ENTRÉES DE VILLES

Zones de tran­si­tion, zones com­mer­ciales, zones d’activités, zones d’échanges cir­cu­la­toires intens­es, inter­faces entre urbain et rur­al, les entrées de villes, con­cen­trent de grands enjeux d’aménagement.

Aujourd’hui, les entrées de ville présen­tent sou­vent des « archi­tec­tures pro­vi­soires ». De belles villes sont trop sou­vent abîmées par leurs entrées défig­urées et mar­quées par une anar­chie qui s’oppose aux efforts réal­isés dans les cen­tres villes. Les franges urbaines s’étendent et entrent en con­cur­rence avec les cœurs de ville, d’une part, et con­som­ment des ter­res agri­coles et des espaces naturels, d’autre part. 

Ces espaces représen­tent un véri­ta­ble enjeu pour l’évolution qual­i­ta­tive de nos villes et pour penser la ville dans sa glob­al­ité : lien cen­tre-périphéries, com­merces, déplace­ments, cadre de vie.

Le renou­velle­ment urbain s’impose pour les entrées de ville et néces­site une poli­tique active de recherche et d’innovation. Ce chantier nous implique et nous con­cerne tous.

Le con­cours nation­al des entrées de ville & recon­quête des franges urbaines : 

Sites & Cités remar­quables de France et la Fédéra­tion Pat­ri­moine-Envi­ron­nement organ­isent un con­cours bien­nal qui souhaite faire con­naître et val­oris­er des démarch­es engagées en faveurs d’e­spaces de qual­ité dans les entrées de ville et les franges urbaines.

Ce con­cours est un moyen de faire cir­culer les expéri­ences et les idées et de faire pro­gress­er, au plan nation­al, la qual­ité de la con­cep­tion et de l’amé­nage­ment des Entrées de villes et des franges urbaines.

QUELLES OPÉRATIONS SONT CONCERNÉES ?

Ce con­cours, organ­isé tous les 2 ans, a pour objet de dis­tinguer des col­lec­tiv­ités qui con­duisent une ou des opéra­tions exem­plaires en matière de recon­quête de franges urbaines et d’aménagement des entrées de ville.

Sont con­cernés toutes les entrées de ville et tous les secteurs situés dans les franges urbaines :

- Les sites pat­ri­mo­ni­aux en friche 

- Les zones d’activités ou de commerce

- Les tra­ver­sées d’agglomération

- Plus générale­ment les ter­ri­toires périphériques qui souf­frent d’un déficit d’identité urbaine et paysagère

Seules les opéra­tions final­isées ou dont une tranche suff­isam­ment sig­ni­fica­tive a été réal­isée depuis moins de cinq ans, au moment du dépôt de la can­di­da­ture, sont éli­gi­bles. Il peut y avoir une seule ou plusieurs opéra­tions qui expri­ment une vision cohérente du développe­ment urbain.

QUI PEUT PARTICIPER ?

Le con­cours s’adresse aux col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales de plus de 2000 habitants.

Le dossier de can­di­da­ture doit être présen­té et déposé par la col­lec­tiv­ité maître d’ouvrage urbain.

PROCÉDURES DE SÉLECTION

Un comité de présélec­tion véri­fie les con­di­tions de recev­abil­ité de chaque dossier. Les dossiers recev­ables sont ensuite analysés par une com­mis­sion technique.

Au sein de cette com­mis­sion, des rap­por­teurs sont désignés. Ils pren­nent tous con­tacts néces­saires, deman­dent tous doc­u­ments com­plé­men­taires utiles et présen­tent per­son­nelle­ment leur rap­port au cas par cas devant le jury. Le jury se réu­nit sur la base de la syn­thèse des travaux de la com­mis­sion. Ses déci­sions ne sont pas sus­cep­ti­bles d’appel.
Le jury est présidé par un par­lemen­taire, ou à défaut par le prési­dent d’une des asso­ci­a­tions organ­isatri­ces. Il est com­posé des prési­dents et des représen­tants des asso­ci­a­tions organ­isatri­ces, de pro­fes­sion­nels (urban­istes, archi­tectes et paysag­istes), des représen­tants d’associations et organ­ismes parte­naires du con­cours, des représen­tants qual­i­fiés des min­istères parte­naires ain­si que du lau­réat de la précé­dente édition.

VALORISATION DES LAURÉATS

Le lau­réat est récom­pen­sé par un voy­age d’études et par la remise d’une plaque. Il béné­fi­cie, avec les autres opéra­tions exem­plaires, d’une com­mu­ni­ca­tion notam­ment à l’occasion d’un col­loque organ­isé à la suite du concours.

Ouvert au pub­lic, le col­loque réu­nit des élus et col­lec­tiv­ités ain­si que les maîtres d’œuvres des pro­jets retenus par la com­mis­sion tech­nique et le jury pour leur car­ac­tère exem­plaire. Des pro­jets européens exem­plaires peu­vent être présentés.

Les maîtres d’ouvrages lau­réats et leurs maîtres d’œuvre pour­ront égale­ment être sol­lic­ités pour présen­ter leur pro­jet au cours d’ateliers ou de journées d’échanges.