DÉPLACEMENTS

Mobilités et stationnement  

La question des mobilités est un des grands enjeux environnementaux pour nos centres anciens. Aujourd’hui les quartiers anciens sont de véritables potentiels pour le développement de lieux de vie durable. Pour autant, ils sont exposés à des contraintes peu présentes en périphérie, comme celle du stationnement, par exemple. Réduire la place de la voiture en centre-ville permettrait à la fois d’offrir des espaces publics de meilleure qualité, et notamment en espaces protégés, et de diminuer le bilan énergétique de ces quartiers. Cependant, les habitants ont encore besoin d’un accès facilité à leur véhicule. Comment donc inciter au retour des populations dans les centres, tout en réduisant la place de l’automobile ?

Les collectivités se sont retrouvées confrontées à cet enjeu de stationnement avec la suppression au 1er janvier 2015 de la participation pour non réalisation des aires de stationnement. Certaines de nos collectivités ont anticipé cette suppression et n’ont plus d’obligation de création de stationnement lors de création de logement en centre ancien. D’autres n’ont pas anticipé et doivent bloquer les permis de construire par manque de place de stationnement…

Beaucoup de questions se posent donc aujourd’hui pour nos collectivités face à cet enjeu de la mobilité dans leurs centres anciens. Quels sont donc les outils et les dispositifs possibles pour assurer cette transition convenablement vers des centres-villes plus apaisés mais tout aussi efficaces en termes de déplacements ?