LES QUARTIERS ANCIENS, MODÈLES DE VILLE DURABLE

Le concept de ville durable appelle souvent et rapidement à penser aux éco-quartiers neufs, qui cherchent, dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique et des enjeux du développement durable à :

  • Lutter contre l’étalement urbain,
  • Optimiser les déplacements doux,
  • Rechercher une qualité de vie pour les habitants,
  • Garantir une faible consommation énergétique des bâtiments

Or en étudiant les quartiers anciens, nous retrouvons ces caractéristiques recherchées dans la ville « neuve » durable :

  • Une forte densité (induisant une faible consommation d’espace, une mobilité de proximité, une relativement bonne performance énergétique) ;
  • Une mixité fonctionnelle (induisant encore une fois une mobilité de proximité, et une bonne accessibilité à différents services) ;
  • Des bâtiments durables, dans le sens où ils perdurent dans le temps et qui, au-delà de leur valeur sociale, symbolique et culturelle à préserver, sont construits avec des matériaux naturels locaux selon des méthodes traditionnelles adaptées à leur environnement et au climat local ;

Mais ces quartiers ont aussi des particularités qui les distinguent des « éco quartiers » :

  • Par des bâtiments qui ont des qualités intrinsèques leur permettant de relever sans peine le défi du développement durable ;
  • Par les valeurs symboliques et culturelles qu’ils possèdent ;
  • Parce qu’ils constituent le « vrai visage » de la ville

A la lumière de ces éléments, nous pouvons effectivement conclure que dans le cadre des politiques de développement durable, il est important pour les collectivités d’investir dans les quartiers anciens, qui sont aussi les quartiers de demain.

Cependant, si leur caractère durable n’est plus à démontrer, les quartiers anciens font aussi face à un certain nombre de problématiques qui nécessitent une approche globale.

La concurrence de l’habitat pavillonnaire érigé en modèle a engendré une désertification des centres. Peu reconnus, délaissés, les bâtiments anciens sont stigmatisés. Insalubrité, inconfort et vétusté sont souvent les caractéristiques qui leur sont associées.  

Face à ces constats, il est nécessaire d’avoir une approche habitat et non seulement logement, ce qui suppose de travailler aussi sur les espaces publics, les équipements, les services, les commerces, les déplacements etc.

Pour développer du logement en cœur de ville à valeur patrimoniale, lutter contre l’habitat indigne, réduire la vacance, favoriser la mixité sociale et améliorer les performances énergétiques et environnementales, il faut développer des lieux d’habitation plus sains, plus confortables, plus économes en énergie, en bref plus en adéquation avec les attentes des diverses populations. Mais, au-delà de la requalification des immeubles publics ou privés, les centres anciens doivent proposer aux habitants, commerçants, touristes ou chalands une offre diversifiée rendant de l’attractivité à ces quartiers.

Consciente de ces enjeux, Sites & Cités remarquables de France, soutenue par la Caisse des Dépôts et Consignations et les ministères de l’Environnement et de la Culture, a créé en 2007 un groupe de travail sur cette thématique, présidé par Michel Simon, 1er adjoint au Maire de Cahors, réunissant de nombreuses collectivités soucieuses de ces problématiques, engagées dans des politiques environnementales et qui obtiennent des résultats tangibles.

Sites & Cités s’implique également dans des projets innovants afin de développer et diffuser des solutions concrètes permettant d’allier efficacité énergétique et qualité patrimoniale :

  • L’association est partenaire du projet CREBA visant à constituer un centre de ressources national sur la réhabilitation responsable du bâti ancien avec le Cerema, le Laboratoire de Recherche en Architecture de Toulouse, Arts et Métiers Paris Tech et Maisons paysannes de France ;
  • Sites & Cités est également partenaire du projet ENERPAT dans le cadre du programme européen SUDOE, projet visant à identifier des solutions d’éco-restauration du bâti ancien grâce à des bâtiments test de trois villes européennes : Cahors, Vitoria et Porto ;
  • Sites & Cités décline le guide méthodologique « Quartiers anciens, quartiers durables » publié en 2013 en fiches techniques à destination des collectivités autour de thématiques stratégiques ou plus opérationnelles telles que la construction du projet de ville, la mise en place d’énergie renouvelables en centre ancien. Ces fiches sont rassemblées sur un site internet dédié : www.quartiers-anciens-durables.fr