ENERPAT SUDOE

ENERPAT SUDOE (pour énergie-pat­ri­moine) est un pro­jet de recherche tourné vers la thé­ma­tique de l’éco-restauration du bâti ancien.

 

Présen­ta­tion du projet

Durant trois années con­séc­u­tives (juin 2016-juin 2019), des études ain­si que des travaux d’éco-restauration seront menés au sein de trois bâti­ments pilotes, spé­ci­fique­ment choi­sis pour leur anci­en­neté et leur état de dégra­da­tion avancé.  Ces trois édi­fices sont local­isés au cœur des cen­tres his­toriques de trois villes européennes, de l’espace de coopéra­tion SUDOE : Por­to (au Por­tu­gal), Vito­ria-Gasteiz (en Espagne) et enfin Cahors (en France).

Au tra­vers du pro­jet ENERPAT SUDOE, ces trois villes vont se met­tre en ordre de marche pour tester des tech­niques de réno­va­tion tra­di­tion­nelles ain­si que des matéri­aux biosour­cés, naturels, recon­nus pour leur capac­ité d’isolation et leur faible empreinte sur l’environnement.

Les réno­va­tions qui seront réal­isées visent à péren­nis­er le bâti, tout en amélio­rant sa per­for­mance énergé­tique, son con­fort hygrother­mique ain­si que la qual­ité de l’air à l’intérieur. Une approche par les usages sera égale­ment dévelop­pée, dans la con­cep­tion des pro­jets de réha­bil­i­ta­tion afin de répon­dre aux attentes actuelles des ménages mod­ernes en ter­mes de pratic­ité, d’accessibilité et de plaisir d’usage.

Les expéri­men­ta­tions menées s’appuieront pre­mière­ment sur l’étude du com­porte­ment des matéri­aux en lab­o­ra­toire, puis dans un sec­ond temps en con­di­tion réelle au sein des trois bâti­ments. Le prin­ci­pal objec­tif étant d’identifier les matéri­aux et tech­niques d’éco-rénovation, les plus adap­tées aux car­ac­téris­tiques tech­niques et pat­ri­mo­ni­ales des bâti­ments mais aus­si aux con­di­tions cli­ma­tiques de cha­cune des villes.

La can­di­da­ture du pro­jet ENERPAT SUDOE a été retenue le 30 juin 2016, dans le cadre du pre­mier appel à pro­jets lancé par Pro­gramme Inter­reg SUDOE (Sud-Ouest Europe). ENERPAT fait par­tie des 34 opéra­tions qui seront retenues sur près de 500 can­di­da­tures déposées. Pre­mier dans sa caté­gorie (Economie faible en car­bone), le pro­jet passe de la théorie à la pra­tique avec un finance­ment de l’Europe de plus de 1,4 mil­lions d’euros sur 3 ans.

Les parte­naires :

6 parte­naires se sont alliés pour tra­vailler ensem­ble durant trois années, pour men­er à bien ce projet :

  • La com­mu­nauté d’Agglomération du Grand Cahors, chef de file du projet
  • La Sociedad Urban­is­ti­ca Munic­i­pal de Vito­ria-Gasteizko Udal Hirig­intza Elka­rtea Ensanche 21 Zabal­gune. Société de réno­va­tion urbaine de la munic­i­pal­ité de Vitoria-Gasteiz
  • La société Domus Social, agence locale de l’habitat de la munic­i­pal­ité de Porto
  • La Fun­da­cion Tec­na­lia Research & Inno­va­tion de Bilbao,
  • l’Institut Nation­al des Sci­ences Appliquées de Toulouse,
  • l’Association Nationale Sites et Cités remar­quables de France

Les étapes-clés :

1

Iden­ti­fi­er les solu­tions d’éco-restauration les plus adap­tées aux sites étudiés afin d’augmenter l’efficacité énergé­tique des bâti­ments tout en préser­vant les car­ac­téris­tiques du pat­ri­moine ancien, en amélio­rant le con­fort d’usage et en préser­vant la san­té des habitants.

2

Inté­gr­er les avis et choix des pro­fes­sion­nels (arti­sans locaux, agences locales de l’énergie, Maîtrise d’œuvre etc.) ain­si que des lab­o­ra­toires de recherche, dans la déf­i­ni­tion du pro­jet de réha­bil­i­ta­tion. Le but étant de co-con­stru­ire un pro­jet de réha­bil­i­ta­tion adapté.

3

Amélior­er la con­nais­sance sur l’éco-rénovation du pat­ri­moine bâti ancien. Réalis­er des activ­ités de sen­si­bil­i­sa­tion et de for­ma­tion sur la thé­ma­tique de la réno­va­tion du bâti ancien.

4

Dif­fuser les bonnes pra­tiques et la méthodolo­gie élaborée pen­dant les trois années de tra­vail. Pro­pos­er un ensem­ble de pré­con­i­sa­tions pour la réno­va­tion, per­ti­nentes au niveau énergé­tique, accept­able sur le plan archi­tec­tur­al et économiques (maitrise des coûts). Favoris­er la réplic­a­bil­ité des expéri­men­ta­tions qui seront menées.