Sites & Cités remar­quables de France développe une action glob­ale, poli­tique et tech­nique, urban­is­tique et économique, sociale et culturelle.
Créée en 2000 pour regrouper les villes et ensem­bles de com­munes por­teurs d’un secteur pro­tégé aujourd’hui “Sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables” et les villes et pays sig­nataires de la con­ven­tion “Ville et Pays d’art et d’histoire”.

Sites & Cités remar­quables de France constitue :

  • un réseau de plus de 260 adhérents de toute échelle
  • une plate­forme pour échang­er des com­pé­tences, des expéri­ences et des inter­ro­ga­tions dans les domaines du pat­ri­moine et de l’urbanisme (pro­tec­tion, ges­tion, médi­a­tion et val­ori­sa­tion) au niveau nation­al et international
  • un espace de con­seil, d’expertise et d’accompagnement des col­lec­tiv­ités en ter­mes de straté­gies d’actions, de méth­odes et d’outils
  • un cen­tre de ressources, assur­ant une veille juridique et tech­nique sur les poli­tiques pat­ri­mo­ni­ales et leurs outils
  • un représen­tant et relais des col­lec­tiv­ités auprès des instances nationales et assem­blées par­lemen­taires avec des parte­nar­i­ats forts et divers (Min­istère de la tran­si­tion écologique et sol­idaire, Min­istère de la Cul­ture, Min­istère de l’Eu­rope et des Affaires étrangères, Caisse des dépôts et Consigna­tions, Régions…)
  • un champ d’actions très éten­du inclu­ant : sémi­naires, for­ma­tions et ate­liers à des­ti­na­tion des élus et tech­ni­ciens des col­lec­tiv­ités et des insti­tu­tions, com­mis­sions et groupes de tra­vail autour de thèmes actuels (pat­ri­moine et développe­ment durable, ges­tion et fis­cal­ité du pat­ri­moine, médi­a­tion du pat­ri­moine, recon­ver­sion du pat­ri­moine, pat­ri­moine et tourisme, con­nais­sance du patrimoine…).
  • une asso­ci­a­tion dévelop­pant parte­nar­i­ats et échanges avec de nom­breux autres acteurs du pat­ri­moine : ARF, APVF, UNESCO, AMF, Fon­da­tion du pat­ri­moine, Patrimoine-Environnement…

Sites & Cités remar­quables de France favorise échanges et coopéra­tions et se donne comme objectifs :

« La par­tic­i­pa­tion à la mise en réseau à des niveaux ter­ri­to­ri­aux dif­férents pour dévelop­per une poli­tique de val­ori­sa­tion et de médi­a­tion du pat­ri­moine, de l’architecture et de l’urbanisme. Cette mise en réseau con­cerne les objec­tifs mais aus­si les parte­nar­i­ats ter­ri­to­ri­aux et humains, les struc­tures économiques et culturelles.
La facil­i­ta­tion de la con­nais­sance mutuelle des expéri­ences : elle encour­age les parte­nar­i­ats et les échanges entre élus, sci­en­tifiques et tech­ni­ciens ; elle s’engage dans l’information et les for­ma­tions de tous les parte­naires, y com­pris des élus.
Le dia­logue entre tous les acteurs ; elle favorise l’évolution de la réflex­ion au regard de la diver­sité des réal­ités économiques et sociales des ter­ri­toires. En rela­tion avec les dif­férentes col­lec­tiv­ités et insti­tu­tions, elle peut être le con­seiller des straté­gies et des actions de mise en valeur.
Ces thèmes sont dévelop­pés à l’échelon nation­al, européen et inter­na­tion­al, tant pour l’association elle-même que pour ses parte­naires.  » ( cf arti­cle 3 des statuts)

Les ori­en­ta­tions de l’Association se dévelop­pent au sein de com­mis­sions thé­ma­tiques, d’ateliers, de ren­con­tres et de mis­sions d’étude. Les enjeux des villes et pays con­stituent une base du tra­vail de réflex­ion et d’échanges.

Villes et Pays d’art et d’histoire

En 2018, 190 villes et ter­ri­toires ont signé une con­ven­tion avec le min­istère de la Cul­ture et de la Com­mu­ni­ca­tion, pour dévelop­per une démarche de con­nais­sance appro­fondie de leur ter­ri­toire, de mise en valeur de leur pat­ri­moine et de sen­si­bil­i­sa­tion des publics (habi­tants, pub­lic jeune, touristes). Elles ont recours à un per­son­nel qual­i­fié : les ani­ma­teurs de l’architecture et du pat­ri­moine, les guides conférenciers…

Sites patrimoniaux remarquables

Créés par la loi rel­a­tive à la lib­erté de créa­tion, à l’architecture et au pat­ri­moine (loi LCAP) pro­mul­guée le 7 juil­let 2016, les sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables con­cer­nent les villes, vil­lages ou quartiers ain­si que leurs paysages et espaces ruraux dont la con­ser­va­tion, la restau­ra­tion, la réha­bil­i­ta­tion ou la mise en valeur présen­tent, au point de vue his­torique, archi­tec­tur­al, archéologique, artis­tique ou paysager, un intérêt public.
Ils sont dotés d’un plan de sauve­g­arde et de mise en valeur (PSMV) et/ou d’un plan de val­ori­sa­tion de l’architecture et du pat­ri­moine (PVAP). Les secteurs sauve­g­ardés, ZPPAUP, AVAP, devi­en­nent automa­tique­ment des sites pat­ri­mo­ni­aux remar­quables et con­ser­vent leurs règle­ments. Les ZPPAUP et les AVAP peu­vent être mod­i­fiées. En cas de révi­sion elles doivent être trans­for­mées en PSMV et/ou en PVAP.

Plan de sauve­g­arde et de mise en valeur (PSMV)
André Mal­raux crée en 1962 les secteurs sauve­g­ardés dotés d’un règle­ment : le PSMV qui fixe les con­di­tions de con­ser­va­tion, de pro­tec­tion, de trans­for­ma­tion, d’évolution des immeubles et des espaces. C’est une démarche d’urbanisme qual­i­tatif dont l’objectif est autant de con­serv­er le cadre urbain et l’architecture anci­enne que d’en per­me­t­tre l’évolution har­monieuse au regard des fonc­tions urbaines con­tem­po­raines et en rela­tion avec l’ensemble de la ville. Elaborés con­join­te­ment par l’Etat et la col­lec­tiv­ité, ils sont au nom­bre de 111 en 2016.

Plan de val­ori­sa­tion de l’architecture et du pat­ri­moine (PVAP)
Servi­tude d’utilité publique pilotée par la col­lec­tiv­ité, avec l’assistance tech­nique et finan­cière de l’Etat, le PVAP iden­ti­fie les immeubles, espaces publics, mon­u­ments, sites, cours, jardins, plan­ta­tions et mobiliers urbains à pro­téger et à con­serv­er, à met­tre en valeur ou à requal­i­fi­er pour des motifs d’ordre cul­turel, his­torique ou archi­tec­tur­al. Il fixe les pre­scrip­tions per­me­t­tant d’assurer leur con­ser­va­tion ou leur restau­ra­tion, de pro­mou­voir la mise en valeur durable de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, de l’histoire, de l’archéologie…