MALI

mali

CONTEXTE

Les collectivités maliennes, en plus d’un contexte sécuritaire instable, sont aujourd’hui confrontées aux enjeux essentiels du développement durable du territoire et de son devenir. Face à l’essor des villes et à l’étalement urbain, peu à peu émerge la prise de conscience de l’importance du cadre de vie dans son ensemble. Au-delà de sites et édifices emblématiques, il s’agit de protéger et valoriser les espaces habités et aménagés, les ensembles urbains reflets des identités culturelles locales mais également les espaces naturels à forte valeur patrimoniale. Les spécificités patrimoniales sont peu à peu reconnues mais encore difficilement prises en considération.

La décentralisation conduit les collectivités maliennes, régions et communes à construire des stratégies innovantes au regard des compétences qui leur sont dévolues, notamment en ce qui concerne la gestion des centres anciens, les lieux à forte valeur paysagère ou patrimoniale et donc l’urbanisme patrimonial.

Cela implique de nouveaux comportements et de nouvelles structurations au niveau local ainsi que la mise en place de nouveaux types de relations entre collectivités et institutions nationales.

PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION DES MUNICIPALITES DU MALI

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Association des municipalités du Mali, des ateliers ont été mis en place « Patrimoine-Habitat-Logements », réunissant les élus et les professionnels de la Construction et d’Assistance Maîtrise d’Ouvrage.

QUARTIER SOMONO – PROJET PILOTE

Différents îlots du quartier Somono, le plus ancien de Ségou, au bord du fleuve Niger, font l’objet, depuis 2006 d’un programme de restauration. Au travers de cette opération expérimentale mais également emblématique, les partenaires de ce programme recouvrent la réalité d’une approche transversale de la problématique du patrimoine. Plusieurs partenaires sont associés dans cette démarche avec Sites & Cités remarquables : L’Association des Municipalités du Mali, la Ville de Ségou, Angoulême, le DRUH, l’Office malien du Tourisme et de l’Hôtellerie, la Coordination régionale des Artisans de Ségou, l’association Patrimoine Ségou, l’association des habitants du quartier, l’association des femmes…

Pour compléter cette démarche, une équipe chargée d’accompagner les habitants dans leurs travaux a été constituée avec, au niveau technique, un maçon du quartier et un maître maçon. Ils sont accompagnés par des personnes ressources qui assurent l’animation : le chef de quartier, le coordinateur du projet, des personnes investies dans le projet, un élu de Ségou. Un travail sur l’inventaire du patrimoine a également été réalisé.

QUARTIER SOMONO – LES IMPACTS DU PROJET PILOTE

Malgré la situation sécuritaire du pays, les travaux se poursuivent. Depuis 2007, ce sont ainsi 76 concessions qui ont été restaurées, bénéficiant à plus de 1000 habitants. La prise de conscience des habitants de l’importance de leur bâti en terre et de sa valeur patrimoniale est par conséquent le défi à gagner par l’ensemble des acteurs de Ségou. L’intensification des activités d’information, de sensibilisation sur l’architecture de terre ainsi que les restaurations des concessions permettront de changer les perceptions de façon positive.

D’autre part, en partenariat avec Via Patrimoine et la Ville d’Angoulême, les guides de Ségou ont suivi une nouvelle formation en 2010, leur permettant de renforcer leurs compétences. Les visites guidées du quartier Somono de Ségou se développent ainsi visiblement. Une exposition ainsi que des cartes postales illustrant le projet de restauration du bâti en terre ont valorisé l’image du quartier et de la ville auprès des habitants et des touristes.

En 2016, le quartier Somono de Ségou a été l’inscrit à l’inventaire national du patrimoine par le Ministère malien de la Culture. Cette nouvelle concrétise un travail initié depuis 10 ans autour de la connaissance, de la prise en compte du bâti en terre en tant qu’élément culturel et patrimonial mais aussi de la formation des métiers et de la sensibilisation des élus et des habitants au bâti en banco. Le quartier Somono est ainsi devenu le premier ensemble urbain en bâti en terre à être inscrit à l’inventaire national, mettant en avant les vertus économiques et écologiques du bâti malien en terre, qui constitue un patrimoine vernaculaire, vivant et habité.