BOSNIE-HERZÉGOVINE

Actualités

Présentation de la coopération

Les échanges avec la Bosnie-Herzégovine ont débu­té en 2015, avec la Rencontre entre Marylise ORTIZ, Directrice de Sites & Cités remar­quables et Edin HOZAN, Maire de la Ville de Jajce. Faisant suite à cette ren­contre, la ville a sou­hai­té déve­lop­per un par­te­na­riat en 2016.

Celui-ci a tout d’abord pris la forme d’un accueil de pro­fes­sion­nels lors des Semaines de for­ma­tion inter­na­tio­nale de 2017 et 2018, notam­ment à par­tir de retours d’expériences de plu­sieurs col­lec­ti­vi­tés fran­çaises. L’ambassade de France en Bosnie-Herzégovine a sou­hai­té sou­te­nir ce pro­jet de coopé­ra­tion de manière plus appro­fon­die, dans la mesure où il s’inscrivait dans la stra­té­gie du minis­tère de l’Europe et des Affaires étran­gères dans les pays des Balkans et qu’il répon­dait à une forte attente au niveau local.
Une coopé­ra­tion s’est alors déve­lop­pée entre plu­sieurs asso­cia­tions et col­lec­ti­vi­tés bos­niennes – les villes de Jajce, Travnik, Donji Vakuf et Vitez – et fran­çaises – la ville de Troyes, l’Office de Tourisme de l’Entre-deux-Mers et Sites & Cités remar­quables -.

La coopé­ra­tion s’est alors décli­née en trois axes majeurs : urba­nisme patri­mo­nial avec le sou­tien de la Ville de Troyes ; Mise en place d’une voie verte tou­ris­tique dans le cadre d’un pro­jet euro­péen EUNIC avec l’expertise de l’Office de Tourisme de l’Entre-deux-Mers et mise en réseau des col­lec­ti­vi­tés bos­niennes autour des patri­moines.

Axes de coopération

  • Patrimoines & tou­risme
  • Législation et règle­men­ta­tion des centres anciens
  • Sensibilisation des acteurs au patri­moine
  • Mise en réseau des col­lec­ti­vi­tés

La coopération avec la Bosnie-Herzégovine

Partenaires

Ville de Jajce

Jajce, dite Ville de pierre, de lumière et d’eau“, est construite telle un musée à ciel ouvert, et se situe à la confluence des rivières Pliva et Vrbas. Tout autour de la ville se trouve les lacs Pliva. La ville de Jajce est sym­bo­li­sée par ses splen­dides chutes d’eau, mar­quant la ren­contre entre Pliva et Vrbas. Au-des­­sus, le centre his­to­rique, sur­plom­bé par ses rem­parts médié­vaux et la Forteresse, sym­bo­lise la connexion par­ti­cu­lière entre la nature et le patri­moine archi­tec­tu­ral.

La ville pré­sente les ves­tiges de 4 grands empires (romain, byzan­tin, otto­man et aus­­tro-hon­­grois), de 3 royaumes (Bosniaque, Hongrois et Yougoslave) et des trois reli­gions mono­théistes (chris­tia­nisme, judaisme, islam), ain­si qu’une grande varié­té de styles archi­tec­tu­raux et de cou­tumes.

Le mélange de l’his­toire, des ves­tiges archéo­lo­giques et la pré­sence de la nature fait de Jajce une ville remar­quable.

https://www.opcina-jajce.ba/ 

Ville de Travnik

La Ville de Travnik est le centre admi­nis­tra­tif du Canton de Bosnie Centrale de la Fédération de Bosnie-Herzégovine. Située à 90 kilo­mètres de Sarajevo, Travnik pos­sède une his­toire riche datant de l’âge de bronze jusqu’aux temps modernes. Dans la région on trouve notam­ment de nom­breux tom­beaux, forts et basi­liques paléo­chré­tiennes, sym­boles de la colo­ni­sa­tion romaine.

Au Moyen-Âge, Travnik était l’une des villes for­ti­fiées de la région avec sa for­te­resse médié­vale, aujourd’hui deve­nue le quar­tier de la vieille ville. Après la conquête otto­mane de Bosnie au XVe siècle, la majo­ri­té de la popu­la­tion s’est conver­tie à l’Islam : la ville est ain­si deve­nue l’une des colo­nies les plus impor­tantes de la région, suite à la construc­tion de mos­quées, mar­chés et autres infra­struc­tures. Par la suite, la ville a été un centre gou­ver­ne­men­tal impor­tant dans la fron­tière ouest de l’empire, et des consu­lats ont notam­ment été créés par les gou­ver­ne­ments de France et d’Autriche-Hongrie. L’occupation autri­chienne a éga­le­ment per­mis l’occidentalisation et l’industrialisation de Travnik. Pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, la ville a échap­pé aux dégâts du conflit avec les forces serbes, mais a néan­moins subi les com­bats entre locaux bos­niens et fac­tions croates avant que l’accord de Washington soit signé en 1994. Après la guerre, Travnik a été nom­mée capi­tale du Canton de Bosnie Centrale.

Comme beau­coup de villes en Bosnie-Herzégovine, le tou­risme à Travnik est basé sur son his­toire et sa géo­gra­phie. Se trouve à proxi­mi­té le Mont Vlašić, l’un des som­mets les plus éle­vés du pays. La ville en elle-même com­prend de nom­breuses struc­tures datant de l’époque otto­mane qui ont été conser­vées en qua­­si-par­­fait état, comme de nom­breuses mos­quées, rési­dences orien­tales, fon­taines et clo­chers.

Site web : http://www.opcinatravnik.com.ba/ 

Musée de Travnik

Créé en 1950, le Musée Régional de Travnik est situé depuis 1972 dans un bâti­ment construit ini­tia­le­ment en 1928 comme un éta­blis­se­ment médi­cal. Aujourd’hui, le Musée Régional de Travnik est l’unique musée régio­nal dans le Canton de Bosnie Centrale. Les col­lec­tions du musée com­prennent envi­ron 80 000 objets expo­sés.

L’exposition per­ma­nente du musée, ouverte aux visi­teurs depuis 1975, com­prend :

  • Des col­lec­tions cultu­relles et his­to­riques
  • Des col­lec­tions sur l’histoire natio­nale
  • « La Vie et les Traditions des Habitants de la Région de Travnik » (expo­si­tion pho­to per­ma­nente)
  • L’exposition « Open Space »

Outre le bâti­ment prin­ci­pal, le musée a deux annexes : le Musée com­mé­mo­ra­tif « La mai­son natale d’Ivo Andrić’ » avec une expo­si­tion per­ma­nente sur la vie et les œuvres lit­té­raires d’Ivo Andrić (lau­réat du prix Nobel), ain­si que la for­te­resse médié­vale de la vieille ville de Travnik.

Site web : http://muzejtravnik.ba/en/