Contacts

Maire : Marie-Noëlle BIGUINET

Hôtel de ville
BP 95287
25200 MONTBÉLIARD
Tél : 03 81 99 2200
contact@montbeliard.com
http://www.montbeliard.fr

Elue référente :
Marie-Noëlle BIGUINET, Maire
cabinet.du.maire@montbeliard.com

Professionnelle référente :
Fabienne ROLHION, Directrice du Service Développement Territorial et Urbanisme
frolhion@montbeliard.com

Ressources

En images

MONTBÉLIARD

Montbéliard est la Ville-centre d’une Agglomération de 72 Communes (Pays de Montbéliard Agglomération) qui se situe dans le bassin de vie du pays de Montbéliard, dans le département du Doubs entre le massif des Vosges et la chaîne du Jura, à la confluence de deux cours d’eau : la Lizaine et l’Allan, tous deux affluents du Doubs.

L’histoire en bref

Les premières traces d’urbanisation montbéliardaises remontent au Xème siècle, quelques habitations se regroupaient alors sur le rocher fortifié surplombant l’Allan. Au Moyen-Âge la ville se développe autour de son château et croit progressivement. Au XVème siècle, la ville passe sous la gouvernance des Ducs du Wurtemberg et fait partie intégrante de l’Empire Germanique et le restera jusqu’à la fin du XVIIIème, date à laquelle elle est rattachée à la France. A cette époque, le Comte Frédéric Ier fait appel à un architecte urbaniste Allemand Heinrich Schikhardt pour engager des travaux dans la Cité des Princes (temple luthérien Saint-Martin, Logis des gentilshommes, construction de maisons bourgeoises…) et étendre la ville vers l’Ouest (Neuveville) l’actuel faubourg de Besançon construit sur la base d’un plan orthogonal. L’empreinte laissée par cet architecte-urbaniste de la Renaissance fortement influencé par l’architecture italienne de cette époque, est aujourd’hui encore fortement présente dans la ville. De nombreux édifices sont encore présents.
Cette influence germanique apporte une spécificité architecturale : la ville s’est développée autour d’un Temple, avec la construction de bâtiments publics « modernes » (ZAC dans les années 90), la reconversion de bâtiments historiques et d’espaces publics…

La commune est mono-polaire, elle est constituée d’un seul noyau villageois autour duquel se sont greffés les quartiers d’habitat faubouriens, pavillonnaires et collectifs.
La loi Loucheur (construction d’habitations populaires de type HBM ou cité-jardin avec l’aide de l’État) marque le tissu montbéliardais. En effet la ville est la première à bénéficier de cette mesure et créait un nouveau quartier sous une forme se rapprochant des cités-jardins. 241 logements sociaux prendront alors place dès les années 1930, ce sont surtout des maisons mitoyennes avec jardinets individuels organisées radio-concentriquement autour d’une place et de bâtiments collectifs centraux. (ce quartier est aujourd’hui classé en SPR, il a été classé dès les années 1989 en ZPPAU).
En 1989, une ZPPAU est instaurée sur le périmètre du noyau historique moyen âgeux de Montbéliard élargi au faubourg de Besançon (Neuveville de la Renaissance) et à la cité jardin Loucheur (Quartier de la Citadelle).

Dans la période contemporaine, la présence du site Peugeot, puis PSA Peugeot-Citroën a fortement joué sur l’urbanisation et, encore aujourd’hui, marque le territoire. Si le site est imposant de par sa superficie (256 hectares) il conditionne fortement le territoire et a généré un besoin très important et soudain de main d’œuvre qui devant être logée en des temps record, le quartier de La Chiffogne tout d’abord (60) puis celui de la Petite Hollande ont ainsi émergé dans ce but. (Procédure ZUP en 1963 – aujourd’hui Quartiers Politique de la ville (QPV).
Depuis les années 1990 le site PSA Peugeot-Citroën de Sochaux-Montbéliard connait quelques difficultés et son influence en tant que moteur de la démographie et du développement s’essouffle. Ces effets se font nettement ressentir, notamment au regard de l’étude du solde migratoire et des emplois proposés sur le territoire.
Après une augmentation considérable de la population entre 1968 et 1982 (plus de 3% par an en moyenne), la période entre le milieu des années 80 et 2011 a connu un net tassement de cette dynamique, le taux d’accroissement annuel de la population, étant devenu largement négatif.
Les variations démographiques et les phénomènes de délaissements de certains espaces résidentiels (centre-ville notamment) depuis près de vingt ans amènent par nécessité à repenser le fait urbain montbéliardais (opérations de renouvellement urbain dans les quartiers Politique de la ville, et en centre-ville), l’attractivité et le développement des services et équipements (densification urbaine, fin de l’extension urbaine et des lotissements en périphérie).

 Politique patrimoniale, labels, procédures et outils

Depuis la fin des années 80 : politique patrimoniale mise en place par la Ville

  • 1986 : Mise en place d’une OPAH : 400 immeubles
  • 25/01/1989 : la ZPPAU est créée par arrêté préfectoral, après l’accord de la Ville.
  • Augmentation du nombre de Monuments Historiques classés et inscrits à l’Inventaire supplémentaire (château, église St-Maimboeuf, temple St-Georges, hôtel de Franquemont…)
  • Opération « Couleur » : service-conseil pour les ravalements de façades
  • Politique de Réfection des toitures
  • Revalorisation des espaces publics

OUTILS DE PROTECTION OU DE GESTION DU PATRIMOINE

Révision de la ZPPAU

  • 25/01/1989 : création de la ZPPAU
  • 22/10/1993 : décision municipale de réviser la ZPPAU de 1989. Nécessité d’assouplir le règlement, d’élargir le périmètre (bâti du XIXè et XXè siècles, volet paysager introduit par loi « Paysages » du 8 janvier 1993). 1ère procédure de révision de ZPPAU au niveau national.
  • 1996 : lancement des études juridiques, environnementales et urbaines.
  • 1996 – 2001 : la priorité est donnée à la révision du règlement de la Citadelle, dans un contexte d’accession sociale à la propriété (50% du parc du bailleur social sur le quartier), Le nouveau règlement est adopté le 16 février 2001.

Site Patrimonial Remarquable depuis juillet 2016 – avec un Plan de Valorisation de l’architecture et du patrimoine (PVAP) en cours – lancement de la procédure est prévu pour le dernier trimestre 2018

PROJETS URBAINS

  • Eco-quartier des Blancheries situé en centre-ville dans le périmètre du SPR,

Dans le cadre du projet Cœur de Ville :

  • Plan lumière Patrimoine (2017)
  • Schéma directeur des espaces publics (2018)

PROGRAMME D’ACTION SPÉCIFIQUE POUR LE BÂTI ANCIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Ville retenue par le Gouvernement au titre du plan Cœur de Ville
  • Ville candidate pour le plan en faveur des nouveaux secteurs protégés

OUTILS OPÉRATIONNELS

OPAH

  • Engagement de la Ville cette année dans une étude pré-opérationnelle de mise en place d’une OPAH (dernier trimestre 2018).

INVENTAIRES

  • Des inventaires seront effectués dans le cadre de l’étude pré-opérationnelle

CHARTES

  • Pour les enseignes : Cahier de recommandations pour les enseignes en SPR
  • Pour les devantures commerciales : Charte – cahier de recommandations pour la requalification des façades commerciales en SPR
  • Pour l’occupation du domaine public : Charte et Cahier de recommandations pour les terrasses
  • Pour la publicité :
    • Publicité interdite en SPR
    • Pas de RLP mis en place

AUTRES ACTIONS

  • Plan de polychromie des rues (référence pour les ravalements de façades d’immeubles en SPR).
  • Mise en place d’un conseil couleur pour les ravalements d’immeubles
  • Mise en place d’un designer pour les façades commerciales
  • Élaboration d’un plan lumière patrimonial (mise en lumière des bâtiments remarquables de la Ville)

AUTRES LABELS

  • Label 4 fleurs

 Valorisation et animation de l’architecture et du patrimoine

  • Mise en lumière du bâtiment du Château – deuxième trimestre 2018

PROJET D’EXTENSION DU LABEL PAH

  • Gestion du label par les services de l’Agglomération
  • Renouvellement de la convention en cours

AUTRES ACTIONS DE MÉDIATION ET D’INTERPRÉTATION DES PATRIMOINES

  • Mise en place d’un circuit urbain Schickhardt (sentier urbain de 3 Km) (visite guidées animée par des guides du Patrimoine)

Tourisme patrimonial

DÉMARCHES DE TOURISME CULTUREL

  • Itinéraire culturel du conseil de l’Europe Heinrich Schikhardt.
  • Mettre en valeur les réalisations de l’architecte Schikhardt (en France et en Allemagne) et développer le tourisme culturel

CONVENTION AVEC L’OFFICE DE TOURISME

  • Convention signée avec l’Office de Tourisme
  • Des visites du patrimoine historique de la ville
  • Circuit Schikhardt

Coopération internationale

PARTENAIRES ET THÉMATIQUES DE TRAVAIL

  • Ville de Ludwigsburg

1ère Ville jumelée avec une ville allemande après la 2ème Guerre mondiale : le jumelage Montbéliard-Ludwigsburg, le premier jumelage de deux villes française et allemande dont le projet a été initié en 1950 soit seulement 5 ans après la Seconde Guerre Mondiale.

Échanges sportifs, échanges scolaires, culturels, projets des services des espaces verts des deux communes (2017 – Vigne)

  • Ville de Zimtanga Burkina Faso
    Projet de maraichage

EXPÉRIENCE PILOTE

Aucune expérience à afficher pour le moment.