Sites & Cités remarquables de France développe une action globale, politique et technique, urbanistique et économique, sociale et culturelle.
Créée en 2000 pour regrouper les villes et ensembles de communes porteurs d’un secteur protégé aujourd’hui « Sites patrimoniaux remarquables » et les villes et pays signataires de la convention « Ville et Pays d’art et d’histoire ».

Sites & Cités remarquables de France constitue :

  • un réseau de plus de 200 adhérents de toute échelle
  • une plateforme pour échanger des compétences, des expériences et des interrogations dans les domaines du patrimoine et de l’urbanisme (protection, gestion, médiation et valorisation) au niveau national et international
  • un espace de conseil, d’expertise et d’accompagnement des collectivités en termes de stratégies d’actions, de méthodes et d’outils
  • un centre de ressources, assurant une veille juridique et technique sur les politiques patrimoniales et leurs outils
  • un représentant et relais des collectivités auprès des instances nationales et assemblées parlementaires avec des partenariats forts et divers (MEEM, MAEDI, Caisse des dépôts et Consignations, Régions…)
  • un champ d’actions très étendu incluant : séminaires, formations et ateliers à destination des élus et techniciens des collectivités et des institutions, commissions et groupes de travail autour de thèmes actuels (patrimoine et développement durable, gestion et fiscalité du patrimoine, médiation du patrimoine, reconversion du patrimoine, patrimoine et tourisme, connaissance du patrimoine…).
  • une association développant partenariats et échanges avec de nombreux autres acteurs du patrimoine : ARF, APVF, UNESCO, AMF, Fondation du patrimoine, Patrimoine-Environnement…

Sites & Cités remarquables de France favorise échanges et coopérations et se donne comme objectifs :

« La participation à la mise en réseau à des niveaux territoriaux différents pour développer une politique de valorisation et de médiation du patrimoine, de l’architecture et de l’urbanisme. Cette mise en réseau concerne les objectifs mais aussi les partenariats territoriaux et humains, les structures économiques et culturelles.
La facilitation de la connaissance mutuelle des expériences : elle encourage les partenariats et les échanges entre élus, scientifiques et techniciens ; elle s’engage dans l’information et les formations de tous les partenaires, y compris des élus.
Le dialogue entre tous les acteurs ; elle favorise l’évolution de la réflexion au regard de la diversité des réalités économiques et sociales des territoires. En relation avec les différentes collectivités et institutions, elle peut être le conseiller des stratégies et des actions de mise en valeur.
Ces thèmes sont développés à l’échelon national, européen et international, tant pour l’association elle-même que pour ses partenaires.  » ( cf article 3 des statuts)

Les orientations de l’Association se développent au sein de commissions thématiques, d’ateliers, de rencontres et de missions d’étude. Les enjeux des villes et pays constituent une base du travail de réflexion et d’échanges.

carteadh-visuel-juin-2017Villes et Pays d’art et d’histoire

Fin 2016, 186 villes et territoires ont signé une convention avec le ministère de la Culture et de la Communication, pour développer une démarche de connaissance approfondie de leur territoire, de mise en valeur de leur patrimoine et de sensibilisation des publics (habitants, public jeune, touristes) Elles ont recours à un personnel qualifié : les animateurs de l’architecture et du patrimoine, les guides conférenciers…

Sites patrimoniaux remarquables

Créés par la loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine (loi LCAP) promulguée le 7 juillet 2016, les sites patrimoniaux remarquables concernent les villes, villages ou quartiers ainsi que leurs paysages et espaces ruraux dont la conservation, la restauration, la réhabilitation ou la mise en valeur présentent, au point de vue historique, architectural, archéologique, artistique ou paysager, un intérêt public.
Ils sont dotés d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) et/ou d’un plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine (PVAP). Les secteurs sauvegardés, ZPPAUP, AVAP, deviennent automatiquement des sites patrimoniaux remarquables et conservent leurs règlements. Les ZPPAUP et les AVAP peuvent être modifiées. En cas de révision elles doivent être transformées en PSMV et/ou en PVAP.

Plan de sauvegarde et de mise en valeur
André Malraux crée en 1962 les secteurs sauvegardés dotés d’un règlement : le PSMV qui fixe les conditions de conservation, de protection, de transformation, d’évolution des immeubles et des espaces. C’est une démarche d’urbanisme qualitatif dont l’objectif est autant de conserver le cadre urbain et l’architecture ancienne que d’en permettre l’évolution harmonieuse au regard des fonctions urbaines contemporaines et en relation avec l’ensemble de la ville. Elaborés conjointement par l’Etat et la collectivité, ils sont au nombre de 111 en 2016.

Plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine
Servitude d’utilité publique pilotée par la collectivité, avec l’assistance technique et financière de l’Etat, le PVAP identifie les immeubles, espaces publics, monuments, sites, cours, jardins, plantations et mobiliers urbains à protéger et à conserver, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d’ordre culturel, historique ou architectural. Il fixe les prescriptions permettant d’assurer leur conservation ou leur restauration, de promouvoir la mise en valeur durable de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, de l’histoire, de l’archéologie…