Retour sur la journée à Joinville dans le cadre des réunions du groupe de travail « Territoires et bourgs-centres », le 5 avril 2018

En partenariat avec les Villes de Joinville et Langres, le Grand Langres, le Ministère de la Culture et la Caisse des Dépôts, les 6e et 7e réunions du groupe de travail « Territoires et bourgs » ont été réunies afin de créer un temps fort sur le sujet de la revitalisation des centres anciens dans le Grand Est sur la thématique « Territoires et centres-bourgs : enjeux et perspectives ».

Ces deux journées ont permis d’aborder différentes thématiques au cœur des enjeux de la revitalisation des bourgs-centres : la mise en œuvre de l’AMI Centre-bourg avec les présentations des projets de villes lauréates dont les villes hôtes, la requalification des espaces publics, l’habitat, le projet urbain et la revitalisation commerciale, mais surtout le rôle du patrimoine dans les projets de revitalisation des centres-bourgs.

90 personnes ont participé à ces deux journées, représentants les Villes de Bourbonne-les-Bains, Salins-les-Bains, Nancy, Val de Meuse, Pont-Saint-Esprit, Bourmont- entre-Meuse-et-Mouzon, Vignory, Autun et Ligny-en-Barrois, la communauté d’agglomération de Chaumont, la communauté de communes du Barséquanais en Champagne, la Communauté de communes du Grand Langres et la communauté de communes de Bouzonvillois Trois Frontières ainsi que des services de l’Etat, la DRAC, le CGET, la DDT, la Préfecture de Haute-Marne, la région Grand Est, l’UDAP, la caisse des Dépôts, le Cerema, les CCI de la Meuse et de la Haute-Marne.

Retour sur la journée du 5 avril qui s’est déroulée à Joinville 

Bertrand OLLIVIER, Maire de Joinville et Sophie DELONG, Maire de Langres, 1ère vice-présidente du Grand Langres et administratrice de Sites et Cités remarquables ont ouvert cette première journée. Dans leur introduction, chacun d’eux a insisté sur l’importance d’accueillir dans leurs villes, des communes aux mêmes problématiques afin d’échanger sur les bonnes pratiques et sur les expériences respectives, limitant ainsi le sentiment d’isolement.

REVITALISATION DES TERRITOIRES : PERSPECTIVES EUROPÉENNES

Sites et Cités remarquables mène, en partenariat avec l’Anah, une étude sur la revitalisation des territoires en Europe. Cette étude, d’une durée de 3 ans, a pour objectif de comparer les politiques de redynamisation de différents pays européens et du bassin méditerranéen afin de révéler des pratiques vertueuses et transposables à nos territoires. Les projets de revitalisation de quatre territoires aux fortes qualités patrimoniales sur trois pays, Bouillon (Belgique), Gabrovo, (Bulgarie), Joinville et Pont-Saint-Esprit (France) ont été étudiés. Laure BOURJAC, chargée de mission Urbanisme patrimonial et Développement durable à Sites & Cités, a présenté les quatre territoires pilotes qui proposent une gestion et des solutions différenciées sur des enjeux communs à tous et essentiels :
– les périmètres de gouvernance, entre l’Etat, les Régions et les villes
– l’ingénierie et les financements, en particulier le rôle des financements européens, la durée des projets et les critères d’évaluation
– la concertation : du diagnostic territorial à la mise en œuvre opérationnelle.
La seconde phase de cette étude permettra de développer ces sujets sur neuf autres territoires européens et méditerranéens (Maroc).

LE PROJET DE REVITALISATION DE JOINVILLE

Bertrand OLLIVIER a présenté les actions menées pour développer l’attractivité de la « capitale des Guises ». En s’appuyant sur la richesse d’un patrimoine, à la foi bâti et naturel, la ville a mis en place une AVAP, aujourd’hui SPR en cours de révision pour se doter d’un PSMV. Cette politique ambitieuse s’appuie sur un service de trois personnes, composé d’Anthony KOENIG, chef de projet Urbanisme, Martin GRICOURT, chargé de mission Commerce et Noémie FAUX, chargée de mission Patrimoine, qui accompagne et conseille les habitants et commerçants et porte un projet global, alliant actions incitatives et coercitif sur différents enjeux : habitat, commerce, patrimoine, espaces publics et équipement. Ce projet est développé autour de la spécificité du bâti et de l’histoire millénaire de la Ville afin de conserver, réhabiliter et valoriser l’identité de Joinville. Pour ce faire, la Ville a développé des aides financières spécifiques, complémentaires à celles de droit commun, sur l’habitat privé et le commerce et mène de front une restauration de son patrimoine architectural public (église, lavoir…) ainsi qu’une campagne d’arrêtés et ORI pour réhabiliter les immeubles les plus dégradés du centre historique. D’un point de vue patrimonial, Joinville est engagé dans une procédure de révision de son Site patrimonial remarquable (ex-AVAP) et procède à un inventaire exhaustif de son patrimoine en relevant les éléments remarquables à l’extérieur et à l’intérieur des édifices. Dans le cadre de la lutte contre la vacance commerciale, des subventions ont été mises en place notamment pour le rachat d’un commerce vacant depuis plus de trois ans.
La visite de Joinville, a permis aux participants d’appréhender les problématiques dans le centre historique, de visiter les chantiers en cours et de voir les premiers résultats obtenus dans le cadre du projet de revitalisation.

LES ENJEUX DU COMMERCE EN CENTRE-BOURG DE DEMAIN

Les enjeux principaux en ce qui concerne le commerce en centre-bourg sont multiples et prennent en compte plusieurs échelles (le bassin de vie, la commune et son centre). Il est essentiel qu’un projet de redynamisation du commerce s’inscrive dans la continuité (en accompagnant l’installation et assurant les transmissions) et prenne en compte des exigences de la modernité et du changement des modes de consommation tout en respectant le cadre patrimonial dans lequel il s’inscrit.

C’est ce que Franck CHAIGNEAU, expert pour la Caisse des Dépôts et Consignations sur le développement rural, a rappelé en introduction. Gilles BEDER, maire de Salins-les-Bains, Bertrand OLLIVIER, maire de Joinville et Martin GRICOURT chargé de mission commerce de la Ville de Joinville, au travers de l’exemple concret de leurs territoires, ont exposé les opérations engagées pour répondre aux enjeux de vacance du commerce. Joinville a mis en place une politique incitative à destination des commerçants et artisans, afin qu’ils entreprennent des travaux de restauration et de mise en accessibilité de leur point de vente, avec une attention particulière donnée aux enseignes et devantures en secteur patrimonial. La Ville de Salins-les-Bains a travaillé sur l’aménagement de ses espaces publics, en s’appuyant sur son Site patrimonial remarquable et notamment, d’une rue commerçante afin de recréer une dynamique d’installation des commerces. La Ville œuvre également en concertation et en co-construction avec ses habitants au travers d’ateliers dont un sur les vitrines vides. L’année dernière, la commune a organisé une journée Portes ouvertes avec l’ensemble des commerçants du centre.

Dans le même esprit, Hervé LEMAINQUE, président de la Journée nationale du commerce en Ville, a présenté une expérimentation originale pour accompagner la redynamisation commerciale des centres : la Journée nationale du commerce de proximité. Cet évènement « fédère les acteurs économiques autour d’actions collectives et permet une rencontre informelle entre la population et ceux qui font le commerce local ».