Ancien sénateur et Président d’honneur de Sites & Cités remarquables, Yves Dauge est l’auteur d’une tribune, appelant à repenser la décentralisation, publiée dans le journal Libération le 15 février 2019.

Fermeture des lignes de chemins de fer, des tribunaux de première instance ou des maternités : l’Etat a attisé la colère en multipliant des décisions contraires à l’intérêt des villes.

Tribune. Au-delà de la partie visible des centres historiques de nos villes qui se vident et s’écroulent, des rues et des commerces désertés, des étages fermés, on devinait avant qu’elle ne se manifeste au grand jour, la crise sociale et culturelle. Elle s’était lentement installée depuis des décennies et se révélait par les votes que l’on sait et aujourd’hui par une grande révolte.

[…]

Au-delà des mesures urgentes, la seule vraie réponse est politique. Elle est possible. D’abord par un nouveau choc de décentralisation et de transfert de moyens et de fiscalité au niveau des régions, des territoires et des collectivités locales, accompagné d’un renouveau de la vie démocratique du pays. Le premier axe politique fort est celui-là. Il faut renouer avec le premier choc du début des années 80 qui a permis à nos grandes agglomérations de se développer, avec les universités, la recherche, la renaissance de leurs centres, leurs projets urbains. Aujourd’hui c’est l’union des forces de l’Etat sérieusement modernisé et déconcentré avec les régions qui permettra de relever le défi de la renaissance de nos petites villes et de leurs territoires. Malheureusement ce n’est pas ce que nous avons fait à ce jour !

Cette union devrait permettre de construire les alliances entre les plus forts et les plus faibles pour restaurer et développer «les fonctions urbaines essentielles» sans lesquelles il est illusoire de sauver nos villes abandonnées. Les alliances qu’il faut construire c’est la réponse prioritaire qui doit guider le projet politique. Alliances pour construire les mobilités sous toutes leurs formes, par exemple par les liaisons ferroviaires à redévelopper. Un signe fort serait même de rouvrir des lignes ! L’Allemagne a gardé ses liaisons secondaires, la Suisse est un exemple… Alliance entre les grands hôpitaux, les hôpitaux de proximité, les professionnels de santé et les maisons de santé. Alliance avec les grandes institutions culturelles présentes dans les métropoles et les chefs-lieux des départements pour que leurs actions rayonnent dans nos villes et leurs territoires. Alliance pour recréer des maisons de justice proche des habitants, comme nous l’avons fait dans les quartiers urbains des grandes villes. Les alliances sont des parcours créateurs conduits avec les habitants et le monde associatif, elles transforment nos institutions qui y ressourcent leurs propres missions et s’y réinventent.

Lire l’article complet sur le site de Libération