d’ingénieur de Génie Civil (mas­ter) dans son pays natal, puis Diplômée de l’école de l’école d’architecture de Paris la Villette, le par­cours pro­fes­sion­nel de Cveta KIROVA est exclu­si­ve­ment lié à la réha­bi­li­ta­tion de l’habitat du parc pri­vé et les poli­tiques publiques du loge­ment, en France. Au cours des vingt années d’exercice dans le domaine, elle a pu se spé­cia­li­ser sur la qua­li­té tech­nique de la réha­bi­li­ta­tion et l’assistance à la maî­trise d’ouvrage envi­ron­ne­men­tal pour les col­lec­ti­vi­tés dans le cadre des pro­jets d’aménagement et du Développement Durable. Depuis 10 ans à l’Anah, Cveta KIROVA a déve­lop­pé plu­sieurs outils liés à l’observation et la nota­tion de la dégra­da­tion phy­sique et les patho­lo­gies des bâti­ments d’habitation, l’analyse et le pilo­tage des pro­grammes de Renouvellement Urbain, l’attractivité éco­no­mique et le Marketing ter­ri­to­rial pour le réseau opé­ra­tion­nel de l’Agence. Cveta KIROVA conti­nue à œuvrer dans le domaine de for­ma­tion des archi­tectes dans les écoles d’Architecture, la spé­cia­li­sa­tion des élus et leur ser­vices tech­niques sur les ques­tions opé­ra­tion­nelles d’intervention adap­tée dans le cadre de la sau­ve­garde du patri­moine archi­tec­tu­ral et envi­ron­ne­men­tal des quar­tiers anciens d’habitat. Cveta KIROVA croit dans la mise en œuvre des ins­tances de gou­ver­nance par­ta­gées avec les citoyens, les élus et les experts, autour de l’élaboration du pro­jet Urbain, en France et en Europe.

Lors de ce congrès natio­nal, Cveta KIROVA inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Patrimoines et déve­lop­pe­ment durable : quelle réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien ?” le jeu­di 16 mai.

Vincent LABARTHE, Président du Grand-Figeac et Vice-Président de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée

Elu très jeune Maire de Ste-Colombe, petite Commune du Lot qu’il diri­gea pen­dant 22 ans (de 1995 à 2017), Vincent LABARTHE est élu comme il est agri­cul­teur : col­lec­tif, enga­gé et convain­cu que c’est la qua­li­té qui per­met aux ter­ri­toires ruraux de se déve­lop­per.

Vice-pré­sident délé­gué à l’Agriculture de la Région Midi-Pyrénées depuis 2010 puis de la Région Occitanie /​ Pyrénées-Méditerranée, il porte une agri­cul­ture inno­vante, diver­si­fiée,  en phase avec les ter­ri­toires et les hommes et avant tout qua­li­ta­tive. A ce titre il a pré­si­dé de 2014 à 2017 l’Association des Régions Européennes Pour l’Origine (AREPO) met­tant le modèle des signes offi­ciels de qua­li­té au cœur des poli­tiques agri­coles euro­péennes, natio­nales et régio­nales.

En tant que Vice-pré­sident délé­gué à l’économie puis Président du Grand Figeac depuis 2018, c’est ce même objec­tif qui l’anime. C’est par une poli­tique exi­geante et ambi­tieuse, tant cultu­relle, que patri­mo­niale ou éco­no­mique, que le ter­ri­toire du Grand-Figeac a su se dis­tin­guer sur la scène natio­nale.

Faisant figure d’exception quant à son déve­lop­pe­ment éco­no­mique, ce ter­ri­toire est éga­le­ment remar­quable par la qua­li­té de son offre cultu­relle et la pré­ser­va­tion de son patri­moine. L’obtention pour le ter­ri­toire dans sa tota­li­té du label Pays d’Art et d’Histoire en porte la recon­nais­sance.

Lors de ce congrès, Vincent LABARTHE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “L’urbanisme patri­mo­nial : une ingé­nie­rie inno­vante pour toutes les col­lec­ti­vi­tés ?” du jeu­di 16 mai.

Marie-Christine LABOURDETTE, Présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine

Figure emblé­ma­tique de la poli­tique publique natio­nale, Marie-Christine LABOURDETTE s’est enga­gée de longue date en faveur de la poli­tique cultu­relle. Administratrice géné­rale du minis­tère de la Culture, elle a com­men­cé sa car­rière, après Sciences Po (pro­mo 83) et l’ENA, à la Direction des affaires cultu­relles de la Ville de Paris puis au minis­tère de la Culture. Après un séjour en Hongrie où elle a tra­vaillé pour la com­mis­sion euro­péenne et pour EDF, elle part 5 ans comme secré­taire géné­rale de l’Académie de France à Rome à la Villa Médicis. Directrice régio­nale des affaires cultu­relles de Bourgogne en 2003, Marie-Christine LABOURDETTE rejoint en 2007 le cabi­net de Christine ALBANEL, ministre de la Culture et de la Communication, comme conseillère patri­moines, archi­tec­ture et musées. En juin 2008, elle est nom­mée en Conseil des ministres, direc­trice des Musées de France, poste qu’elle occu­pe­ra jusqu’en mars 2018. Marie-Christine LABOURDETTE défend une poli­tique d’acquisition de tré­sors natio­naux, illus­trée entre autre par l’acquisition de la paire de tableaux de Rembrandt par la France et les Pays-Bas. Elle conçoit et met en œuvre le plan Musées en région, por­tant sur 80 pro­jets de construc­tion ou de réno­va­tion de musées en France, dont le Mucem à Marseille, le pre­mier musée natio­nal décen­tra­li­sé en France, le musée natio­nal Adrien DOUBOUCHÉ et le musée Soulages à Rodez. Elle assu­re­ra éga­le­ment le sui­vi du pro­jet du Louvre Abu Dhabi. Désormais pré­si­dente de la Cité de l’architecture et du patri­moine (CAPA), Marie-Christine LABOURDETTE sou­haite faire de ce éta­blis­se­ment public natio­nal réunis­sant musée, centre d’architecture contem­po­raine, biblio­thèque et école de Chaillot, une « mai­son com­mune » vouée à « sus­ci­ter chez les Français un désir d’architecture ».

Lors de ce congrès, Marie-Christine LABOURDETTE pré­si­de­ra l’atelier “Quelles condi­tions pour une nou­velle alliance entre res­tau­ra­tion et créa­tion archi­tec­tu­rale ?” du jeu­di 16 mai.

Sophie LAFENÊTRE, directrice générale de l’Etablissement Public Foncier Occitanie

Le 13 mars 2017, Sophie LAFENÊTRE a été nom­mée Directrice géné­rale de l’EPF d’Occitanie par la Ministre du loge­ment et de l’habitat durable. Architecte-urba­niste en chef de l’État, après un par­cours au sein des ser­vices décon­cen­trés de l’État, elle était depuis 2014, conseillère en charge de la construc­tion, du fon­cier et de l’habitat durable auprès des ministres du loge­ment. À ce titre, Sophie LAFENÊTRE assu­rait notam­ment le sui­vi des actions des EPF d’État et le pilo­tage des réflexions sur les démarches d’aménagement opé­ra­tion­nel : éco quar­tiers, opé­ra­tions d’intérêt natio­nal, réha­bi­li­ta­tion des centres anciens avec l’ANAH.

Lors de ce congrès, Sophie LAFENÊTRE inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Corinne LANGLOIS, sous directrice à l’architecture, à la qualité de la construction et du cadre de vie au Ministère de la Culture

Corinne LANGLOIS est actuel­le­ment sous direc­trice à l’architecture, à la qua­li­té de la construc­tion et du cadre de vie. De 2011 à 2010, elle a été direc­trice géné­rale adjointe de l’agence d’urbanisme de Bordeaux, l’a-urba. Architecte-urba­niste de l’État, elle a exer­cé 10 ans en libé­ral puis a occu­pé les fonc­tions d’Architecte des bâti­ments de France (ABF). Elle a ensuite diri­gé plu­sieurs ser­vices à la Direction dépar­te­men­tale des ter­ri­toires (DDTM 24).

Lors de ce congrès, Corinne LANGLOIS inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Quelles condi­tions pour une nou­velle alliance entre res­tau­ra­tion et créa­tion archi­tec­tu­rale” du jeu­di 16 mai.

Claire LAPEYRONIE, Maire de Pont-Saint-Esprit

Claire LAPEYRONIE est Maire de Pont-Saint-Esprit et Vice-pré­si­dente de la Communauté d’agglomération du Gard rho­da­nien. Après une pré­pa lit­té­raire (Hypokhâgne-Khâgne), elle obtient son CAPES d’Anglais, et enseigne d’abord à Paris puis à Bagnols-sur-Cèze et enfin à Pont-Saint-Esprit depuis 2001 (col­lège George-Ville). Côté poli­tique, elle est élue en 2011 sur la liste de Roger Castillon, et est nom­mée adjointe à la culture et au patri­moine. A nou­veau élue en 2014, Claire LAPEYRONIE est nom­mée 1ère adjointe et prend les délé­ga­tions affaires admi­nis­tra­tives, finances et com­mu­ni­ca­tion. La même année, elle devient vice-pré­si­dente de la Communauté d’agglomération du Gard Rhodanien, délé­guée à la culture et au sport, puis prend la délé­ga­tion à l’environnement en 2017. En novembre 2018, elle est élue maire de Pont-Saint-Esprit à la suite de la démis­sion pour rai­sons per­son­nelles de Roger Castillon. Claire LAPEYRONIE siège éga­le­ment à la Commission natio­nale et à la Commission régio­nale du patri­moine et de l’architecture.

Lors de ce congrès, Claire LAYPEYRONIE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires” du jeu­di 16 mai.

Valérie LASEK, Directrice Générale d’Epareca

Valérie LASEK est direc­trice géné­rale d’Epareca (Établissement Public National d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanaux) depuis avril 2016. Diplômée de l’Institut régio­nal d’administration et de l’Institut d’études poli­tiques de Lille, elle a occu­pé dif­fé­rents postes au sein des minis­tères de l’Écologie, de l’égalité des ter­ri­toires et du loge­ment et celui char­gé de la ville. Elle pos­sède une double expé­rience en matière d’aménagement durable et de poli­tique de la ville ain­si qu’une connais­sance appro­fon­die des pro­blé­ma­tiques liées au renou­vel­le­ment urbain. Valérie LASEK était pré­cé­dem­ment direc­trice de la mis­sion de pré­fi­gu­ra­tion de l’Institut pour la Ville Durable à l’Anru, où elle a su mettre en syner­gie les acteurs publics et pri­vés de la ville pour mieux prendre en compte les dimen­sions éco­lo­giques, éco­no­miques, sociales et de cohé­sion entre les habi­tants.

Lors de ce congrès, Valérie LASEK inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Maryse LAVRARD, 1ère adjointe de Châtellerault en charge de l’urbanisme, Vice-Présidente de la Communauté d’agglomération de Grand Châtellerault

Maryse LAVRARD, 1ère adjointe au Maire de Châtellerault (32 000 habi­tants) en charge de l’urbanisme est de la culture, est éga­le­ment Vice-Présidente de Grand Châtellerault (47 com­munes, 85 000 habi­tants) en charge du patri­moine. Elle est par ailleurs co-Présidente de l’ensemblier du SCOT Seuil du Poitou, (Poitiers-Châtellault — 4 EPCI — 130 com­munes) qui sera adop­té fin 2019, plus par­ti­cu­liè­re­ment en charge du volet com­mer­cial.

Lors de ce congrès, Maryse LAVRARD inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les centres anciens, labo­ra­toires d’une éco­no­mie plus durable ?” du jeu­di 16 mai.

Florence LECOSSOIS, adjointe au maire de Rochefort — Culture, Patrimoine, Grands Projets

Après avoir fait une par­tie de sa car­rière pro­fes­sion­nelle auprès de grandes entre­prises à Paris, Florence LECOSSOIS a embras­sé la Fonction ter­ri­to­riale au sein du Département de la Charente-Maritime. Engagée en 2005 au Cabinet du Président Claude BELOT, séna­teur, elle s’est vue confié entre autre, un des grands pro­jets de la Charente-Maritime por­tant sur la valo­ri­sa­tion de l’Estuaire de la Gironde au sein du Syndicat Mixte de Développement Durable de l’Estuaire de la Gironde. Elle a pour­sui­vi ses mis­sions sous la pré­si­dence du Président Dominique BUSSEREAU, ancien Ministre comme char­gée de Mission jusqu’à la can­di­da­ture à l’UNESCO du Phare de Cordouan pour la France.

Impliquée dans de nom­breuses asso­cia­tions tant dans le champ cultu­rel que dans le droit des citoyens et tout par­ti­cu­liè­re­ment l’égalité femmes/​Hommes, elle aime cette idée de « faire vivre » plus que de sau­ve­gar­der et la France dis­pose d’une richesse immense à ména­ger autant qu’à amé­na­ger. Élue aux côtés d’Hervé BLANCHE, Maire de Rochefort et Président de la Communauté d’Agglomération Rochefort-Océan, elle porte avec ses col­lègues, une poli­tique ambi­tieuse pour la Ville de Rochefort : Opération Grand Site de France, Plan d’Action Cœur de Ville, Candidature EUROPAN15, Schéma ter­ri­to­rial Culturel et Coopération Intercommunale, le Grand arse­nal des Mers et l’Aventure HERMIONE et récem­ment, la res­tau­ra­tion de La Maison de Pierre LOTI. Elle ouvre der­niè­re­ment le chan­tier autour de la valo­ri­sa­tion des Métiers d’Art et de l’Artisanat comme filière d’Avenir avec un pro­jet de FABLAB Patrimoine.

Adjointe au Maire de Rochefort en charge de la Culture, du Patrimoine et des Grands Projets, elle milite auprès de nom­breuses com­mis­sions natio­nales pour une vision nou­velle et élar­gie de la place des Patrimoines et de la Culture : créa­tion, inno­va­tion et expé­ri­men­ta­tion.

Lors de ce congrès, Florence LECOSSOIS inter­vien­dra à l’occasion de la table ronde  “Les patri­moines : un atout pour l’économie tou­ris­tique ?” du ven­dre­di 17 mai.

Patrick LE GALL, Chargé d’investissement, Direction Efficacité Énergétique des Bâtiments de la Banque des Territoires

Patrick LE GALL, chef de pro­jet au sein de la du Département de la tran­si­tion Energétique et Ecologique de la Banque des Territoires, par­ti­cipe au déve­lop­pe­ment de l’efficacité éner­gé­tique des bâti­ments publics. Architecte de for­ma­tion, au sein du groupe Caisse des Dépôts depuis plus de 25 ans, il assiste et conseille les col­lec­ti­vi­tés et les acteurs publics pour la mise en œuvre de leurs pro­jets immo­bi­liers et d’aménagement urbain inté­grant la dimen­sion du déve­lop­pe­ment durable. Depuis 10 ans, Patrick LE GALL tra­vaille au mon­tage et au finan­ce­ment d’opérations publiques de réno­va­tion éner­gé­tique. La tran­si­tion éner­gé­tique du patri­moine archi­tec­tu­ral et cultu­rel, comme du patri­moine édu­ca­tif des col­lec­ti­vi­tés consti­tue un défi remar­quable.

Lors ce de congrès, Patrick LE GALL inter­vien­dra lors de l’atelier “Patrimoines et déve­lop­pe­ment durable : quelle réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien ?”, le jeu­di 16 mai.

Soazick LE GOFF-DUCHATEAU, Architecte des Bâtiments de France, responsable de l’agence de Bayonne, UDAP 64, Association nationale des Architectes des Bâtiments de France

Diplômée de l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris en 1999, Soazick LE GOFF-DUCHATEAU s’est ins­tal­lée en libé­ral et a réus­si le concours d’Architecte-Urbanisme de l’État en 2001 alors qu’elle sui­vait les cours de l’école de Chaillot, pour apprendre et se spé­cia­li­ser dans la res­tau­ra­tion du bâti ancien et la pré­ser­va­tion des villes his­to­riques. Son pre­mier poste d’Architecte des Bâtiments de France s’est effec­tué à Carcassonne dans le dépar­te­ment de l’Aude. Depuis 2010, Soazick LE GOFF-DUCHATEAU est res­pon­sable de l’agence de Bayonne dans le Pays Basque, où, en tant qu’Architecte des Bâtiments de France, elle assure le rôle de conser­va­trice de la Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne et son cloître. Son pré­nom et son nom ne trompent pas, Soazick LE GOFF-DUCHATEAU est bien sûr bre­tonne d’origine.

Lors ce de congrès, Soazick LE GOFF-DUCHATEAU inter­vien­dra lors de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour une amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire”, le jeu­di 16 mai.

Jean-Pierre LELEUX, Sénateur des Alpes-Maritimes

Jean-Pierre LELEUX est Sénateur des Alpes-Maritimes depuis 2008. Ingénieur de for­ma­tion, il fut le Maire de Grasse de 1995 à 2014. Sous son man­dat fut éla­bo­ré le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur de la ville de Grasse. Membre de la Commission Culture du Sénat, il est rap­por­teur pour avis sur les sujets « Audiovisuel » et s’implique éga­le­ment dans les débats concer­nant le Patrimoine. Co-Rapporteur au Sénat, avec Françoise FERAT, de la loi « Liberté de Création, Architecture et Patrimoine » (LCAP), il a été suc­ces­si­ve­ment Président de la Commission Nationale des Secteurs Sauvegardés, suc­cé­dant à Yves DAUGE, et Président de la Commission Nationale du Patrimoine et de l’Architecture, issue de la loi LCAP, fonc­tion qu’il exerce depuis 2016.

Lors ce de congrès, Jean-Pierre LELEUX pré­si­de­ra l’atelier “Les nou­veaux Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires.”, le jeu­di 16 mai.

Cédric LEMAGNENT, Directeur de l’Agence de Développement Touristique de l’Eure

Ancien direc­teur de l’Office de Tourisme des Andelys et de la Maison du Tourisme Normandie-Giverny, Cédric LEMAGNENT a réin­té­gré l’ADT en 2017 en tant que chef de pro­jet de filières (médié­val, impres­sion­nisme, flu­vial). Directeur, depuis le 16 novembre 2018, d’une équipe qui met ses com­pé­tences et son exper­tise au ser­vice du déve­lop­pe­ment tou­ris­tique et des retom­bées éco­no­miques. L’Eure se posi­tionne comme une des­ti­na­tion « slow­life », humaine, où l’on se recentre sur l’essentiel.

Lors ce de congrès, Cédric LEMAGNENT inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?”, le ven­dre­di 17 mai.

Antoine LUGINBÜHL, Paysagiste DPLG, Co-gérant de l’atelier Passeurs, Paysagiste

Antoine LUGINBÜHL, Paysagiste DPLG, est co-gérant de Passeurs, ate­lier de pay­sage dont il fut l’un des fon­da­teurs en 2006. Ses tra­vaux, à la croi­sée de l’aménagement du ter­ri­toire et des sciences sociales, portent sur le pay­sage et la par­ti­ci­pa­tion citoyenne. De la pra­tique opé­ra­tion­nelle à la recherche scien­ti­fique, il s’inscrit dans une nou­velle démarche du métier de pay­sa­giste entre la concep­tion et la média­tion. Au cours de son exer­cice, il a expé­ri­men­té, théo­ri­sé et éprou­vé dif­fé­rents champs dis­ci­pli­naires liés à l’aménagement du ter­ri­toire, lui per­met­tant d’acquérir connais­sances et savoir-faire en matière de pay­sage, d’urbanisme, de pla­ni­fi­ca­tion ter­ri­to­riale, d’élaboration col­lec­tive de pro­jets de ter­ri­toire, de par­ti­ci­pa­tion citoyenne et de média­tion pay­sa­gère.

Lors de ce congrès, Antoine LUGINBÜHL inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Le Paysage, quelle place à l’orée des zones urbaines ?” le jeu­di 16 mai.

Martin MALVY, Président de Sites & Cités, ancien ministre

Martin MALVY est Président de Sites & Cités, ancien ministre et ancien pré­sident du Conseil Régional Midi-Pyrénées (1998–2015). D’abord jour­na­liste (1960–1977), notam­ment à Sud-Ouest, la Nouvelle République et la Dépêche du Midi, Martin MALVY s’implique en poli­tique à par­tir des années 70 : conseiller géné­ral du Lot entre 1970 et 2001, il est élu maire de Figeac (1977–2001) puis devient pre­mier adjoint au maire. Entre 1972 et 2001, il occupe éga­le­ment la fonc­tion de vice-pré­sident puis de pre­mier vice-pré­sident du Conseil géné­ral du Lot.
De 1978 à 1998, Martin MALVY est élu dépu­té socia­liste du Lot. Il est 1er vice-pré­sident de l’Assemblée Nationale entre 1981 et 1983. En 1984, il entre dans le gou­ver­ne­ment de Laurent FABIUS comme secré­taire d’État auprès du ministre du Redéploiement indus­triel et du Commerce exté­rieur, char­gé de l’énergie. Entre 1989 et 1992, il pré­side le Conseil supé­rieur de l’électricité et du gaz ; il est aus­si rap­por­teur de la com­mis­sion des Finances pour les affaires euro­péennes. Martin MALVY intègre à nou­veau le gou­ver­ne­ment en 1992 aux postes de secré­taire d’État aux Relations avec le Parlement auprès du Premier ministre et de porte-parole du gou­ver­ne­ment. Il est nom­mé ministre du Budget à l’automne 1992. De mars 1993 à 1995, il est pré­sident du groupe socia­liste de l’Assemblée Nationale.
En février 2016, Laurent FABIUS a confié à Martin MALVY une mis­sion sur le thème Patrimoine et éco­no­mie tou­ris­tique. Le rap­port « 54 sug­ges­tions pour amé­lio­rer la fré­quen­ta­tion tou­ris­tique de la France à par­tir de nos Patrimoines » remis au ministre des Affaires étran­gères et du Développement inter­na­tio­nal en mars 2017 met notam­ment en exergue la néces­si­té de regrou­per les dif­fé­rents réseaux de ter­ri­toires label­li­sés pour une meilleure pro­mo­tion au niveau natio­nal, euro­péen et inter­na­tio­nal.

Lors de ce congrès, Martin MALVY inter­vien­dra lors de l’ouverture et pré­si­de­ra une table-ronde de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Valérie MANCRET-TAYLOR, Directrice générale de l’Agence Nationale de l’Habitat

Valérie MANCRET-TAYLOR a été nom­mée direc­trice géné­rale de l’Agence natio­nale de l’habitat le 8 jan­vier 2018. Architecte-urba­niste de l’Etat, elle est diplô­mée de l’Ecole d’architecture de Versailles et de la School of Architecture University of Illinois. Titulaire d’un Master en amé­na­ge­ment et urba­nisme de l’Institut d’études poli­tiques de Paris, elle fut archi­tecte au sein de l’agence crée avec ses deux asso­ciés, puis maître d’ouvrage à l’OPAC de Paris. Déléguée dépar­te­men­tale de l’Anah pour Paris, Valérie MANCRET-TAYLOR a occu­pé plu­sieurs postes à la région Ile-de-France de 2003 à 2014 : Responsable de la mis­sion Schéma direc­teur puis direc­trice de la pla­ni­fi­ca­tion, de l’aménagement et des stra­té­gies métro­po­li­taines. Directrice géné­rale de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile- de-France (IAUF) en 2014, puis direc­trice adjointe de l’urbanisme de la Ville de Paris en 2016, elle rejoint le cabi­net du ministre de la Cohésion des ter­ri­toires en 2017 en tant que direc­trice adjointe.

Lors de ce congrès, Valérie MANCRET-TAYLOR inter­vien­dra lors d’une table ronde de la confé­rence “la revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” et pré­si­de­ra l’atelier “L’urbanisme patri­mo­nial : une ingé­nie­rie inno­vante pour toutes les col­lec­ti­vi­tés ?” le jeu­di 16 mai.

Pierre MÉHAIGNERIE, Maire de Vitré

Maire de la ville de Vitré (18000 hts) depuis 1977, Président de la Communauté d’agglomération depuis 2002 (80000 hts), Pierre MÉHAIGNERIE a été dépu­té de 1973 à 2012 et plu­sieurs fois ministres entre 1977 et 1995 (Agriculture, équi­pe­ment-loge­ment-trans­port, jus­tice). Il a été Président de la Commission des Finances et de la Commission des Affaires Sociales et Familiales. Il se défi­nit comme « luci­de­ment libé­ral, réso­lu­ment social et pro­fon­dé­ment euro­péen”. C’est un opti­miste qui croit dans les atouts de son pays.

Pierre MÉHAIGNERIE est né le 4 mai 1939 à Balazé (Ille-et-Vilaine). C’est un homme atta­ché à ses racines pay­sannes, à son ter­ri­toire, et qui s’inscrit dans une tra­di­tion fami­liale.

Ingénieur agro­nome, il a exer­cé en Tunisie (coopé­rant tech­nique), a ensuite rejoint Bordeaux (Ingénieur des Eaux et Forêts) puis le Ministère de la Culture.

Il a été Président du Centre des Démocrates Sociaux (de 1982 à 1994). Il est très atta­ché à l’égalité des chances et en fait un de ses com­bats poli­tiques.

Européen convain­cu, ouvert sur le monde, il a su s’inspirer des bonnes pra­tiques réa­li­sées ailleurs qu’en France. Il est décrit comme étant un entre­pre­neur, un bâtis­seur, un vision­naire, qui a su adap­ter et faire évo­luer le ter­ri­toire dont il est élu. Un de ses leit­mo­tiv, titre de son livre “les clés de l’avenir sont en nous-mêmes”.

Lors de ce congrès, Pierre MÉHAIGNERIE inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” le jeu­di 16 mai.

André MELLINGER, Maire de Figeac, Vice-président du Département du Lot

André MELLINGER, né le 30 mai 1953 à Bordeaux, a sui­vi une for­ma­tion scien­ti­fique au Lycée Montesquieu (Bordeaux) et Lakanal (Sceaux), il devient Docteur en Chirurgie Dentaire.

A Figeac depuis 1978, cofon­da­teur et admi­nis­tra­teur d’associations spor­tives et cultu­relles, il entre en poli­tique en 1989.

Attentif à la mise en valeur de patri­moine, il devient Adjoint à l’urbanisme et au sec­teur sau­ve­gar­dé, assure la fina­li­sa­tion du PLU de la Ville, par­ti­cipe au Schéma de Cohérence d’Organisation Territoriale du Pays de Figeac et à l’élaboration de la charte pay­sa­gère.

Il s’investit dans dif­fé­rentes mis­sions dont la réa­li­sa­tion des pro­jets « cœurs de vil­lage » et « cœurs de ville » de la com­mu­nau­té de com­munes. La revi­ta­li­sa­tion des centres his­to­riques a tou­jours été pour lui un axe prio­ri­taire de déve­lop­pe­ment.

Lors de ce congrès, André MELLINGER inter­vien­dra lors de l’ouverture du Congrès et à l’occasion de l’atelier “L’urbanisme patri­mo­nial : une ingé­nie­rie inno­vante pour toute les col­lec­ti­vi­tés”, le jeu­di 16 mai.

Djoudé MÉRABET, Maire d’Elbeuf, Vice-Président de Métropole Rouen Normandie, Vice-Président de Sites & Cités remarquables

C’est l’engagement asso­cia­tif dans sa com­mune qui a ren­for­cé l’envie de ce jeune élu à s’impliquer dans l’action publique en 1995 comme conseiller muni­ci­pal. Élu maire en 2008 et en 2014, Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie en 2015, il a assis­té puis a par­ti­ci­pé à la trans­for­ma­tion urbaine de sa ville par la requa­li­fi­ca­tion du patri­moine indus­triel. Très enga­gé et volon­ta­riste, deve­nu vice pré­sident de l’association Sites et Cités remar­quables, Djoudé MÉRABET conti­nue avec ses équipes à réflé­chir à la muta­tion des friches indus­trielles encore pré­sentes sur la com­mune d’Elbeuf.

Lors de ce congrès, Djoudé MÉRABET inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier-fablab “Vers une nou­velle fabrique des par­te­na­riats autour des patri­moines ?” le jeu­di 16 mai.

Barbara MONREAL MUNOZ, Directrice Politique Immobilière et Schémas Directeurs chez Poste Immo

Directrice Politique Immobilière et Schémas Directeurs de Poste Immo depuis 2017, Barbara MONREAL MUNOZ a éga­le­ment œuvré dans les équipes Solutions Immobilières de Poste Immo en tant que sup­port et conseil client auprès des Branches du Groupe La Poste. Barbara MONREAL MUNOZ dis­pose éga­le­ment d’une solide expé­rience de 13 ans acquise au sein du Groupe General Electric où elle a mené à bien des pro­jets d’envergure dans l’immobilier.

Lors de ce congrès, Barbara MONREAL MUNOZ inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Christine MORO, Ambassadeur, Déléguée pour l’action extérieure des collectivités territoriales

Titulaire d’une maî­trise de droit, d’une licence de lettres et cer­ti­fiée de l’université de Cambridge, l’ambassadeur Christine MORO est entrée au Quai d’Orsay en 1979 et a occu­pé dif­fé­rents postes : vice-consule à Québec (1979–1982), deuxième secré­taire à Bucarest (1982–1985), à la direc­tion Europe du minis­tère (1985–1988), à la direc­tion des rela­tions cultu­relles, scien­ti­fiques et tech­niques (1988–1991), pre­mière secré­taire à Londres, (1991–1994), puis à Bonn (1994–1996), deuxième conseillère au même poste (1996–1997), sous-direc­trice de l’Europe cen­trale et du Sud, puis de l’Europe cen­trale (1997–2001), consule géné­rale de France à Naples (2001–2005), à l’Inspection géné­rale (2005), direc­trice adjointe de la Coopération euro­péenne (2005–2007), consule géné­rale à Istanbul (2007–2009), puis mise à dis­po­si­tion du Conseil supé­rieur de la for­ma­tion et de la recherche stra­té­gique (2010–2011). Christine MORO a été ensuite ambas­sa­deur en Albanie (2011–2014), puis en Serbie (2014–2017), avant d’être nom­mée à la tête de la délé­ga­tion pour l’action exté­rieure des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales (DAECT) au sein de la direc­tion géné­rale de la mon­dia­li­sa­tion, de la culture, de l’enseignement et du déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal (DGM) du Ministère de l’Europe et des Affaires étran­gères (MEAE).

Lors de ce congrès, Christine MORO pré­si­de­ra l’atelier “À tra­vers le patri­moine, com­ment les villes et ter­ri­toires sont-ils acteurs de la diplo­ma­tie ?” du jeu­di 16 mai.

Serge MORVAN, Commissaire général à l’égalité des territoires

Serge MORVAN a pris ses fonc­tions de com­mis­saire géné­ral à l’égalité des ter­ri­toires, le 23 avril 2018. Il est éga­le­ment char­gé de la pré­fi­gu­ra­tion de l’Agence natio­nale de la cohé­sion des ter­ri­toires. Né en 1959 à Sète (34), Serge MORVAN a fait l’Éna après des études de mathé­ma­tiques. Au fil de son par­cours pro­fes­sion­nel, il a notam­ment été ins­pec­teur des impôts, sous-pré­fet à La Réunion (1988), secré­taire géné­ral pour les affaires régio­nales dans la région Alsace (2002) et secré­taire géné­ral de la pré­fec­ture de Seine-Saint-Denis (2008). Récemment, Serve MORVAN a exer­cé en tant que direc­teur géné­ral des col­lec­ti­vi­tés locales au minis­tère de l’Intérieur (2012) et direc­teur de cabi­net du secré­taire d’État char­gé de la réforme ter­ri­to­riale (2014). Jusqu’en avril 2018, il occu­pait les fonc­tions de pré­fet des Yvelines (78).

Lors de ce congrès, Serge MORVAN inter­vien­dra à l’occasion de la pre­mière table ronde de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Rollon MOUCHEL-BLAISOT, Préfet — Directeur du Programme Action Cœur de Ville

Directeur du pro­gramme « Action Cœur de Ville » au minis­tère de la Cohésion des ter­ri­toires et des Relations avec les col­lec­ti­vi­tés Territoriales, Diplômé de Sciences Po Paris, Rollon MOUCHEL-BLAISOT est d’abord conseiller minis­té­riel, de 1986 à 1988. Il devient pré­fet, exer­çant les fonc­tions de direc­teur de cabi­net en pré­fec­to­rale dans les Hautes-Alpes, le Maine-et-Loire, avant de rejoindre le cabi­net d’Hervé de Charrette au minis­tère des Affaires étran­gères de 1995 à 1997. Rollon MOUCHEL-BLAISOT est ensuite consul géné­ral de France à Melbourne jusqu’en 2001. Il a aus­si suc­ces­si­ve­ment occu­pé les postes de secré­taire géné­ral aux affaires régio­nales en Limousin en 2003, sous-pré­fet de l’arrondissement de Saint-Germain en Laye en 2005, admi­nis­tra­teur supé­rieur des Terres Australes et Antarctiques Françaises en 2008. En 2010, il est nom­mé direc­teur géné­ral de l’Association des Maires de France (AMF). En 2018, il est nom­mé pré­fet char­gé de mis­sion au minis­tère de l’Intérieur et dirige le pro­gramme natio­nal « Action Cœur de Ville » qui vise à redy­na­mi­ser les centres-villes de 222 com­munes de taille moyenne.

Lors de ce congrès, Rollon MOUCHEL-BLAISOT inter­vien­dra à l’occasion de la deuxième table ronde de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Houda ODEIMI, Responsable du développement et de la coordination de Cités Unies Liban/​Bureau Techniques des Villes Libanaises

Houda ODEIMI est res­pon­sable du déve­lop­pe­ment et de la coor­di­na­tion de Cités Unies Liban/​Bureau Technique des Villes Libanaises depuis 2008. Dans le cadre de ce réseau de villes liba­naises membres de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU),  elle est en charge du déve­lop­pe­ment des par­te­na­riats de coopé­ra­tion entre col­lec­ti­vi­tés locales fran­çaises et liba­naises, de la concep­tion et de la rédac­tion de pro­jets de déve­lop­pe­ment local.

Une part impor­tante des pro­jets concerne le ren­for­ce­ment des capa­ci­tés des muni­ci­pa­li­tés liba­naises à tra­vers des actions de sen­si­bi­li­sa­tion et de for­ma­tion, au Liban ou en France, des élus locaux et des tech­ni­ciens muni­ci­paux. Les muni­ci­pa­li­tés liba­naises sont riches d’un patri­moine impor­tant et, pour cela, la thé­ma­tique de la pro­tec­tion et de la valo­ri­sa­tion du patri­moine est un volet impor­tant de l’activité qui béné­fi­cie de l’appui et de l’expertise de Sites et Cités Remarquables de France.

Lors de ce congrès, Houda ODEIMI ani­me­ra l’atelier “À tra­vers le patri­moine, com­ment les villes et ter­ri­toires sont-ils acteurs de la diplo­ma­tie ?” du jeu­di 16 mai.

Laurent PABIOT, Maire de Sancerre

Laurent PABIOT est maire de Sancerre et Président de la com­mu­nau­té de com­munes du Pays Fort Sancerrois Val de Loire depuis 2017 (fusion CC). Ancien direc­teur mar­ke­ting dans l’industrie des maté­riels élec­triques, il est aujourd’hui aux com­mandes d’une socié­té de conseil en entre­prises. Parmi les grands pro­jets réa­li­sés sur le ter­ri­toire sur les der­nières années, il y a notam­ment la requa­li­fi­ca­tion glo­bale du hameau de Chavignol, la créa­tion de par­kings dyna­miques (Smart City) ou encore l’intégration de la ville dans le plan de revi­ta­li­sa­tion dit « plan DAUGE ». Les pro­chaines années réservent quant à elles la créa­tion d’un SPR, le clas­se­ment de site du Sancerrois et l’aménagement inno­vant de plu­sieurs quar­tiers du centre-ville (Place cen­trale et quar­tier de la Mairie en asso­cia­tion avec les uni­ver­si­tés).

Lors de ce congrès, Laurent PABIOT inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Quelles condi­tions pour une nou­velle alliance entre res­tau­ra­tion et créa­tion archi­tec­tu­rale ?” du jeu­di 16 mai.

Isabelle PAILLARD, Chef de Pôle Valorisation du Patrimoine chez EDF

Isabelle PAILLARD est chef de pro­jet Valorisation du Patrimoine chez EDF et notam­ment d’Odyss Elec. Afin de par­ta­ger l’histoire de l’électricité, EDF invite le public à décou­vrir les sites emblé­ma­tiques de et aty­piques de son patri­moine indus­triel avec une pro­gram­ma­tion artis­tique et cultu­relle inédite, bap­ti­sée Odyss Elec. Dotés d’une archi­tec­ture sin­gu­lière, témoins de grands défis tech­niques et humains, ils racontent à leur manière la fabu­leuse his­toire de l’électricité. Cette pro­gram­ma­tion artis­tique et cultu­relle s’inscrit dans une logique his­to­rique de par­te­na­riat avec les pro­fes­sion­nels du patri­moine, de la culture et du tou­risme indus­triel. Mais aus­si avec des artistes locaux ou inter­na­tio­naux qui depuis tou­jours subliment ces ouvrages hors normes. Émotion et péda­go­gie sont au cœur de la pro­gram­ma­tion Odyss Elec qui invite le public à un dia­logue entre Art, Histoire et Industrie dans le réseau des sites emblé­ma­tiques du patri­moine indus­triel d’EDF.

Lors de ce congrès, Isabelle PAILLARD pré­si­de­ra l’atelier-fablab “Vers une nou­velle fabrique des par­te­na­riats autour des patri­moines ?” du jeu­di 16 mai.

Jean PINARD, Directeur général du Comité Régional du Tourisme Occitanie

Jean PINARD, géo­logue de for­ma­tion, a fait toute sa car­rière dans le Tourisme. Après avoir été Directeur d’une socié­té d’économie mixte en Gironde, il a été nom­mé Directeur au Comité Régional du Tourisme Auvergne. Jean PINARD a ensuite été consul­tant, avant de deve­nir jusqu’à ce jour Directeur géné­ral au Comité Régional du Tourisme Occitanie.

Lors de ce congrès, Jean PINARD inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Jean-Michel PITOUN, promoteur chez le Nouveau Patrimoine

Originaire de Pau, Jean-Michel PITOUN rejoint Bayonne en 1981 pour inté­grer une agence immo­bi­lière.

A par­tir de 1988, il fait éla­bo­rer, puis réa­li­ser, en étroit par­te­na­riat avec la Ville de Bayonne un pro­jet de réha­bi­li­ta­tion, glo­bale dans le Secteur Sauvegardé, com­pre­nant la réa­li­sa­tion du 1er grand cure­tage (démo­li­tion de bâti et créa­tion d’une cour inté­rieure). C’est aus­si l’occasion de la créa­tion de la 1ere AFUL (asso­cia­tion fon­cière urbaine  libre) à Bayonne et le 1er mon­tage finan­cier à levier fis­cal Malraux.

Jean-Michel PITOUN par­ti­cipe à par­tir de 1990 au mon­tage et à la réa­li­sa­tion de la plu­part des opé­ra­tions de réha­bi­li­ta­tion /​ requa­li­fi­ca­tion  que connai­tra Bayonne dans les années 1990/​2000. À par­tir de 2005, il se par­tage entre Bayonne et Bordeaux où il inter­vien­dra à plu­sieurs reprises en par­te­na­riat avec la SEM (socié­té d’économie mixte) InCité.

Lors de ce congrès, Jean-Michel PITOUN inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Benjamin PHILIP, Responsable du service du Patrimoine de Figeac

Historien de for­ma­tion, Benjamin PHILIP est atta­ché de conser­va­tion du patri­moine. Il est res­pon­sable depuis 2007 du ser­vice du patri­moine de Figeac. Avec la label­li­sa­tion du Pays d’art et d’histoire Grand-Figeac, Vallées du Lot et du Célé en 2017, il est désor­mais ani­ma­teur de l’architecture et du patri­moine de ce nou­veau ter­ri­toire de mise en valeur du patri­moine.

Lors de ce congrès, Benjamin PHILIP ani­me­ra la visite “Patrimoine et par­te­na­riat ins­ti­tu­tion­nels /​ La revi­ta­li­sa­tion com­mer­ciale en bourg patri­mo­nial” du ven­dre­di 17 mai.

Claude RISAC, Directeur des Relations extérieures du groupe Casino

Lors de ce congrès, Claude RISAC inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Laurence ROUEDE, 1ère adjointe au Maire de Libourne

Première adjointe au Maire de Libourne (Gironde) depuis 2014, Laurence ROUEDE est notam­ment en charge de la recon­ver­sion d’une friche mili­taire de centre ville.
Conseillère régio­nale Nouvelle-Aquitaine délé­guée à l’urbanisme et au fon­cier depuis le mois de  jan­vier 2016, elle suit éga­le­ment les ques­tions d’habitat inno­vant et les rela­tions avec les bailleurs sociaux. Laurence ROUEDE est éga­le­ment pré­si­dente du Conseil d’administration de l’EPFNA depuis novembre 2017.
Dans ses dif­fé­rentes délé­ga­tions, elle tra­vaille par­ti­cu­liè­re­ment les ques­tions de limi­ta­tion de l’étalement urbain, de revi­ta­li­sa­tion et réin­ves­tis­se­ment des friches et des vacances.

Lors de ce congrès, Laurence ROUEDE inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les centres anciens, labo­ra­toires d’une éco­no­mie plus durable ?” du jeu­di 16 mai.

Rosie-Marie SAINT-GERMÈS AKAR, Conseillère de Cergy Pontoise déléguée à l’économie sociale et solidaire et à la coopération décentralisée

Elue depuis 2001 en charge de la coopé­ra­tion décen­tra­li­sée, Rose-Marie SAINT-GERMÈS AKAR accom­pagne la ville de Porto Novo, capi­tale du Bénin, dans un par­te­na­riat enga­gé en 1995. Depuis 2011 un nou­veau par­te­na­riat est mené avec la région des Palmes en Haïti.

Rose-Marie SAINT-GERMÈS AKAR est par ailleurs maire adjointe à la culture et à l’animation locale dans la ville de Saint Ouen l’Aumône, une des treize com­munes com­po­sant la CACP (com­mu­nau­té d’agglomération de Cergy Pontoise) et vice pré­si­dente de l’Office de tou­risme de la CACP.

Lors de ce congrès, Rose-Marie SAINT-GERMÈS AKAR inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “À tra­vers le patri­moine, com­ment les villes et ter­ri­toires sont-ils acteurs de la diplo­ma­tie ?” du jeu­di 16 mai.

Sylvain SCHOONBAERT, référent stratégie patrimoniale de Bordeaux Métropole

Architecte DPLG, doc­teur en urba­nisme, his­to­rien. Chargé des études docu­men­taires patri­mo­niales pour la Ville de Bordeaux depuis 2006. Chef de pro­jet pour la révi­sion du plan de sau­ve­garde et de mise en valeur depuis 2010. Membre du comi­té local Unesco Bordeaux, de la socié­té archéo­lo­gique de Bordeaux, du comi­té de lec­ture de la revue Histoire urbaine, ensei­gnant cher­cheur à l’Ecole natio­nale supé­rieure d’architecture et de pay­sage de Bordeaux.

Lors de ce congrès, Sylvain SCHOONBAERT inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “À tra­vers les patri­moines, com­ment les villes et ter­ri­toires sont-ils acteurs de la diplo­ma­tie ?” du jeu­di 16 mai.

Michel SIMON, 1er adjoint au maire de Cahors Ville

Michel SIMON est 1er adjoint au maire de Cahors en charge des Grands pro­jets, de la recon­quête du sec­teur sau­ve­gar­dé, de l’urbanisme, des amé­na­ge­ments urbains et pros­pec­tive. Il défi­nit le patri­moine urbain comme « tout ce qui consti­tue nos villes, nos vil­lages et nos bourgs, la suc­ces­sion d’un bâti autour d’un espace public ». Vice-pré­sident du Grand Cahors, Michel SIMON a été en 2016 le com­mis­saire de la 1re édi­tion de la Biennale Européenne du Patrimoine Urbain et a éga­le­ment pilo­té la deuxième édi­tion en 2018.

En 2007, Michel SIMON a pré­si­dé un groupe de tra­vail créé par Sites & Cités sur la thé­ma­tique “les quar­tiers anciens, modèles de villes durables” réunis­sant de nom­breuses col­lec­ti­vi­tés sou­cieuses de ces pro­blé­ma­tiques, enga­gées dans des poli­tiques envi­ron­ne­men­tales et qui obtiennent des résul­tats tan­gibles.

Lors de ce congrès, Michel SIMON pré­si­de­ra l’atelier “Patrimoines et déve­lop­pe­ment durable : quelle réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien ?” du jeu­di 16 mai.

Michel VAGINAY, directeur du Pôle patrimoines et architecture, DRAC Occitanie

Michel VAGINAY, conser­va­teur géné­ral du patri­moine, occupe les fonc­tions de direc­teur régio­nal adjoint délé­gué des affaires cultu­relles, direc­teur du pôle patri­moine et archi­tec­ture à la DRAC Occitanie. Il a pris ses fonc­tions en jan­vier 2016 lors de la créa­tion de la DRAC Occitanie.

Michel VAGINAY occu­pait aupa­ra­vant les fonc­tions de conser­va­teur régio­nal de l’archéologie à la DRAC Midi-Pyrénées depuis 1999, après avoir assu­ré les mêmes fonc­tions à la DRAC Bretagne depuis 1992. Il a com­men­cé sa car­rière comme ingé­nieur en archéo­lo­gie à la DRAC Rhône-Alpes dans les années 1980.

Titulaire d’un DEA en his­toire ancienne et d’une mai­trise en archéo­lo­gie natio­nale, Michel VAGINAY a conduit en paral­lèle de ses fonc­tions admi­nis­tra­tives dans les ser­vices décon­cen­trés du minis­tère de la culture, des recherches sur la Protohistoire. Spécialiste du second âge du Fer en Gaule, ses tra­vaux les plus récents ont por­té sur les ori­gines de Toulouse à l’âge du Fer et l’émergence du fait urbain en Gaule à la même période.

Lors de ce congrès, Michel VAGINAY inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Les Sites Patrimoniaux Remarquables : une ambi­tion pour nos ter­ri­toires” du jeu­di 16 mai.

Patrick VASSALLO, Conseiller territorial délégué du territoire de Plaine Commune

Maire-adjoint de Saint-Denis où il est élu depuis 2001 et conseiller ter­ri­to­rial de Plaine Commune délé­gué au tou­risme et aux savoir-faire, Patrick VASSALLO exerce diverses res­pon­sa­bi­li­tés dans le domaine du patri­moine : pré­sident de Franciade, le goût de la connais­sance, asso­cia­tion créée il y a près de 20 ans pour pro­duire et valo­ri­ser des pro­duits déri­vés de l’archéologie et du patri­moine,  membre de la CNPTU, il est un défen­seur actif et de longue date du remon­tage de la flèche de la basi­lique de Saint-Denis. Adepte de la conven­tion de faro, Patrick VASSALLO est un défen­seur achar­né des droits cultu­rels et de l’appropriation la plus « popu­laire » pos­sible des ques­tions patri­mo­niales. Militant de l’Économie Sociale et Solidaire, il est très atta­ché à la construc­tion d’écosystème locaux alliant valo­ri­sa­tion tou­ris­tique et patri­mo­niale, modèle éco­no­mique et réus­site sociale.

Lors de ce congrès, Patrick VASSALLO inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier-fablab “Vers une nou­velle fabrique des par­te­na­riats autour des patri­moines ?” du jeu­di 16 mai.

Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE, Maire de Cahors, Président de la Communauté d’agglomération du Grand Cahors

Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE est Maire de Cahors et Président de la Communauté d’agglomération du Grand Cahors, mais éga­le­ment Vice-Président de l’association des Villes de France, Président de l’association des maires et élus du Lot et Président de l’union régio­nale des asso­cia­tions de Maires d’Occitanie. Titulaire d’une Maîtrise d’AES, Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE fut Attaché ter­ri­to­rial puis devint Directeur de cabi­net de Gérard MIQUEL, alors pré­sident du Conseil géné­ral du Lot. Il fut Attaché par­le­men­taire de Jean LAUNAY, dépu­té du Lot et Attaché par­le­men­taire de Martin MALVY, ancien ministre, pré­sident de Sites & Cités remar­quables.

Lors de ce congrès, Jean-Marc VAYSSOUZE-FAURE inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “La revi­ta­li­sa­tion des quar­tiers anciens pour un amé­na­ge­ment durable du ter­ri­toire” du jeu­di 16 mai.

Louis VILLARET, président du réseau des Grands Sites de France

Lors de ce congrès, Louis VILLARET inter­vien­dra à l’occasion de la confé­rence “Patrimoine et tou­risme : de nou­veaux enjeux ? Quelles orien­ta­tions pour un tou­risme durable vec­teur de déve­lop­pe­ment équi­li­bré des ter­ri­toires ?” du ven­dre­di 17 mai.

Alain VOGEL-SINGER, Maire de Pézenas, vice-président de Sites & Cités

Alain VOGEL-SINGER est Maire de Pézenas et pré­sident du SICTOM depuis 1995, mais éga­le­ment vice-pré­sident de Sites & Cités remar­quables et vice-pré­sident cofon­da­teur de l’Association des Villes à Secteur Sauvegardé du Languedoc-Roussillon, dont il a été pré­sident de 1999 à 2002.

Lors de ce congrès, Alain VOGEL-SINGER pré­si­de­ra l’atelier “Les centres anciens, labo­ra­toires d’une éco­no­mie plus durable ?” du jeu­di 16 mai.

Michaël WEBER, Président de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France

Président de la Fédération des Parcs natu­rels régio­naux de France depuis 2016, Michaël WEBER est éga­le­ment Président du Parc Naturel Régional des Vosges Nord. Maire de Woelfing lès Sarreguemines depuis 1995, et Membre du Conseil Économique et Social et Environnemental de la région Grand Est depuis 2018, il pré­side par ailleurs l’association des Communes fores­tières de Moselle.

Lors de ce congrès, Michaël WEBER inter­vien­dra à l’occasion de l’atelier “Le Paysage, quelle place à l’orée des zones urbaines ?” du jeu­di 16 mai.