LES QUARTIERS ANCIENS, MODÈLES DE VILLE DURABLE

Le concept de ville durable appelle sou­vent et rapi­de­ment à pen­ser aux éco-quar­tiers neufs, qui cherchent, dans le cadre de la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et des enjeux du déve­lop­pe­ment durable à :

  • Lutter contre l’étalement urbain,
  • Optimiser les dépla­ce­ments doux,
  • Rechercher une qua­li­té de vie pour les habi­tants,
  • Garantir une faible consom­ma­tion éner­gé­tique des bâti­ments

Or en étu­diant les quar­tiers anciens, nous retrou­vons ces carac­té­ris­tiques recher­chées dans la ville « neuve » durable :

  • Une forte den­si­té (indui­sant une faible consom­ma­tion d’espace, une mobi­li­té de proxi­mi­té, une rela­ti­ve­ment bonne per­for­mance éner­gé­tique) ;
  • Une mixi­té fonc­tion­nelle (indui­sant encore une fois une mobi­li­té de proxi­mi­té, et une bonne acces­si­bi­li­té à dif­fé­rents ser­vices) ;
  • Des bâti­ments durables, dans le sens où ils per­durent dans le temps et qui, au-delà de leur valeur sociale, sym­bo­lique et cultu­relle à pré­ser­ver, sont construits avec des maté­riaux natu­rels locaux selon des méthodes tra­di­tion­nelles adap­tées à leur envi­ron­ne­ment et au cli­mat local ;

Mais ces quar­tiers ont aus­si des par­ti­cu­la­ri­tés qui les dis­tinguent des « éco quar­tiers » :

  • Par des bâti­ments qui ont des qua­li­tés intrin­sèques leur per­met­tant de rele­ver sans peine le défi du déve­lop­pe­ment durable ;
  • Par les valeurs sym­bo­liques et cultu­relles qu’ils pos­sèdent ;
  • Parce qu’ils consti­tuent le « vrai visage » de la ville

A la lumière de ces élé­ments, nous pou­vons effec­ti­ve­ment conclure que dans le cadre des poli­tiques de déve­lop­pe­ment durable, il est impor­tant pour les col­lec­ti­vi­tés d’investir dans les quar­tiers anciens, qui sont aus­si les quar­tiers de demain.

Cependant, si leur carac­tère durable n’est plus à démon­trer, les quar­tiers anciens font aus­si face à un cer­tain nombre de pro­blé­ma­tiques qui néces­sitent une approche glo­bale.

La concur­rence de l’habitat pavillon­naire éri­gé en modèle a engen­dré une déser­ti­fi­ca­tion des centres. Peu recon­nus, délais­sés, les bâti­ments anciens sont stig­ma­ti­sés. Insalubrité, incon­fort et vétus­té sont sou­vent les carac­té­ris­tiques qui leur sont asso­ciées.  

Face à ces constats, il est néces­saire d’avoir une approche habi­tat et non seule­ment loge­ment, ce qui sup­pose de tra­vailler aus­si sur les espaces publics, les équi­pe­ments, les ser­vices, les com­merces, les dépla­ce­ments etc.

Pour déve­lop­per du loge­ment en cœur de ville à valeur patri­mo­niale, lut­ter contre l’habitat indigne, réduire la vacance, favo­ri­ser la mixi­té sociale et amé­lio­rer les per­for­mances éner­gé­tiques et envi­ron­ne­men­tales, il faut déve­lop­per des lieux d’habitation plus sains, plus confor­tables, plus éco­nomes en éner­gie, en bref plus en adé­qua­tion avec les attentes des diverses popu­la­tions. Mais, au-delà de la requa­li­fi­ca­tion des immeubles publics ou pri­vés, les centres anciens doivent pro­po­ser aux habi­tants, com­mer­çants, tou­ristes ou cha­lands une offre diver­si­fiée ren­dant de l’attractivité à ces quar­tiers.

Consciente de ces enjeux, Sites & Cités remar­quables de France, sou­te­nue par la Caisse des Dépôts et Consignations et les minis­tères de l’Environnement et de la Culture, a créé en 2007 un groupe de tra­vail sur cette thé­ma­tique, pré­si­dé par Michel Simon, 1er adjoint au Maire de Cahors, réunis­sant de nom­breuses col­lec­ti­vi­tés sou­cieuses de ces pro­blé­ma­tiques, enga­gées dans des poli­tiques envi­ron­ne­men­tales et qui obtiennent des résul­tats tan­gibles.

Sites & Cités s’implique éga­le­ment dans des pro­jets inno­vants afin de déve­lop­per et dif­fu­ser des solu­tions concrètes per­met­tant d’allier effi­ca­ci­té éner­gé­tique et qua­li­té patri­mo­niale :

  • L’association est par­te­naire du pro­jet CREBA visant à consti­tuer un centre de res­sources natio­nal sur la réha­bi­li­ta­tion res­pon­sable du bâti ancien avec le Cerema, le Laboratoire de Recherche en Architecture de Toulouse, Arts et Métiers Paris Tech et Maisons pay­sannes de France ;
  • Sites & Cités est éga­le­ment par­te­naire du pro­jet ENERPAT dans le cadre du pro­gramme euro­péen SUDOE, pro­jet visant à iden­ti­fier des solu­tions d’éco-restauration du bâti ancien grâce à des bâti­ments test de trois villes euro­péennes : Cahors, Vitoria et Porto ;
  • Sites & Cités décline le guide métho­do­lo­gique « Quartiers anciens, quar­tiers durables » publié en 2013 en fiches tech­niques à des­ti­na­tion des col­lec­ti­vi­tés autour de thé­ma­tiques stra­té­giques ou plus opé­ra­tion­nelles telles que la construc­tion du pro­jet de ville, la mise en place d’énergie renou­ve­lables en centre ancien. Ces fiches sont ras­sem­blées sur un site inter­net dédié : www.quartiers-anciens-durables.fr