Colloque de remise de prix du concours des Entrées de ville, 15 février 2017 à Paris

En février 2016 était lan­cée la 14ème édi­tion du Concours National des Entrées de ville & recon­quête des franges urbaines par Sites & Cités remar­quables de France et la Fédération Patrimoine Environnement avec le sou­tien du minis­tère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et du minis­tère de la Culture et de la Communication.

Après avoir exa­mi­né 15 can­di­da­tures, pro­cé­dé à la visite de ter­rain de chaque pro­jet, et déli­bé­ré lors d’un jury en novembre der­nier, c’est à la ville de Sarralbe en Moselle qu’est reve­nu le prix des Entrées de ville & recon­quête des franges urbaines. La ville de Rennes a fait, quant à elle, l’objet d’une men­tion spé­ciale du jury.

A l’occasion de la remise de prix, la Fédération Patrimoine-Environnement, et Sites & Cités remar­quables de France, avec le sou­tien des deux minis­tères par­te­naires, ont orga­ni­sé un col­loque de remise de prix le 15 février 2017, au Palais du Luxembourg à Paris.

Introduit par Martin MALVY, ancien ministre, pré­sident de Sites & Cités remar­quables de France, et Alain de la BRETESCHE, pré­sident de la Fédération Patrimoine-Environnement, ce col­loque a réuni de nom­breux élus, tech­ni­ciens et pro­fes­sion­nels du monde l’urbanisme et de l’aménagement autour de la ques­tion de l’avenir des entrées de ville et des franges urbaines en France et à l’étranger.

Des expé­riences de pro­jets exem­plaires et inno­vants dans des villes et des ter­ri­toires de toutes tailles, en France et à l’étranger, ont été expo­sés et mis en débat.

Iris HERAN-GOBERT, sta­giaire chez Patrimoine-Environnement et Chloé DUPIN, sta­giaire chez Sites & Cités remar­quables de France, ont pro­po­sé un pano­ra­ma des pro­jets qui ont mar­qué l’édition 2016 du Concours National des Entrées de villes & recon­quête des franges urbaines. Les can­di­da­tures des villes d’Autun, Combourg, Calais et Senlis pré­sen­taient, en effet, de grandes qua­li­tés tant dans leur approche archi­tec­tu­rale et pay­sa­gère, que dans leur capa­ci­té à créer du lien entre franges urbaines et centre-ville.

Pierre-Jean DIDIOT, maire de Sarralbe, a pré­sen­té le pro­jet de halte flu­viale entre la Sarre et l’Albe, conduit par sa muni­ci­pa­li­té et l’agence Engasser & Associés, lau­réat de cette 14e édi­tion. Par sa forte volon­té poli­tique la ville a réus­si la trans­for­ma­tion d’une ancienne friche indus­trielle en un espace convi­vial, grâce à la mobi­li­sa­tion d’un pro­jet de déve­lop­pe­ment tou­ris­tique trans­fron­ta­lier.

Ana SOHIER, conseillère muni­ci­pale en charge du patri­moine et de la poli­tique lin­guis­tique de la ville de Rennes, a quant à elle expo­sé le pro­jet d’aménagement de l’avenue Henri Fréville. Ce pro­jet, men­tion spé­ciale du jury, est repré­sen­ta­tif des capa­ci­tés d’une métro­pole en expan­sion à diri­ger des pro­jets archi­tec­tu­raux, pay­sa­gers et urbains d’une grande qua­li­té.

La table-ronde, ani­mée par Denis GRANDJEAN, expert en urba­nisme pour Sites & Cités remar­quables de France, a per­mis à cha­cun de décou­vrir ou de redé­cou­vrir d’autres pro­jets met­tant les franges urbaines, les lisières, et les espaces péri­phé­riques à l’honneur :

  • Bertrand MATHIEU, archi­tecte-conseil de l’Etat, direc­teur de l’agence ARVAL archi­tec­ture, en pré­sen­tant l’exemple de la zone d’activité du Bois de la Chocque à Saint-Quentin a mis en lumière l’importance de la dimen­sion tem­po­relle et de la notion de rési­lience urbaine pour accom­pa­gner l’évolution de ces exten­sions urbaines et de leurs fonc­tions. La créa­tion d’espaces publics intel­li­gents, modu­lables et en adé­qua­tion avec les usages d’aujourd’hui, mais aus­si ceux de demain, est l’une des clés d’appréhension de ces espaces, sou­vent voués à la mono­fonc­tion­na­li­té.
  • Bertrand FOLLEA, co-direc­teur de l’agence Follea-Gautier, Grand prix natio­nal du pay­sage 2016, a pré­sen­té le pro­jet des lisières urbaines à Saint-Paul de La Réunion. Ce pro­jet, loin de consi­dé­rer le déploie­ment rou­tier néces­saire au désen­cla­ve­ment de la côte ouest de l’ile comme une contrainte, s’est posi­tion­né de manière à tirer pro­fit de son envi­ron­ne­ment. En fai­sant de l’échangeur rou­tier un véri­table ouvrage d’art, en réha­bi­li­tant les conti­nui­tés visuelles sur la ravine de Bernica, et en recréant dans sa tota­li­té une zone humide en lieu et place d’un espace béton­né, ce pro­jet est démons­tra­tif des pos­si­bi­li­tés offertes par un site à prio­ri déqua­li­fié.
  • Enfin, Hans THOOLEN, coor­di­na­teur géné­ral de la qua­li­té urbaine de la ville de Breda a expo­sé les dif­fé­rences entre la fabrique urbaine des Pays-Bas et celle de la France, et leurs consé­quences sur l’urbanisme de pro­jet. La ville de Breda s’illustre comme une ville pion­nière depuis les années 1980 en matière de dura­bi­li­té, et tra­vaille notam­ment sur la ges­tion de ses franges urbaines et sur la conser­va­tion d’espaces de nature en ville.

Ces pro­jets prouvent qu’au-delà de l’image néga­tive que peuvent véhi­cu­ler ces espaces, ils peuvent être une source d’innovation dont chaque acteur de l’urbain peut se sai­sir pour y déve­lop­per des poli­tiques d’une grande qua­li­té urbaine, pay­sa­gère, et archi­tec­tu­rale.

Rejointe par Pierre-Jean DIDIOT, Ana SOHIER, et Alain VOGEL-SINGER, maire de Pézenas et pré­sident de l’atelier urba­nisme com­mer­cial de Sites & Cités remar­quables de France, cette table ronde a per­mis d’élargir le débat au rôle pilier de la volon­té poli­tique dans le cadre de tels pro­jets, ain­si qu’à l’importance de la pla­ni­fi­ca­tion et des docu­ments d’urbanisme pour assu­rer la cohé­rence urbaine.

La ville de Sarralbe, s’est vue remettre son prix par Martin MALVY, Alain de la BRETESCHE, ain­si que les repré­sen­tants des deux minis­tères par­te­naires, Stéphane CREANGE, adjoint au sous-direc­teur des monu­ments his­to­riques et des espaces pro­té­gés du minis­tère de la Culture et de la Communication, et Patrick BRIE, adjoint à la sous-direc­trice de la Qualité du Cadre de Vie, direc­tion de l’habitat, de l’urbanisme et des pay­sages du minis­tère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.

Monsieur Pierre-Jean DIDIOT et son équipe auront ain­si la chance de décou­vrir la ville de Breda et tous les secrets de l’urbanisme durable des Pays-Bas, pen­dant deux jours, aux côtés de mon­sieur Hans THOOLEN et de ses ser­vices.

Prochaine édi­tion du concours :

Le Concours National des Entrées de Ville & recon­quête des franges urbaines est désor­mais bis­an­nuel. Retrouvez la 15e édi­tion en jan­vier 2018.

Retrouvez l’ensemble des docu­ments de l’appel à can­di­da­ture 2016 sur :

http://www.an-patrimoine.org/Concou…

Retrouvez les édi­tions pré­cé­dentes sur :

http://www.concours-entreesdeville.com