Contacts

Maire : M. David Samzun

7 Place François Blancho
CS 40416
44606 SAINT NAZAIRE
Tél : 02 40 00 40 00
www.saintnazaire.fr

Élus réfé­rents :
Jean-Jacques Lumeau, Adjoint au maire, Vice-pré­sident de l’agglomération
Commission Culture, Commission Service public, Affaires cultu­relles
lumeaujj@mairie-saintnazaire.fr

Alain Geffroy, Conseiller muni­ci­pal en charge du Patrimoine
geffroya@mairie-saintnazaire.fr

Professionnels réfé­rents :
Emmanuel Mary, Mission des Patrimoines
marye@mairie-saintnazaire.fr

Cédric Bureau, Chargé de mis­sion valo­ri­sa­tion du patri­moine archi­tec­tu­ral
bureauc@mairie-saintnazaire.fr

Ressources

Pas de res­sources actuel­le­ment.

En images

SAINT-NAZAIRE

Dotée d’éléments de patri­moine vieux de 6000 ans (tumu­lus de Dissignac), la ville s’est pour­tant essen­tiel­le­ment déve­lop­pée sur le plan démo­gra­phique, éco­no­mique et urba­nis­tique, durant les 150 der­nières années, autour de son acti­vi­té por­tuaire et mari­time. Les construc­tions navales et aéro­nau­tiques, la Seconde Guerre mon­diale, l’aménagement urbain, ont mar­qué et façon­né la ville et son patri­moine.

L’histoire en bref

Les recherches pour­sui­vies depuis plus de 25 ans, l’Inventaire Général du Patrimoine en cours, font déjà appa­raître l’unicité du port indus­triel avec ses infra­struc­tures du XIXe et XXe siècle en place et en fonc­tion, ou encore l’importance de l’architecture de la Reconstruction. La ville pré­sente aus­si un urba­nisme lit­to­ral qui témoigne des rap­ports entre habi­tat et océan, que ce soit pour des fonc­tions rési­den­tielles, ou de tou­risme.

La ville est riche d’un patri­moine imma­té­riel qui témoigne notam­ment du déve­lop­pe­ment d’une col­lec­ti­vi­té humaine for­te­ment mar­quée par le déve­lop­pe­ment de savoir-faire d’exception, notam­ment autour de la mai­trise de la construc­tion navale, aéro­nau­tique, de l’économie mari­time. Cette com­mu­nau­té par­cou­rue de nom­breux mou­ve­ments sociaux et cultu­rels témoigne des grands idéaux et débats qui ont tra­ver­sé les 19 e et 20 e siècles.

Ville d’immigration à la crois­sance démo­gra­phique his­to­rique sou­te­nue, elle témoigne des flux migra­toires internes au pays (Bretagne, Anjou…) ou externes (Espagne, Italie, Maghreb, Afrique occi­den­tale…).

Politique patrimoniale, label, procédures et outils

La Ville est forte d’opérateurs muni­ci­paux ayant une com­pé­tence avé­rée (Ecomusée Musée de France, Archives muni­ci­pales), d’un tis­su asso­cia­tif mobi­li­sé, et d’une démarche trans­ver­sale enga­gée avec d’autres ser­vices (urba­nisme, édu­ca­tion-jeu­nesse, etc.).

A côté de sa poli­tique d’Inventaire Général du Patrimoine, la Ville conserve, res­taure et valo­rise des col­lec­tions natio­nales liées à l’histoire de la construc­tion navale et des paque­bots.

Elle valo­rise éga­le­ment son patri­moine urbain, dans le cadre d’une poli­tique d’action cultu­relle : visites, expo­si­tions, par­cours, et de média­tion en direc­tion des sco­laires. Elle assure l’entretien de son patri­moine mobi­lier et urbain. Elle réa­lise un tra­vail de conser­va­tion et de valo­ri­sa­tion d’archives, au-delà de ses obli­ga­tions régle­men­taires.

OUTILS DE PROTECTION OU DE GESTION DU PATRIMOINE

La CARENE, Communauté d’Agglomération de la Région Nazairienne et de l’Estuaire, a voté une déli­bé­ra­tion en 2016 met­tant à l’étude une Aire de Valorisation Architecturale et Patrimoniale (AVAP), futur Site Patrimonial Remarquable, dans le péri­mètre muni­ci­pal.

En 2019, l’agglomération et la Ville lancent une étude pour la mise en œuvre de l’Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (Avap) sur la com­mune de Saint-Nazaire. A tra­vers cette poli­tique de pro­tec­tion, de conser­va­tion et de ges­tion du patri­moine, le ter­ri­toire se dote d’un outil par­ti­cu­liè­re­ment adap­té à une ges­tion cohé­rente des enjeux de conser­va­tion, de pré­ser­va­tion et de mise en valeur du patri­moine.

PROJETS URBAINS

Saint-Nazaire a impul­sé un pro­jet par­ta­gé affir­mant la voca­tion mari­time du ter­ri­toire : l’Ambition mari­time.

La stra­té­gie de dyna­mi­sa­tion du centre-ville se décline en 7 volets d’actions, com­bi­nés dans le temps et dans l’espace. Elle est ins­crite au pro­gramme « action cœur de ville » au plan natio­nal.

PROGRAMME D’ACTIONS LIÉS AU CADRE DE VIE ET AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Le PCAET — plan cli­mat air éner­gie ter­ri­to­rial

Il a été adop­té en conseil com­mu­nau­taire le 30 avril 2019. A l’été 2019, les habi­tants seront invi­tés à enri­chir le pro­gramme d’actions en appor­tant leur contri­bu­tion.
>Axe stra­té­gique 1. Agglomération et com­munes : être exem­plaires
>Axe stra­té­gique 2. Développer une éco­no­mie à moindre impact envi­ron­ne­men­tal
>Axe stra­té­gique 4. Organisation ter­ri­to­riale
>Axe trans­ver­sal. Piloter, éva­luer le PCAET et com­mu­ni­quer les résul­tats

  • Le Schéma Directeur Paysager

Le Bureau d’Études Aménagement Urbain et le Service Espaces Verts et Propreté tra­vaillent sur la réa­li­sa­tion d’un Schéma Directeur Paysager, se décli­nant en trois volets. Dès 2015, une pre­mière phase de tra­vail a été enga­gée, par la réa­li­sa­tion d’un diag­nos­tic de l’état exis­tant du pay­sage, afin d’identifier et de carac­té­ri­ser les enti­tés pay­sa­gères pré­sentes sur le ter­ri­toire de Saint-Nazaire, ville de confluences entre l’estuaire, l’océan, la Brière et le bocage.

  • L’Orientation d’Aménagement et de Programmation spé­ci­fique Trame Verte et Bleue (OAP TVB)

Elle décrit dif­fé­rentes actions per­met­tant de répondre à quatre orien­ta­tions géné­rales : — Préserver les espaces agro-natu­rels ; — Conforter les espaces natu­rels d’agrément ; — Renforcer la bio­di­ver­si­té dans les liai­sons urbaines de la nature en ville ; — Améliorer les conti­nui­tés éco­lo­giques.

  • Le Schéma Directeur d’Aménagement Lumière

Initié en 2017, ce docu­ment cadre vise à pré­ci­ser les prin­cipes de concep­tion de l’éclairage public et plus géné­ra­le­ment des espaces exté­rieurs sur le ter­ri­toire com­mu­nal. Il intègre une dimen­sion éner­gé­tique (per­for­mance des appa­reils), de sécu­ri­sa­tion de l’espace public, mais par­ti­cipe aus­si à la défi­ni­tion des ambiances et des pay­sages noc­turnes de la com­mune. La réflexion intègre éga­le­ment les pro­blé­ma­tiques éco­lo­giques, avec des pres­crip­tions visant à limi­ter la gêne pour la faune évo­luant sur le ter­ri­toire. Les oiseaux étant par exemple atti­rés par les sources lumi­neuses, il paraît essen­tiel de ne pas éclai­rer la voûte céleste pour évi­ter qu’ils ne dévient de leur tra­jec­toire de vol, la nuit.

  • Plan Vélo

Depuis plu­sieurs années, la Ville de Saint-Nazaire, en lien avec la CARENE, déve­loppe une poli­tique en faveur des modes de dépla­ce­ments doux et a pour volon­té de struc­tu­rer des iti­né­raires cyclables prin­ci­paux et secon­daires sur son ter­ri­toire. Dans le cadre de cette poli­tique et afin de déve­lop­per des espaces publics apai­sés par­tout et pour tous, la Ville a éla­bo­ré en 2017 son Plan Vélo pour ren­for­cer la place de ce mode actif dans l’espace urbain. Le Plan Vélo a voca­tion à appor­ter une meilleure visi­bi­li­té des iti­né­raires exis­tants, à appor­ter des solu­tions pour faci­li­ter et pro­mou­voir le vélo comme mode de dépla­ce­ment sécu­ri­sé, mais aus­si comme acti­vi­té de loi­sirs. Il favo­ri­se­ra aus­si l’émergence de nou­veaux iti­né­raires, notam­ment pour relier les centres-bourgs au centre-ville.

PROGRAMME D’ACTION SPÉCIFIQUE POUR LE BÂTI ANCIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Schéma Directeur Patrimoine Immobilier

La Ville de Saint-Nazaire béné­fi­cie d’un impor­tant patri­moine bâti, datant prin­ci­pa­le­ment de la recons­truc­tion. La Ville a enga­gé depuis une dizaine d’années de nom­breuses réha­bi­li­ta­tions pour remettre à niveau ce patri­moine vieillis­sant. Les charges de fonc­tion­ne­ment et coûts d’entretien de ce parc bâti repré­sentent néan­moins des charges impor­tantes. Un Schéma Directeur du Patrimoine Immobilier a donc été lan­cé en 2017 dans l’objectif de ratio­na­li­ser la ges­tion du parc bâti com­mu­nal et d’optimiser les coûts asso­ciés à son fonc­tion­ne­ment. Le cabi­net Tbmaestro accom­pagne la com­mune dans cette démarche. Le but de ce sché­ma est d’impulser une démarche à moyen et long terme pour faire évo­luer le patri­moine de la Ville, en met­tant en place une méthode dyna­mique de ges­tion de ce der­nier.

OUTILS OPÉRATIONNELS

  • Programme Local de l’Habitat

Pour la CARENE-Saint-Nazaire Agglomération, l’habitat est un enjeu majeur de déve­lop­pe­ment. Cette poli­tique, tra­duite dans son 3e Programme Local de l’Habitat, a pour ambi­tion de pro­po­ser des loge­ments adap­tés aux besoins et aspi­ra­tions de tous les habi­tants de l’agglomération, en conci­liant moder­ni­té et inno­va­tion, ges­tion éco­nome de l’espace et qua­li­té de vie.

La popu­la­tion de l’agglomération aug­mente régu­liè­re­ment depuis 2009 et les besoins en nou­veaux loge­ments sont impor­tants. Sur le ter­ri­toire de la CARENE L’objectif est d’en construire 1000 par an.  Entre 2011 et 2016, plus de 6400 loge­ments neufs sont sor­tis de terre.

Toutefois les nou­veaux habi­tants du ter­ri­toire se logent prin­ci­pa­le­ment dans l’ancien. L’action de la CARENE se déploie donc for­te­ment dans ce sec­teur pour per­mettre l’amélioration glo­bale de la qua­li­té des loge­ments, notam­ment de leur iso­la­tion. L’agglomération veut aus­si rendre plus facile l’accès aux aides pour acqué­rir ou réno­ver une mai­son ou un appar­te­ment.

C’est le rôle notam­ment du ser­vice public ser­vice public de la réno­va­tion de l’habitat « Ecorenove-Carene ».

Ecorenove coor­donne des outils natio­naux et régio­naux : l’Espace Info Energie, la Plateforme de réno­va­tion éner­gé­tique, l’antenne locale de l’Agence Départementale d’Information au Logement (ADIL).A terme, l’ensemble de ces ser­vices pour­raient être réunis en un même lieu dans une Maison de l’habitant.

Les 7 prio­ri­tés de la poli­tique de l’habitat de la CARENE

  1. ampli­fier l’accompagnement et l’incitation à réno­ver le parc de loge­ments anciens (indi­vi­duel et col­lec­tif) ;
  2. mieux répar­tir les loge­ments loca­tifs HLM sur l’ensemble des com­munes et divi­ser par 2 les délais d’obtention d’un loge­ment ;
  3. « renou­ve­ler la ville sur elle-même » en limi­tant l’emprise des nou­velles opé­ra­tions d’habitat ;
  4. aider les jeunes ménages dési­reux d’acheter leur pre­mier loge­ment en pro­gram­mant des construc­tions à proxi­mi­té des lieux d’emploi et de ser­vice ;
  5. réduire la fac­ture éner­gé­tique due au chauf­fage par les conseils et les aides aux tra­vaux les plus adap­tés ;
  6. adap­ter le domi­cile suite à une perte d’autonomie ;
  7. pro­po­ser aux publics les plus fra­giles des solu­tions pour pas­ser de l’hébergement à un loge­ment auto­nome.

VOLET ENVIRONNEMENTAL

  • Schéma Directeur Patrimoine Immobilier (voir ci-des­sus)

INVENTAIRES

L’opération d’inventaire du patri­moine bâti entre­prise sur la com­mune de Saint-Nazaire est le fruit d’un par­te­na­riat entre la Ville de Saint-Nazaire et la Région des Pays de la Loire. Cette col­la­bo­ra­tion est actée par une conven­tion allant de décembre 2013 à décembre 2017, recon­duite de jan­vier 2017 à décembre 2020 et concré­ti­sée par le recru­te­ment d’une cher­cheuse en mai 2014.

Ville et Région se par­tagent l’encadrement tech­nique de l’opération. La Région assure aus­si l’encadrement scien­ti­fique en veillant au res­pect de la métho­do­lo­gie et des normes natio­nales de l’Inventaire Général.

Catégories du bâti et thé­ma­tiques de recherches iden­ti­fiées comme prio­ri­taires :

  • l’habitat, en rai­son de son impor­tance (92 % des élé­ments bâtis repé­rés) et des enjeux qu’il repré­sente (pro­jets urbains, réno­va­tions, tra­vaux).

Un regard par­ti­cu­lier sur l’habitat de l’entre-deux-guerres et de la Reconstruction par­ti­cu­liè­re­ment bien pré­sents sur le ter­ri­toire est posé (manières d’habiter, modes de construc­tion, rup­tures, liens, habi­tat ouvrier, habi­tat de capi­taines au long cours, etc.) ;

  • l’habitat bal­néaire ayant déjà fait l’objet d’une étude d’inventaire, cette caté­go­rie est moins étu­diée. Des infor­ma­tions com­plé­men­taires pour­ront cepen­dant être appor­tées aux notices déjà exis­tantes ;
  • le port et ses infra­struc­tures, ain­si que les chan­tiers de construc­tion navale ;
  • les édi­fices publics, leur décor et leur mobi­lier.

AUTRESLABELS

Parc Naturel Régional ( 30 % du ter­ri­toire com­mu­nal), Architecture Contemporaine remar­quable (7 sites), Jardin Remarquable, French Tech, Cap Cit’ergie, Pavillon bleu (3 plages), Villes et vil­lages fleu­ris (3 ***).

CHARTES

La charte d’aménagement durable de Saint-Nazaire. 2013.
La charte d’aménagement s’adresse aux amé­na­geurs et aux pro­mo­teurs, elle aborde les dix thèmes aux­quels la Ville accorde le plus d’importance.
Tous les thèmes et thé­ma­tiques font l’objet du même trai­te­ment.
Tout d’abord l’objectif géné­ral à atteindre est énon­cé, il est sui­vi par les évo­lu­tions atten­dues par la Ville et les actions à mettre en œuvre pour l’atteindre.
Les fiches sui­vantes énu­mèrent les actions que conduit la ville sur son propre patri­moine, puis pré­sentent les recom­man­da­tions de la Ville aux amé­na­geurs.
Le der­nier tableau, apporte des élé­ments sur le contexte régle­men­taire et ren­voie aux articles du Plan Local d’Urbanisme (PLU) en liai­son avec le thème.
Les indi­ca­teurs de tous les thèmes font l’objet d’une grille d’évaluation qui per­met­tra d’évaluer la qua­li­té du pro­jet.

Charte de colo­ra­tion des immeubles et charte sur les enseignes et façades com­mer­ciales du centre-ville de Saint-Nazaire. Charte des ter­rasses. 1992–2015-2019
Cette charte per­met de créer une uni­té de tons, en pro­po­sant des choix cohé­rents et homo­gènes. Pour les com­merces, il s’agit d’éviter les pol­lu­tions visuelles avec des enseignes lumi­neuses codi­fiées, de rafraî­chir les devan­tures en évi­tant que cha­cun fasse « à sa manière ».
Ces aides et conseils d’adressent aux pro­prié­taires et copro­prié­taires d’immeubles de loge­ments et com­merces des centres-villes des com­munes de l’agglomération, en dehors du parc de Brière. À savoir, Donges, Montoir-de-Bretagne, Trignac, Pornichet et Saint-Nazaire.

Aides et conseils appor­tés aux pro­prié­taires d’un loge­ment :
Pour les façades par­ti­ci­pant à l’attractivité des centres-villes et centres-bourgs, la sub­ven­tion est égale à 25 % d’un mon­tant de tra­vaux pla­fon­né à 2 000 € hors taxes pour un rava­le­ment com­plet de pein­ture. Pour l’enduit ou la res­tau­ra­tion de façade, le mon­tant est por­té à 3 500 € HT par loge­ment. Ces mon­tants sont attri­bués sans condi­tion de res­sources si le bien est situé dans le péri­mètre défi­ni par chaque com­mune. Sur le reste du ter­ri­toire, la sub­ven­tion reste la même, sous condi­tion de res­sources uni­que­ment. Les tra­vaux doivent être réa­li­sés entiè­re­ment par un pro­fes­sion­nel. Ce dis­po­si­tif devrait géné­rer une cen­taine de demandes de rava­le­ment par an.
Pour les devan­tures com­mer­ciales, la sub­ven­tion est égale à 25 % d’un mon­tant de tra­vaux pla­fon­né à 10 000 € HT, si le mon­tant est supé­rieur à 1 500 € HT. Les com­mer­çants peuvent y inté­grer les tra­vaux d’accessibilité de leur enseigne. Cette aide s’adresse uni­que­ment aux com­mer­çants indé­pen­dants ou pro­prié­taires de leur fonds de com­merce.
Une archi­tecte colo­riste assure des per­ma­nences et offre ses conseils deux fois par mois. Le patri­moine, iden­ti­fié dans le plan local d’urbanisme, a été clas­sé par ordre chro­no­lo­gique et par type d’architecture. Second Empire, fin XIXe, début XXe, recons­truc­tion. Pour cha­cune d’entre elles, un panel de cou­leurs a été rete­nu.

Charte de l’espace public. 2015.
Elaborée par les ser­vices de la ville en col­la­bo­ra­tion avec l’Addrn, la charte des espaces publics est un réfé­ren­tiel com­mun à tous les inter­ve­nants. Cette charte créée pour être au ser­vice de l’amélioration de la qua­li­té et de la per­for­mance de ges­tion des espaces publics de la ville se com­pose : d’un docu­ment de réfé­rence appe­lé la charte des espaces.

La charte du patri­moine bal­néaire 2013 recense l’architecture pré­sente tout du long du trait de côte qui des­sine sur 14 km les limites de la ville avec l’océan. Cette charte iden­ti­fie les qua­li­tés de cette archi­tec­ture et son éclec­tisme, décrit les spé­ci­fi­ci­tés et apporte des conseils de conser­va­tion avec des recom­man­da­tions sur la réno­va­tion et/​ou l’évolution du bâti.

La charte des clô­tures 2017 réper­to­rie les dif­fé­rentes com­po­si­tions qui struc­turent et qua­li­fient l’espace urbain et sa com­po­si­tion.

Valorisation et animation de l’architecture et du patrimoine

La Mission Patrimoine de la Ville dans le cadre de l’Inventaire pro­pose une dif­fu­sion de ses tra­vaux sous la forme « d’enquêtes-Patrimoine ».

Les objec­tifs, défi­nis avec la Région Pays de la Loire, sont :

-  Faire décou­vrir ou redé­cou­vrir des patri­moines bâtis, des styles, des formes d’architecture et sen­si­bi­li­ser le public à sa pré­ser­va­tion et à son rôle en la matière.

- Faire décou­vrir les fonc­tions et les métiers du patri­moine, avec mise en situa­tion.

- Resituer cette démarche dans la notion de Ville d’Art et d’Histoire, au centre de laquelle on trouve les habi­tants et leurs patri­moines.

C’est à par­tir de ces enquêtes Patrimoine que se déve­loppe la média­tion sur les archi­tec­tures et la néces­si­té d’aborder les réno­va­tions en tenant compte des formes, maté­riaux, des­sins…

La bou­tique d’Escal’ Atlantic, équi­pe­ment cultu­rel retra­çant l’histoire des paque­bots, pro­pose un large choix de livres sur les paque­bots mais aus­si des ouvrages sur Airbus, la construc­tion navale, l’histoire de Saint-Nazaire.

VALORISATION DU PATRIMOINE PAR LE NUMÉRIQUE 

3 axes de déve­lop­pe­ment des actions et dis­po­si­tifs de média­tion numé­riques :

  • Dans les sites de visite : Escal’ Atlantic, sous-marin Espadon, Écomusée
  • Dans la ville : pour accom­pa­gner la demande de mobi­li­té des publics
  • Pendant les actions péda­go­giques

Expérience 1 : Méan-Penhoët, révé­la­tion patri­mo­niale

Initié par les membres du Conseil de quar­tiers de Méan-Penhoët, ce pro­jet est l’aboutissement de trois ans de tra­vail. Le concept : un par­cours pérenne dans l’espace urbain pour créer une ren­contre avec le pas­sant, et lui faire décou­vrir les richesses patri­mo­niales de ce quar­tier de Saint-Nazaire.
Le par­cours de révé­la­tion patri­mo­niale à Méan-Penhoët a néces­si­té un grand tra­vail de concer­ta­tion avec dif­fé­rents acteurs du ter­ri­toire – Agence d’Urbanisme, Archives muni­ci­pales, Saint-Nazaire Agglomération Tourisme — l’Ecomusée. L’envie de faire ensemble, avec et pour les habi­tants, per­met de fédé­rer toutes les éner­gies au ser­vice d’un pro­jet.
Saint-Nazaire Agglomération Tourisme a joué un rôle essen­tiel dans la concré­ti­sa­tion de ce pro­jet.

L’appli mobile « Baludik », conçue et finan­cée par Saint-Nazaire Agglomération Tourisme, apporte quant à elle un carac­tère ludique et inter­ac­tif au par­cours. De 30 minutes à 1h30, trois scé­na­rios de visite sont pro­po­sés.
La dimen­sion patri­mo­niale se maté­ria­lise par une signa­lé­tique urbaine – mobi­lier et mar­quages muraux. Quinze « fenêtres » et deux « portes » jalonnent le par­cours, comme autant de points de vue sur des bâti­ments, des lieux sym­bo­liques du pay­sage de Méan-Penhoët. Elles apportent aux visi­teurs des infor­ma­tions qui croisent l’histoire, la vie quo­ti­dienne et l’âme du quar­tier et de ses habi­tants.

Expérience 2 : Saint-Nazaire Craft, la recons­truc­tion de Saint-Nazaire avec Minecraft.
Lors de chaque séance, en équipe, le public est ame­né à repro­duire un bâti­ment (la gare, le Paquebot, les Halles…) à par­tir de docu­ments issus des archives de la Ville (plans, pho­tos…)
Ces ate­liers ont été pro­po­sés en par­te­na­riat avec les Archives muni­ci­pales de Saint-Nazaire dans le cadre des Journées euro­péennes du patri­moine 2018.

AUTRES ACTIONS DE MÉDIATION ET D’INTERPRÉTATION DES PATRIMOINES

La Ville de Saint-Nazaire déve­loppe depuis de nom­breuses années une poli­tique sur son patri­moine. Les acteurs tra­vaillent de plus en plus en trans­ver­sa­li­té en s’appuyant sur les com­pé­tences et les métiers.

Par délé­ga­tion de ser­vice public (DSP), la Ville de Saint-Nazaire a confié à la Société publique locale Saint-Nazaire Agglomération Tourisme (SNAT) la connais­sance, la conser­va­tion des col­lec­tions et des fonds patri­mo­niaux de la Ville de Saint-Nazaire, ain­si que la mise en valeur du patri­moine de cette der­nière, incluant la ges­tion de l’Écomusée de Saint-Nazaire.

SNAT par­ti­cipe à la mise en œuvre de la poli­tique de valo­ri­sa­tion du patri­moine, et à la mise en place d’une démarche glo­bale et cohé­rente en termes d’interprétation et de valo­ri­sa­tion du patri­moine. La struc­ture déve­loppe une poli­tique menée en matière d’interprétation et de média­tion cultu­relle, au tra­vers de la concep­tion d’animations, de pro­duits péda­go­giques, de visites ou, de manière excep­tion­nelle, d’expositions tem­po­raires.

L’équipe orga­nise chaque année une « Saison Patrimoine » pour le compte de la Ville de Saint-Nazaire.

SNAT recourt à un per­son­nel qua­li­fié dans le cadre des visites de la ville, guides-confé­ren­ciers déten­teurs de la carte pro­fes­sion­nelle.

2 Les Archives muni­ci­pales portent des actions met­tant en avant l’histoire et le patri­moine nazai­riens en s’appuyant sur les fonds conser­vés. Ces actions de valo­ri­sa­tion visent à don­ner au public des clés de lec­ture, à ins­crire l’histoire de la ville dans un temps long, tout en insis­tant sur la notion de source. Elles s’adressent prin­ci­pa­le­ment à un public de Nazairiens ou de connais­seurs de la ville.

Afin de tou­cher dif­fé­rentes classes d’âges, dif­fé­rentes typo­lo­gies (« aver­tis », « non aver­tis ») ou dif­fé­rentes socio­lo­gies de public, le ser­vice favo­rise les par­te­na­riats avec des acteurs de ter­rain comme les asso­cia­tions, les mai­sons de quar­tier ou les autres struc­tures ins­ti­tu­tion­nelles (média­thèque, École d’Arts) et veille à diver­si­fier les formes de ses actions : expo­si­tions, lec­tures, web-docu­men­taires, articles, ate­liers, visites, actions dans le cadre des Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle (PEAC).

L’objectif est notam­ment que le tra­vail de recherche réa­li­sé pour chaque sujet puisse être capi­ta­li­sé et réin­ves­ti par les publics qui le sou­haitent, dans une démarche d’autonomie.

TOURISME PATRIMONIAL

Saint-Nazaire pro­pose une offre de visites riche et diver­si­fiée : sites de visite, des visites d’entreprises indus­trielles, des visites de ville, des croi­sières-décou­vertes, des visites nature, une pro­gram­ma­tion cultu­relle pour s’approprier le patri­moine urbain. Désignée sous la marque Saint-Nazaire Renversante, cette offre autour du port de Saint-Nazaire déve­lop­pée depuis 2000 a déjà atti­ré plus de 4 mil­lions de visi­teurs.

Les visites Patrimoine pro­posent de « plon­ger dans ce « qui fait Saint-Nazaire » : son archi­tec­ture, son his­toire, ses acti­vi­tés, ses habi­tants.

L’Office de Tourisme fait par­tie de Saint-Nazaire Agglomération Tourisme.

La SPL Saint-Nazaire Agglomération Tourisme a été créée à l’initiative des deux action­naires fon­da­teurs que sont la Ville de Saint-Nazaire et Saint-Nazaire Agglomération (CARENE), afin d’adapter la mise en œuvre de la com­pé­tence tou­risme selon la loi NOTRe et ain­si impul­ser une poli­tique tou­ris­tique et patri­mo­niale nou­velle.

Les mis­sions de la SPL Saint-Nazaire Agglomération Tourisme sont spé­ci­fiées par une Délégation de Service Public (DSP) unique ; la CARENE agis­sant en tant que coor­di­na­teur du grou­pe­ment d’autorités concé­dantes avec la Ville de Saint-Nazaire :

  • La mise en œuvre des mis­sions de l’Office de Tourisme inter­com­mu­nal de la CARENE.
  • L’exploitation des équi­pe­ments tou­ris­tiques d’intérêt com­mu­nau­taire.
  • La connais­sance, la conser­va­tion des col­lec­tions et des fonds patri­mo­niaux de la Ville de Saint-Nazaire ain­si que la mise en valeur du patri­moine de la Ville, incluant la ges­tion de l’Ecomusée de Saint-Nazaire.

COOPÉRATION INTERNATIONALE

ville par­te­naire : Mahdia, Tunisie

Le Conseil dépar­te­men­tal déve­loppe une longue coopé­ra­tion avec la ville tuni­sienne de Mahdia. Saint-Nazaire, enga­gée depuis 1994 dans cette coopé­ra­tion, notam­ment sur la sau­ve­garde des patri­moines et le conseil sur le tou­risme cultu­rel de patri­moine, entend pour­suivre cette démarche dans le cadre du label. La démarche (bilan et métho­do­lo­gie) a été inté­grée dans le nou­veau Vadémécum « Patrimoine et Coopération inter­na­tio­nale », publié par l’association Sites & Cités remar­quables de France, sous l’égide du minis­tère de l’Europe et des Affaires étran­gères. Le Gouvernorat de Mahdia sou­tient offi­ciel­le­ment la démarche de can­di­da­ture de Saint-Nazaire au label Ville d’Art et d’Histoire. Il sera étu­dié notam­ment en quoi la démarche peut faire réso­nance aux pro­blé­ma­tiques tuni­siennes.

EXPÉRIENCE PILOTE

Les Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle s’adressent à tous les enfants des écoles publiques de la ville de Saint-Nazaire.

Les grands prin­cipes ont été défi­nis entre acteurs impli­qués dans le groupe de tra­vail : État (Éducation natio­nale, DRAC), Ville de Saint-Nazaire (direc­tion de l’Éducation, direc­tion de la Culture, acteurs cultu­rels) et struc­tures cultu­relles asso­ciées. Il s’agit de :
1) repla­cer le par­cours de l’enfant au centre de la réflexion, ce qui implique : l’équité, la géné­ra­li­sa­tion, la réflexion plu­ri­an­nuelle ;

2) s’adresser à tous les enfants de pri­maire et leur faire décou­vrir les dif­fé­rents arts et patri­moines au cours de leur sco­la­ri­té ;

3) construire des pro­jets com­muns écoles/​acteurs cultu­rels à l’échelle de chaque groupe sco­laire, dans un sou­ci de conti­nui­té édu­ca­tive, au croi­se­ment du pro­jet d’école et de celui des struc­tures cultu­relles.

4) s’articuler autour des 3 pôles de l’éducation artis­tique et cultu­relle :

  • Voir ou ren­con­trer des œuvres, des patri­moines, des artistes, des lieux cultu­rels et leurs équipes
  • Faire ou expé­ri­men­ter
  • Interpréter ou s’approprier 

5) recher­cher des syner­gies, des déve­lop­pe­ments et des arti­cu­la­tions avec les actions menées sur les temps péri-édu­ca­tif, péri­sco­laire, extra­s­co­laire et le temps libre.

6) pro­po­ser des temps de for­ma­tion croi­sée, si pos­sible, entre ensei­gnants, acteurs cultu­rels, ani­ma­teurs des temps péri et extra­s­co­laire, mais aus­si du champ social ;

7) ren­for­cer la coor­di­na­tion :

  • ren­for­cer la coor­di­na­tion à l’échelle des éta­blis­se­ments sco­laires (côté acteurs cultu­rels et côté acteurs édu­ca­tifs);
  • mettre en œuvre une démarche par­te­na­riale :
  • un cadre à négo­cier en per­ma­nence,
  • vers une construc­tion com­mune avec des solu­tions nou­velles et ori­gi­nales,
  • un par­tage des com­pé­tences.

8) for­ma­li­ser des outils d’élaboration, de sui­vi, de valo­ri­sa­tion et d’évaluation des pro­jets, ain­si que de sui­vi des classes sur plu­sieurs années.