Sites & Cités remar­quables de France déve­loppe une action glo­bale, poli­tique et tech­nique, urba­nis­tique et éco­no­mique, sociale et cultu­relle.
Créée en 2000 pour regrou­per les villes et ensembles de com­munes por­teurs d’un sec­teur pro­té­gé aujourd’hui “Sites patri­mo­niaux remar­quables” et les villes et pays signa­taires de la conven­tion “Ville et Pays d’art et d’histoire”.

Sites & Cités remar­quables de France consti­tue :

  • un réseau de plus de 260 adhé­rents de toute échelle
  • une pla­te­forme pour échan­ger des com­pé­tences, des expé­riences et des inter­ro­ga­tions dans les domaines du patri­moine et de l’urbanisme (pro­tec­tion, ges­tion, média­tion et valo­ri­sa­tion) au niveau natio­nal et inter­na­tio­nal
  • un espace de conseil, d’expertise et d’accompagnement des col­lec­ti­vi­tés en termes de stra­té­gies d’actions, de méthodes et d’outils
  • un centre de res­sources, assu­rant une veille juri­dique et tech­nique sur les poli­tiques patri­mo­niales et leurs outils
  • un repré­sen­tant et relais des col­lec­ti­vi­tés auprès des ins­tances natio­nales et assem­blées par­le­men­taires avec des par­te­na­riats forts et divers (Ministère de la tran­si­tion éco­lo­gique et soli­daire, Ministère de la Culture, Ministère de l’Europe et des Affaires étran­gères, Caisse des dépôts et Consignations, Régions…)
  • un champ d’actions très éten­du incluant : sémi­naires, for­ma­tions et ate­liers à des­ti­na­tion des élus et tech­ni­ciens des col­lec­ti­vi­tés et des ins­ti­tu­tions, com­mis­sions et groupes de tra­vail autour de thèmes actuels (patri­moine et déve­lop­pe­ment durable, ges­tion et fis­ca­li­té du patri­moine, média­tion du patri­moine, recon­ver­sion du patri­moine, patri­moine et tou­risme, connais­sance du patri­moine…).
  • une asso­cia­tion déve­lop­pant par­te­na­riats et échanges avec de nom­breux autres acteurs du patri­moine : ARF, APVF, UNESCO, AMF, Fondation du patri­moine, Patrimoine-Environnement…

Sites & Cités remar­quables de France favo­rise échanges et coopé­ra­tions et se donne comme objec­tifs :

« La par­ti­ci­pa­tion à la mise en réseau à des niveaux ter­ri­to­riaux dif­fé­rents pour déve­lop­per une poli­tique de valo­ri­sa­tion et de média­tion du patri­moine, de l’architecture et de l’urbanisme. Cette mise en réseau concerne les objec­tifs mais aus­si les par­te­na­riats ter­ri­to­riaux et humains, les struc­tures éco­no­miques et cultu­relles.
La faci­li­ta­tion de la connais­sance mutuelle des expé­riences : elle encou­rage les par­te­na­riats et les échanges entre élus, scien­ti­fiques et tech­ni­ciens ; elle s’engage dans l’information et les for­ma­tions de tous les par­te­naires, y com­pris des élus.
Le dia­logue entre tous les acteurs ; elle favo­rise l’évolution de la réflexion au regard de la diver­si­té des réa­li­tés éco­no­miques et sociales des ter­ri­toires. En rela­tion avec les dif­fé­rentes col­lec­ti­vi­tés et ins­ti­tu­tions, elle peut être le conseiller des stra­té­gies et des actions de mise en valeur.
Ces thèmes sont déve­lop­pés à l’échelon natio­nal, euro­péen et inter­na­tio­nal, tant pour l’association elle-même que pour ses par­te­naires.  » ( cf article 3 des sta­tuts)

Les orien­ta­tions de l’Association se déve­loppent au sein de com­mis­sions thé­ma­tiques, d’ateliers, de ren­contres et de mis­sions d’étude. Les enjeux des villes et pays consti­tuent une base du tra­vail de réflexion et d’échanges.

Villes et Pays d’art et d’histoire

En 2018, 190 villes et ter­ri­toires ont signé une conven­tion avec le minis­tère de la Culture et de la Communication, pour déve­lop­per une démarche de connais­sance appro­fon­die de leur ter­ri­toire, de mise en valeur de leur patri­moine et de sen­si­bi­li­sa­tion des publics (habi­tants, public jeune, tou­ristes). Elles ont recours à un per­son­nel qua­li­fié : les ani­ma­teurs de l’architecture et du patri­moine, les guides confé­ren­ciers…

Sites patrimoniaux remarquables

Créés par la loi rela­tive à la liber­té de créa­tion, à l’architecture et au patri­moine (loi LCAP) pro­mul­guée le 7 juillet 2016, les sites patri­mo­niaux remar­quables concernent les villes, vil­lages ou quar­tiers ain­si que leurs pay­sages et espaces ruraux dont la conser­va­tion, la res­tau­ra­tion, la réha­bi­li­ta­tion ou la mise en valeur pré­sentent, au point de vue his­to­rique, archi­tec­tu­ral, archéo­lo­gique, artis­tique ou pay­sa­ger, un inté­rêt public.
Ils sont dotés d’un plan de sau­ve­garde et de mise en valeur (PSMV) et/​ou d’un plan de valo­ri­sa­tion de l’architecture et du patri­moine (PVAP). Les sec­teurs sau­ve­gar­dés, ZPPAUP, AVAP, deviennent auto­ma­ti­que­ment des sites patri­mo­niaux remar­quables et conservent leurs règle­ments. Les ZPPAUP et les AVAP peuvent être modi­fiées. En cas de révi­sion elles doivent être trans­for­mées en PSMV et/​ou en PVAP.

Plan de sau­ve­garde et de mise en valeur (PSMV)
André Malraux crée en 1962 les sec­teurs sau­ve­gar­dés dotés d’un règle­ment : le PSMV qui fixe les condi­tions de conser­va­tion, de pro­tec­tion, de trans­for­ma­tion, d’évolution des immeubles et des espaces. C’est une démarche d’urbanisme qua­li­ta­tif dont l’objectif est autant de conser­ver le cadre urbain et l’architecture ancienne que d’en per­mettre l’évolution har­mo­nieuse au regard des fonc­tions urbaines contem­po­raines et en rela­tion avec l’ensemble de la ville. Elaborés conjoin­te­ment par l’Etat et la col­lec­ti­vi­té, ils sont au nombre de 111 en 2016.

Plan de valo­ri­sa­tion de l’architecture et du patri­moine (PVAP)
Servitude d’utilité publique pilo­tée par la col­lec­ti­vi­té, avec l’assistance tech­nique et finan­cière de l’Etat, le PVAP iden­ti­fie les immeubles, espaces publics, monu­ments, sites, cours, jar­dins, plan­ta­tions et mobi­liers urbains à pro­té­ger et à conser­ver, à mettre en valeur ou à requa­li­fier pour des motifs d’ordre cultu­rel, his­to­rique ou archi­tec­tu­ral. Il fixe les pres­crip­tions per­met­tant d’assurer leur conser­va­tion ou leur res­tau­ra­tion, de pro­mou­voir la mise en valeur durable de l’architecture, de l’urbanisme, du pay­sage, de l’histoire, de l’archéologie…