Ancien séna­teur et Président d’honneur de Sites & Cités remar­quables, Yves Dauge est l’auteur d’une tri­bune, appe­lant à repen­ser la décen­tra­li­sa­tion, publiée dans le jour­nal Libération le 15 février 2019.

Fermeture des lignes de che­mins de fer, des tri­bu­naux de pre­mière ins­tance ou des mater­ni­tés : l’Etat a atti­sé la colère en mul­ti­pliant des déci­sions contraires à l’intérêt des villes.

Tribune. Au-delà de la par­tie visible des centres his­to­riques de nos villes qui se vident et s’écroulent, des rues et des com­merces déser­tés, des étages fer­més, on devi­nait avant qu’elle ne se mani­feste au grand jour, la crise sociale et cultu­relle. Elle s’était len­te­ment ins­tal­lée depuis des décen­nies et se révé­lait par les votes que l’on sait et aujourd’hui par une grande révolte.

[…]

Au-delà des mesures urgentes, la seule vraie réponse est poli­tique. Elle est pos­sible. D’abord par un nou­veau choc de décen­tra­li­sa­tion et de trans­fert de moyens et de fis­ca­li­té au niveau des régions, des ter­ri­toires et des col­lec­ti­vi­tés locales, accom­pa­gné d’un renou­veau de la vie démo­cra­tique du pays. Le pre­mier axe poli­tique fort est celui-là. Il faut renouer avec le pre­mier choc du début des années 80 qui a per­mis à nos grandes agglo­mé­ra­tions de se déve­lop­per, avec les uni­ver­si­tés, la recherche, la renais­sance de leurs centres, leurs pro­jets urbains. Aujourd’hui c’est l’union des forces de l’Etat sérieu­se­ment moder­ni­sé et décon­cen­tré avec les régions qui per­met­tra de rele­ver le défi de la renais­sance de nos petites villes et de leurs ter­ri­toires. Malheureusement ce n’est pas ce que nous avons fait à ce jour !

Cette union devrait per­mettre de construire les alliances entre les plus forts et les plus faibles pour res­tau­rer et déve­lop­per « les fonc­tions urbaines essen­tielles » sans les­quelles il est illu­soire de sau­ver nos villes aban­don­nées. Les alliances qu’il faut construire c’est la réponse prio­ri­taire qui doit gui­der le pro­jet poli­tique. Alliances pour construire les mobi­li­tés sous toutes leurs formes, par exemple par les liai­sons fer­ro­viaires à redé­ve­lop­per. Un signe fort serait même de rou­vrir des lignes ! L’Allemagne a gar­dé ses liai­sons secon­daires, la Suisse est un exemple… Alliance entre les grands hôpi­taux, les hôpi­taux de proxi­mi­té, les pro­fes­sion­nels de san­té et les mai­sons de san­té. Alliance avec les grandes ins­ti­tu­tions cultu­relles pré­sentes dans les métro­poles et les chefs-lieux des dépar­te­ments pour que leurs actions rayonnent dans nos villes et leurs ter­ri­toires. Alliance pour recréer des mai­sons de jus­tice proche des habi­tants, comme nous l’avons fait dans les quar­tiers urbains des grandes villes. Les alliances sont des par­cours créa­teurs conduits avec les habi­tants et le monde asso­cia­tif, elles trans­forment nos ins­ti­tu­tions qui y res­sourcent leurs propres mis­sions et s’y réin­ventent.

Lire l’article com­plet sur le site de Libération